Catégorie : Histoire et géographie de la Normandie

Visiter un chantier de rénovation en 3D

L’abbatiale Saint-Ouen de Rouen va connaître trois années d’un vaste chantier de rénovation qui a débuté ce printemps. L’objectif est de consolider le toit, la charpente, mais aussi la nef et le portail des Marmousets. La ville a souhaité permettre au grand public de suivre l’évolution du chantier, presque en temps réel, et en particulier dans les endroits où il n’a pas accès habituellement. Pour cela, elle a fait appel à la société Octopus qui a fabriqué une visite virtuelle de l’ensemble du bâtiment. Neuf optiques d’appareil photo couplés à un logiciel dédié pour former un nuage de points vont donner aux « visiteurs » l’illusion d’avancer en marchant dans la photographie.

D’après un article du Parisien.

Voyager dans le Cotentin avec Gilles de Gouberville

Après la sortie en février d’une nouvelle édition du journal du Sire de Gouberville, le comité Gilles-de-Gouberville publie un livre plus facile d’accès sur le gentilhomme du XVIe siècle. La publication reprend les thématiques évoquées dans le Journal. Voyages en Cotentin avec Gilles de Gouberville contient des vues panoramiques et scènes de la vie quotidienne illustrées par Kévin Bazot, jeune illustrateur et auteur de BD, mais aussi des notices historiques détaillées qui permettront d’apprendre des tas de choses sur le Cotentin de la Renaissance.
En parallèle, une exposition en extérieur, dont les panneaux reprennent les illustrations de Kévin Bazot est visible sur douze communes. Elle est composée de triptyques (le premier panneau propose des éléments biographiques sur Gilles de Gouberville, le deuxième comporte l’illustration du site où se trouve implanté le triptyque, et le troisième constitue une invitation à poursuivre la découverte dans un autre lieu) qui seront visibles jusqu’à fin septembre.

Le dessinateur Kévin Bazot devant l’un des panneaux de l’exposition

Une toile de Monet au musée de Dieppe ?

La toile de Claude Monet représentant l’entrée de la ville de Dieppe, mise en vente aux enchères dimanche à un million d’euros, a été retirée de la vente, faute d’acquéreur.
« C’est une déception. Le musée de Dieppe rêve de cette toile. Nous allons essayer de l’aider à réunir les moyens nécessaires pour qu’il en fasse l’acquisition s’il le souhaite« , a précisé, lors d’une conférence de presse l’un des commissaires-priseurs de la vente.