Catégorie : Romans

Un collection pour les lecteurs en difficulté

La collection Flash fiction des éditions Rageot a été conçue pour les enfants ayant du mal avec la lecture et sa compréhension, comme les enfants dyslexiques, ou ceux qui ont tout simplement envie d’histoires rapides et faciles à lire. Les récits ont été repensés afin de posséder des structures narratives simples, des illustrations dans l’air du temps, des sujets adaptés à la maturité des lecteurs de 8 à 12 ans, mais aussi un contraste adouci pour reposer les yeux.
Si le collège où je travaille retrouve de l’argent, je vais passer commande pour le dispositif, car je ne désespère pas de trouver des livres à faire lire aux élèves.

Un projet d’écriture en ULIS

Dans le cadre du projet Correspondance dont j’ai parlé ici, j’ai reçu cette semaine les kits comprenant 21 lettres à étudier avec les élèves. Pour commencer, j’ai choisi une lettre extraite du roman 14 – 14, qui fait écho au programme d’histoire de troisième et aux objets que j’ai fait étudier aux élèves du dispositif  il y a peu. La voici  :

29 mars 2014

Cher Hadrien,
J’ai fait une découverte totalement dingue aujourd’hui. Je ne sais même pas comment t’en parler, c’est hallucinant…
Ce matin, j’ai pris mon vélo et je suis allé à Corbeny pour te voir. J’ai découvert que le village ne ressemble pas du tout à ce que tu m’as décrit ! Aucun Hadrien Lerac, ni Nortier, n’y habite plus. Et là, j’ai enfin compris : tu n’es pas de ma famille, tu n’es pas mon cousin, tu n’es même pas du même siècle que moi.
On habite à vingt kilomètres l’un de l’autre, mais à cent ans d‘écart ! Je sais, tu vas penser que je suis tombé sur la tête. C’est du délire, ça n’a pas de sens. Mais il faut me croire, Hadrien, c’est la vérité ! Regarde le timbre de ma lettre, regarde cette coupure de presse que je t’envoie. Ce matin, j’ai acheté exprès un journal qui existait déjà à ton époque.
Mais ce n’est pas tout. Est-ce que tu vis bien en 1914 comme je le crains ? Je connais l’avenir de cette époque, je sais exactement ce qui va se passer en 1914 et j’ai peur pour toi. J’ai carrément la trouille, Hadrien. Parce que des choses terribles vont se produire, des choses dont tu ne peux même pas avoir idée. L’Allemagne va déclarer la guerre à la France le 3 août 1914. Ce sera une guerre atroce, comme on n’en avait encore jamais connu. Elle durera des années et elle va tout dévaster. Au bout de quatre semaines, ton village sera occupé. Il sera totalement détruit ainsi que toute la région, il ne restera plus rien de ta maison, des champs de ton père et de tout le reste.
Alors, je t’en supplie, trouve un moyen de partir avant, n’importe lequel, mais ne reste pas ici ! Fuis à Paris par exemple, tu seras à l’abri là-bas. Les Allemands ne descendront jamais au-delà du sud du département.
J’espère que tu comprends. J’espère que tu me crois. Et j’espère que tu m’écouteras, surtout, parce que tu es en danger de mort.

Ton ami,
Adrien

La version audio du roman est disponible sur YouTube.

Après avoir demandé aux élèves de lire cette lettre chacun de leur côté, j’ai posé trois questions pour vérifier s’ils maitrisaient les codes de la lettre que nous étudions depuis la rentrée : 

    • Qui a écrit la lettre ?
    • A qui est-elle destinée ?
    • Quand a-t-elle été écrite ?

Nous avons ensuite discuté de ce qui était étrange dans la lettre. Les élèves ont tout de suite évoqué les prénoms presque identiques et l’un d’eux a expliqué que cela faisait comme si l’expéditeur écrivait à quelqu’un dans le passé. Nous avons ensuite discuté des courriers arrivant parfois avec des années de retard et convenu que des courriers envoyés dans le passé étaient par contre impossible et relevaient donc du fantastique.
Lors de prochaines séances, je voudrais leur faire écrire deux lettres sur le même modèle, rédigées par deux enfants à des années de distance, afin de travailler, un peu, l’histoire en même temps.Je vais peut-être utiliser les courts épisodes de la série Notre histoire pour leur donner des idées d’époques et de sujets.

Claude Michelet (1938 – 2022)

Claude Michelet en 1975 dans l’émission Apostrophes.

Il était le fils du résistant et ministre Edmond Michelet. Il avait arrêté ses études à Paris pour se consacrer à l’agriculture et à l’écriture. Agriculteur le jour, écrivain des paysans la nuit, Claude Michelet écrivit une trentaine de romans sur la vie paysanne. Il participa à la création de l’école de Brive, avec Michel Peyramaure, Christian Signol et Gilbert Bordes (même s’il a toujours contesté cette appellation comme « Une invention de journaliste récupérée par Robert Laffont »).
Claude Michelet a connu le succès avec l’histoire de la famille Vialhe, une très belle saga en quatre livres qui suit cinq générations de paysans dans un village fictif de la Corrèze, entre la fin du XIXe et le milieu du XXe siècle. Les deux premiers romans furent adaptés en une série télévisée en six épisodes en 1984 La lecture de ces romans et le visionnage de cette série, partagés avec ma mère et ma grand-mère, constitue l’un de mes beaux souvenirs d’enfance.

1984 interdit à la vente en Biélorussie

Il semble que la Biélorussie a interdit ce 19 mai le roman 1984 de George Orwell. L’éditeur de l’ouvrage a été arrêté et les exemplaires du livre confisqués. Après avoir été interdit jusqu’en 1987, le célèbre roman a été traduit en Bélarus en 1992 et réédité depuis. 199 autres ouvrages font l’objet d’une interdiction à la vente et diffusion, dont Fahrenheit 451, apparemment. Selon la direction générale contre le crime organisé et la corruption, il s’agit de livres nazis.

Germinal à écouter

En proposant de diffuser Germinal en dix épisodes,France Culture renoue avec le projet d’Émile Zola qui avait d’abord fait paraître ses écrits en feuilleton entre novembre 1884 et février 1885. L’adaptation est fidèle au texte, elle n’est pas une scénarisation du roman – comme ce fut le cas pour les versions cinématographiques et télévisuelles – mais une restructuration littéraire qui permet à la fois de faire entendre la langue de l’auteur, tout en déployant le séquençage des scènes de façon claire pour l’auditeur.