Catégorie : Pour réfléchir

Imitation délictueuse

DcHtVZiX0AAQbTaDcHtVZoWkAIlmrd

Lors des manifestations organisées pour le premier mai à Paris, des bâtiments et des véhicules ont été endommagés par les manifestants qui ont revendiqué leur action comme en témoignent ces deux tracts apposés sur un restaurant Mc Donald, vandalisé et incendié alors que des clients et les employés s’y trouvaient.
L’hypocrisie ou la bêtise des auteurs de ces tracts est sidérante quand on compare leurs écrits et les actes qu’ils cautionnent !

KROLL-FRANCE-MAI-68-FOOTBALL-HD-Le-Soir-180428-1024x891

 

Critiquer la politique israélienne ce n’est pas être antisémite

Invité en Israël par l’Institut français de Jérusalem du lundi 16 au jeudi 19 avril pour une série de conférences, Pascal Boniface, le directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques, a été agressé dès son arrivée à l’aéroport de Tel-Aviv par des Israéliens anti-arabes qui l’ont bousculé, lui ont craché dessus et ont voulu l’entraîner en dehors de l’aéroport pour lui crever les yeux selon leurs propos. La police a dû intervenir pour le mettre à l’abri sans pour autant interpeller les agresseurs. Les agresseurs du chercheur lui reprochaient ses liens avec les Arabes et l’ont qualifié d’antisémite parce qu’il critique la politique du gouvernement israélien à l’égard des Palestiniens.
L’actrice Nathalie Portman est de son côté vivement critiquée par l’ultra-droite israélienne pour avoir refusé de recevoir un prix à Jérusalem, lors d’une cérémonie ponctuée par un discours de Benyamin Nétanyahou. Un ministre du gouvernement israélien l’a même accusé d’être proche de l’antisémitisme, et de collaborer avec ceux qui haïssent les juifs. Elle a répondu ainsi à ses détracteurs haineux :  » Le mauvais traitement de ceux qui souffrent des atrocités d’aujourd’hui n’est simplement pas en accord avec mes valeurs juives. Parce qu’Israël m’est cher, je dois m’opposer à la violence, à la corruption, aux inégalités et à l’abus de pouvoir. Comme beaucoup d’Israéliens et de Juifs dans le monde, je peux critiquer la direction israélienne sans pour autant vouloir boycotter l’ensemble du pays. »
Ces deux exemples montrent bien la confusion entre antisémitisme et critique de la politique d’un gouvernement qui ne respecte pas les droits de l’homme, avec la complicité d’une partie de sa population. Cette confusion est entretenue par le gouvernement en question qui fait hypocritement de son action criminelle une question de survie face à la barbarie.
L’antisémitisme existe évidemment toujours bel et bien, malheureusement, mais ce n’est pas en le galvaudant ainsi qu’on va le faire disparaître, bien au contraire. Il est légitime de critiquer Israël pour ses actions récentes et son non-respect du droit international et le fait religieux ne doit pas servir à cacher ou justifier des actes criminels.

De l’usage des cartes

Capture d_écran 2018-04-20 à 08.53.43

Ceci est une capture d’écran du site de L’Humanité. Ce journal présente une carte des mobilisations pour « la défense des services publics ». Et celle-ci est un bon exemple de ce qu’il est possible de faire comme manipulation à l’aide de l’outil cartographique.

Capture d_écran 2018-04-20 à 08.54.03

A la regarder de loin, la France paraît se soulever massivement, cette impression étant causée par le positionnement des drapeaux rouges indiquant les manifestations prévues, recouvrant la totalité du territoire, moins les territoires ultramarins (ne s’y passe-t-il rien ? Ont-ils été oubliés ?).
A y regarder de plus près, voici ce que représentent certains drapeaux :

On le voit, un drapeau est planté, qu’il représente une manifestation isolée qui réunira quelques dizaines de personnes, un mouvement de plus grande ampleur, mais très localisé ou encore plusieurs petites manifestations disséminées dans un département.
On est donc très loin de la vague rouge qui est sous-entendue par cette carte, éditée il est vrai à la veille d’un mois de mai qui évoque des souvenirs à certains.

La scolarité obligatoire à 3 ans : une affaire de chiffres ?

La scolarité va devenir obligatoire à l’âge de 3 ans, contre 6 actuellement. Cette mesure apparement forte rendra certes la maternelle obligatoire, mais elle ne concernera qu’environ 26 000 enfants, car 97% d’entre eux sont déjà scolarisés dès 3 ans.
Par contre, la fin de l’accueil des enfants de moins de trois ans, qui semble un objectif du ministre de l’éducation nationale, libérera au moins 32 000 places (selon une donnée de 2013)… Un bon moyen de se faire applaudir en faisant des économies ?

A lire ?

vignette-vignette-N-15138-22386

Cet ouvrage interroge l’évolution du métier dans le contexte de la réforme, pour mieux prendre en charge la difficulté scolaire et oeuvrer à la « réussite pour tous ».
Croisant les regards d’un enseignant et d’un personnel de direction, l’ouvrage replace les logiques d’un enseignement disciplinaire et des programmes de 2016 dans un contexte global. Il révèle les cadres dans lesquels s’inscrit l’action de l’enseignant et montre, conseils pédagogiques à l’appui, quelles sont les compétences à construire et à mobiliser.
Il redéfinit aussi l’identité professionnelle d’un enseignant d’histoire-géographie dans sa complexité et son appartenance à une communauté éducative.