Étiquette : Les débuts de l’Islam

Excursion sur les routes caravanières du Sahara

Installée au Maroc, la Britannique Alice Morrison se lance dans cette série de deux  documentaires à l’assaut des anciennes routes caravanières du Sahara, empruntées pendant des siècles par les marchands de sel, d’or, d’ivoire et d’esclaves. Commençant son périple à Tanger, l’exploratrice rejoint Sijilmassa en passant par Fès, Marrakech et les monts de l’Atlas. Elle découvre la vallée des casbahs, forteresses où les commerçants se reposaient en toute sécurité, passe la nuit dans un ancien caravansérail et rencontre des nomades berbères. C’est pour elle l’occasion d’évoquer les textes d’écrivains voyageurs ayant parcouru les mêmes routes, comme Ibn Khaldoun ou René Caillié.
Dans ce second épisode, elle entreprend la traversée des dunes en compagnie de l’une des rares guides femmes du Maroc. À Tamegroute, elle visite une école coranique qui abrite une bibliothèque constituée de plus de quatre mille manuscrits anciens, dont certains vieux de neuf siècles. Puis, elle met le cap sur le marché aux chameaux de Guelmim, dernière étape avant Tombouctou, située au sommet de la boucle du fleuve Niger.

Ces épisodes sont à voir quelques jours encore sur le replay d’Arte.

Début du pèlerinage à La Mecque

Deux millions de pèlerins sont attendus à La Mecque, le premier lieu saint de l’islam, dans l’ouest de l’Arabie saoudite, à partir de mercredi 30 août. Tous les musulmans qui en ont les moyens sont tenus d’effectuer, au moins une fois dans leur vie, ce voyage, qui est l’un des cinq piliers de l’islam.

De la lecture pour cet été

IMG_5318

J’ai reçu ces deux trilogies de la part des Editions J’ai lu.

Les trois tomes de la Cour des Dames mettent en scène la vie de la cour de France de François 1er puis de Henri II, et plus particulièrement l’influence des femmes sur la politique des rois. Connaissant leur auteur, ces livres sont extrêmement détaillés d’un point de vu historique même si il a pris le parti de se focaliser sur certains évènements précis des différents règnes, ce qui occasionne de nombreuses ellipses dans ses romans.
De plus, une série de notes accompagnent les textes pour appuyer la réalité historique des évènements.

La série des femmes de l’Islam n’est pas un coup d’essai pour Marek Halter, déjà auteur d’une trilogie de La bible au féminin. A travers ces trois figures de femme sur lesquelles Mahomet s’est appuyé au fil de sa vie, il dessine aussi trois rôles : Khadija l’amoureuse, Fatima la guerrière et Aïcha la confidente.Si le travail du romancier a reposé sur de longues recherches, ces livres n’en sont pas moins des romans avec leur lot d’intrigues, de complots, de trahisons et d’ histoires d’amour.

Une découverte archéologique attestant de la présence des musulmans sur le territoire français au VIIe siècle

fig_3
Les trois tombes découvertes (© Patrice Pliskine, Inrap)

Des chercheurs de l’INRAP ont mis au jour trois sépultures musulmanes à Nîmes. La découverte a eu lieu au cours d’un chantier de fouilles  précédant la construction d’un parking souterrain, en 2006-2007.
Ces tombes ont été datées entre les VIIe et IXe siècles, il s’agit donc des plus anciennes sépultures musulmanes découvertes en France. Elle font partie d’un groupe de vingt sépultures découvertes, dont les dates s’étalent du VIIe au XVIe siècles.
Ces trois sépultures se distinguaient des autres par la position des corps, déposés sur le côté droit et le visage orienté vers le sud-est, vers la Mecque. Dans deux sépultures, la forme du creusement des fosses présente un surcreusement latéral qui  évoque un dispositif de la tradition musulmane.
L’origine des trois individus a pu être déterminée par des analyses paléo -génétiques : ils seraient nord-africains par leur lignée paternelle. Il pourrait alors s’agir de soldats berbères, enrôlés dans l’armée omeyyade pendant l’expansion arabe en Afrique du Nord.
Si la présence musulmane en Espagne au VIIe siècle est attestée par de nombreuses traces archéologiques, on ne disposait pas de preuves matérielles de leur présence en France à cette époque-là (il y a par contre des tombes musulmanes du XIIe siècle à Marseille et à Montpellier). Ces sépultures recoupent en cela une source historique, la Chronique de Moissac qui attestent de la présence musulmane à Nîmes dès 720.
Mais la découverte de ces sépultures soulève aussi la question de l’existence d’une communauté musulmane. Ces trois hommes ont en effet été enterrés par d’autres qui connaissaient parfaitement le rite musulman, ce qui signifie qu’il y avait au moins un petit groupe, qui est resté quelques années à Nîmes, puisque certains y sont morts et que d’autres étaient là pour les enterrer.
La place des tombes, retrouvées à l’intérieur de la ville antique, près d’un chemin médiéval et à une dizaine de mètres de tombes chrétiennes tendrait à montrer qu’un rapport de cohabitation a pu s’instaurer entre les arabes musulmans et la population locale au VIIe siècle

D’après un article du site de ‘INRAP

Jésus et Mahomet

Arte va proposer en décembre (les 8 et 9) une série documentaire sur les origines de l’Islam et sur l’influence de la figure de Jésus dans la pensée de Mahomet. Certains épisodes (le quatrième notamment) pourra sans doute être utilisé en cinquième.Les réalisateurs du documentaire sont aussi les auteurs du livre Jésus selon Mahomet.

l10692_image_68230-crop

Pour l’athée que je suis, Mahomet était probablement un commerçant qui a sillonné l’Arabie où se trouvait des communautés juives et chrétiennes et, du même coup, découverts les textes monothéistes dans pour ensuite les traduire et les interpréter.