Étiquette : Démographie

La population française en 2016

Au 1er janvier 2017, la France compte 66 991 000 habitants. Au cours de l’année 2016, la population a augmenté de 265 000 personnes, soit une hausse de 0,4 %. Comme les années précédentes, cette progression est principalement due au solde naturel, différence entre le nombre de naissances et de décès.
En 2016, 785 000 bébés sont nés en France. Pour la deuxième année consécutive, le nombre de naissances diminue (– 14 000). L’indicateur conjoncturel de fécondité s’établit à 1,93 enfant par femme en 2016, en baisse par rapport à 2015. Il reste cependant le plus élevé d’Europe.
Le nombre de décès atteint 587 000 en 2016. Après avoir beaucoup augmenté en 2015, il baisse légèrement en 2016 (– 7000). Les espérances de vie à la naissance, qui avaient diminué en 2015, retrouvent leur niveau de 2014 (85,4 ans pour les femmes et 79,3 ans pour les hommes).
En 2016, 235 000 mariages ont été célébrés, dont 7 000 entre personnes de même sexe. Le Pacs poursuit sa progression et, en 2015, quatre Pacs ont été conclus pour cinq mariages célébrés.

Les données et les tableaux proviennent d’un document de l’INSEE.

La population française en 2015

La différence entre les décès et les naissances a assuré un solde naturel de 200 000 personnes en plus en France en 2015.
Le solde migratoire, de son côté, reste relativement faible avec 47 000 personnes en plus.
En cumulant ces deux soldes positifs, la France a donc connu une augmentation de sa population de 0,7 %, et compte une population de 66,6 millions d’habitants aujourd’hui.
Elle est le deuxième pays le plus peuplé d’Europe, derrière l’Allemagne (81,2 millions d’habitants) et devant le Royaume-Uni (64,8 millions).
L’espérance de vie à la naissance a diminué en 2015 pour s’établir respectivement à 78,9 ans pour les hommes et 85 ans pour les femmes. Cette baisse conjointe est une première depuis 1969.
Même si elle passe sous la barre des 2 enfants par femme (1,96 enfant par femme), la fécondité française en 2015 reste à un niveau élevé par rapport à celle de ses voisins européens.

La fin officielle de la politique de l’enfant unique en Chine

Le Parti communiste chinois a annoncé officiellement, ce jeudi 29 octobre, la fin de la politique dite de l’enfant unique, en vigueur depuis 1979. Désormais, tous les couples auront l’autorisation d’avoir deux enfants. jusqu’ici la quasi-totalité des 55 minorités ethniques du pays n’étaient pas soumises à la politique de limitation des naissances ainsi que les Chinois de la campagne qui pouvaient déjà avoir deux enfants si le premier était une fille.
Un premier assouplissement avait été consenti pour les autres en novembre 2013. Il permettait aux Chinois d’avoir deux enfants si l’un des deux parents était lui-même enfant unique. Les résultats de l’ouverture de 2013 demeurent cependant mitigés : la Chine a enregistré 16,8 millions de naissances en 2014, soit 470 000 de plus que l’année précédente. Sur les onze millions de couples qui pourraient potentiellement remplir les critères, seuls 40 % disent en fait envisager un second enfant.
La fin de l’enfant unique est pourtant un impératif économique et social pour la Chine. Il s’agit d’essayer de corriger l’inquiétant déséquilibre hommes / femmes (116/100 au sein d’une même génération) et d’enrayer le vieillissement de la population. L’indice de fécondité est en effet de 1,7 enfant par femme, bien en deçà du seuil de renouvellement des générations et bien plus bas que d’autres puissances émergentes, à commencer par l’Inde concurrente, actuellement à 2,5 enfants par femme.
Reste que les Chinois ne peuvent toujours pas, dans leur immense majorité, avoir plus de deux enfants. Ce qui reste une atteinte évidente à la liberté, il me semble.

D’après un article du Monde.fr

Un recul de la mortalité infantile

Selon des chiffres des Nations unies (ONU) diffusés mercredi 9 septembre, le nombre des enfants de moins de cinq ans morts dans l’année a chuté de 12,7 millions en 1990 à 5,9 millions en 2015, soit une réduction de 53 % (236,3 millions d’enfants de moins de cinq ans sont tout de même morts ces vingt-cinq dernières années). Le taux de mortalité infantile mondial est de 42,5 décès pour 1000 naissances en 2015.
Toutefois, seuls 62 pays sur 195 ont atteint les objectifs fixés par l’ONU dans ce domaine. Il y a encore un enfant sur douze à qui n’atteint pas l’âge de 5 ans en Afrique subsaharienne, la région qui affiche les taux les plus élevés au monde.
La prématurité, les complications de l’accouchement, les diarrhées, les septicémies et le paludisme sont les principales causes directes de décès. Toutefois de manière générale près de la moitié des décès est associée à la malnutrition qui affaiblit la résistance des enfants aux maladies.

D’après un article du Monde.fr

Des données récentes sur la démographie mondiale

La population de la France métropolitaine qui compte 64,3 millions d’habitants en 2015, atteindra 72 millions en 2050 selon une étude de l’Institut national d’études démographiques (INED) publiée ce mercredi.
L’espérance de vie à la naissance est aujourd’hui de 85 ans pour les femmes et de 79 ans pour les hommes. L’indice de fécondité français en métropole est de 2 enfants par femme en 2015, stable depuis 2011 (la fécondité moyenne dans le monde s’élève à 2,5 enfants par femme). Le taux de natalité est de 12 pour 1 000 habitants en France métropolitaine.
L’Europe qui comptait 742 millions d’habitants mi-2015, dont 509,6 millions au sein de l’Union européenne,devrait en compter 728 millions en 2050.
L’un des grands changements à venir est le formidable accroissement de la population de l’Afrique, qui pourrait presque quadrupler d’ici la fin du siècle, passant de 1,2 milliard d’habitants en 2015 à 4,4 milliards en 2100.
Pour retrouver l’étude de l’INED concernant tous les pays du monde, suivez ce lien.

Pour les cinquièmes, voici les informations sur le Mali :

Pages de population.societes.2015.525.tous.pays.monde.fr

Les naissances en France en 2014

Selon l’Insee, 818 565 bébés sont nés en France en 2014, un nombre stable par rapport à 2013. Depuis 2005, le nombre de nouveau-nés s’élève à plus de 800 000 par an.
83% de ces bébés portent le seul nom de leur père, 7% ont reçu uniquement le nom de leur mère et 10% portent les noms accolés de ses deux parents, comme le permet la loi depuis 2005.
En 2014, l’âge moyen des mères à l’accouchement était de 30,5 ans. Il augmente régulièrement depuis le milieu des années 1970, où les mères accouchaient en moyenne à 26 ans.
D’après un article du Figaro.fr