Étiquette : La société au Moyen – Age

5e : l’émergence d’une société urbaine au Moyen – Age

Pour traiter ce thème, j’ai choisi de faire jouer les élèves au jeu sérieux Tranches de vie au Moyen – Age, ce qui leur a permis de se familiariser avec l’artisanat urbain et le grand commerce à travers l’histoire de deux personnages.

Ensuite, j’ai proposé une visite du Paris du XIVe siècle à l’aide des films de la société Grez Production : Paris au Moyen – Age et Paris médiéval au fil de l’eau. Les élèves devaient marquer l’itinéraire choisi et les lieux visualisés sur un plan.

paris_a_la_fin_du_xive_siecle

En correction, je leur propose une image interactive fabriquée avec l’application Thinglink.

Pour terminer, distribution d’une trace écrite, celle de monsieur Leroy légèrement modifiée :

Trace écrite-ville

Un jeu sérieux sur le Moyen – Age

Il est proposé ici par la Cité des Sciences. Il propose de jouer avec Guillaume, apprenti boulanger, pour comprendre comment vivaient et travaillaient les paysans ou d’accompagner Marguerite, apprentie couturière, dans sa découverte des techniques de tissage, encore employées aujourd’hui. Enfin, on pourra voyager aux côtés de Gautier, fils de marchand, pour se familiariser avec le commerce au 13ème siècle.

Ce que mangeait un seigneur au Moyen – Age

graphrationalimentaire

Ce graphique montre la quantité et la variété des aliments consommés par Guillaume de Murol, un petit seigneur d’Auvergne du XVe siècle. Cette précision a été rendue possible par le journal et le testament rédigés par ce personnage entre 1400 et 1420. Ces documents ont été étudiés par l’historien Pierre charbonnier en 1973.

On voit que le pain est l’aliment de base, consommé avec tout (ce qui l’accompagne est le companage : viandes, fromages, poissons…). Il consommait beaucoup de viande également, signe de son aristocratie : les 126 kilos répartis hors jours maigres (réservés au poisson) représente une moyenne d’environ 600 grammes par jour.
Pour accompagner ses repas, le seigneur de Murol prenait du vin, environ 730 litres par an.

La vidéo ci-dessous est un extrait de la série de documentaires archéologiques Sur nos traces.

Détail amusant, j’ai déniché des dessins de châteaux – forts lors d’un quai des livres il y a deux ou trois ans, dont l’un représente le château de Murol à la fin du XIVe siècle.

img_7113img_7114

5e : les campagnes de l’Occident médiéval (XIIe – XVe siècle)

Pour ce cours mené par une étudiante en Master qui prépare le CAPES, les élèves ont d’abord travaillé sur la division de la société en 3 ordres en regardant une vidéo de l’INA puis en étudiant les documents du manuel afin de compléter un tableau.

capture-decran-2016-11-29-a-06-34-08

tableau-societe-feodale-5e

Dans un second temps, les élèves vont travailler en équipe sur différents aspects de la vie dans les campagnes. L’objectif est que chaque groupe complète une partie du tableau ci-dessous.

tableau-vie-au-village-5e

capture-decran-2016-11-29-a-06-34-33capture-decran-2016-11-29-a-06-34-41capture-decran-2016-11-29-a-06-34-50

capture-decran-2016-11-29-a-06-34-26

Pour la trace écrite, je vais donner celle de monsieur Leroy légèrement modifiée.

Le dilemme du chevalier

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans la cadre de « l’histoire dont ils sont les héros » où les élèves incarnent un chevalier en route pour Saint Jacques de Compostelle, leur chevalier rencontre le marchand italien Vasco qui vient de sauver son père du bûcher pour hérésie. Cette rencontre a été l’occasion pour moi d’évoquer les hérésie, l’inquisition et les croisades. Suite aux révélations du jeune homme, j’ai demandé aux élèves de faire un choix entre les trois propositions suivantes :
– leur chevalier décide de dénoncer Vasco et son père à l’inquisiteur afin de suivre les préceptes de l’Eglise et en espérant récupérer les biens des condamnés,
– leur chevalier fait comme si il ne les avait pas rencontré et poursuit son chemin,
– le chevalier décide de les aider en leur offrant un refuge dans le château de son frère en écrivant une lettre pour celui-ci.

Vous trouverez ci-dessous un fichier audio (de mauvaise qualité !) qui relate les décisions prises par les élèves et leurs arguments. Cette année, les élèves ont plus pris en compte le cours et essayé d’intégrer les mentalités médiévales. Certaisn ont aussi évoqué l’idée que le Pape se trompait et que c’était les cathares qui avaient raison.
Chaque table a dû discuter afin de prendre une décision collective. Après vote, 4 groupes voulaient dénoncer les hérétiques et quatre les aider.

J’ai donc demandé aux élèves de discuter tous ensemble alors et après un échange d’arguments, cinq tables ont décidé de dénoncer Vasco et son père.

Parvenu devant l’inquisiteur, celui-ci a paru méfiant et a décidé d’interroger le chevalier sur sa foi pour déterminer s’il n’est pas lui-même un hérétique.
Lors de la prochaine séance, les élèves feront une interrogation Plickers après avoir regarder cette vidéo chez eux. Si la classe réussit le test à 60 % ou plus, le chevalier pourra poursuivre sa route. Sinon, il sera condamné pour hérésie lui aussi…