Catégorie : Compétences

Les attendus en licence d’histoire ou de géographie : l’apparition des compétences dans le supérieur et au lycée ?

Extrait du document officiel qui recense la liste des compétences que les étudiants devront détenir pour entrer dans une filière universitaire.

« Il est attendu des candidats en licence Mention Histoire :
– de savoir mobiliser des compétences en matière d’expression écrite et orale afin de pouvoir argumenter un raisonnement. Cette mention suppose en effet des qualités dans la compréhension fine de textes de toute nature et de solides capacités d’expression, à l’écrit comme à l’oral, afin de pouvoir analyser, argumenter, construire un raisonnement, synthétiser, produire et traiter des contenus diversifiés.
– De disposer d’un bon niveau dans au moins une langue étrangère (niveau B). Cette mention comporte en effet obligatoirement des enseignements de langues vivantes. La maîtrise d’au moins une langue au niveau baccalauréat est donc indispensable.
– d’être intéressé par la démarche scientifique. Cette mention suppose la capacité à comprendre et produire des raisonnements logiques et argumentés à partir de données et de concepts issus de différentes disciplines.
– de faire preuve de curiosité intellectuelle et plus particulièrement pour les sciences humaines. La licence Histoire a pour objet en effet l’étude et la compréhension du phénomène humain, dans toute sa richesse, sa temporalité, sa spatialité, sa diversité et sa complexité.
– de pouvoir travailler de façon autonome et organiser son travail. Cet attendu marque l’importance, pour la formation, de la capacité du candidat à travailler de façon autonome. Comme beaucoup de formations universitaires, la formation en licence d’histoire laisse en effet une place substantielle à l’organisation et au travail personnel.
– D’avoir un intérêt pour la recherche documentaire. La formation en histoire requiert en effet l’analyse combinée de nombreuses sources historiques qu’il faut pouvoir comprendre et mettre en perspective.
– D’avoir un intérêt pour les questions historiques, politiques, économiques et sociales. L’intérêt pour l’histoire est bien évidemment essentiel. Mais l’histoire ne peut cependant être étudiée indépendamment des réalités politiques, économiques et sociales.« 

Pour la licence de géographie et aménagement, il faut remplacer le dernier point par :
« – Avoir un intérêt pour les questions de société, les problématiques environnementales, l’aménagement et l’occupation des espaces. L’intérêt pour la géographie est bien évidemment essentiel, mais la Licence Géographie et Aménagement impose également, de par sa transdisciplinarité, une curiosité pour l’environnement, l’aménagement des territoires et le lien social qui font appel à des notions relevant du droit, des sciences de la vie et de la terre, de la sociologie et du numérique.« 

Je mets le document en intégralité ci-dessous en ce qui concerne les autres licences :

attenduslicence

Une aide sur les compétences du socle en histoire – géo

Les ressources institutionnelles pour les « compétences » en histoire et géographie sont disponibles pour le cycle 3 et pour le cycle 4. Ces nouvelles ressources complètent celles qui ont été publiées l’an dernier sur les différents thèmes des programmes pour le cycle 3 et le cycle 4. Ces fiches constituent des aides pour travailler, en classe, les compétences adossées aux programmes. On les trouve ici pour le cycle 3 et là pour le cycle 4.

 

Résultats des premières évaluations de fin de chapitre

Capture d_écran 2017-10-01 à 17.52.18

Voici la liste des travaux évalués depuis la rentrée dans chacune de mes classes. Je viens de corriger les évaluations de fin de chapitre en 4e et en 3e. Celle des 5e interviendra la semaine prochaine sur le thème des contacts entre les trois civilisations en Méditerranée au Moyen – Âge. Évaluer par compétence et sans note me permet de multiplier les situations d’évaluation, sous diverses formes, sans pour autant stresser trop les élèves.

Capture d’écran 2017-10-01 à 17.53.16.jpg

En troisième, le bilan est très positif : la leçon a été apprise et surtout comprise dans son ensemble. La présentation d’un document ne pose pas de problème aux élèves alors que c’était une difficulté majeure dans mon établissement précédent. De même, la connaissance des dates de la guerre est précise. Sans surprise, la difficulté principale est apparue dans la rédaction d’un paragraphe construit sur la vie des civils.

Capture d’écran 2017-10-01 à 17.53.52.jpg

Capture d’écran 2017-10-01 à 17.54.24.jpg

Capture d’écran 2017-10-01 à 17.54.32.jpg

En quatrième, il y a une grande différence entre la 4e5 et les deux autres. L’apprentissage des leçons pose problème dans cette classe, ainsi que la méthode de la construction de carte, pourtant expliquée durant la leçon (pas de légende, pas de titre très souvent). À noter que de nombreux élèves connaissent mal la localisation des océans et des continents. Beaucoup d’élèves de quatrième ont par ailleurs des difficultés pour rédiger un texte compréhensible.

Le fonctionnement de « la classe dont vous êtes les héros »

Voici comment fonctionne le « jeu » mis en place en classe.

Les élèves reçoivent en début d’année une fiche de personnage afin de pouvoir noter leur progression dans les compétences du socle (deuxième feuille).
J’évalue par compétence depuis quelques années maintenant, en utilisant ces référentiels, grâce à l’application Sacoche.

Lors de chaque travail évalué, individuellement ou en groupe (contrôles de fin de chapitre, exercices en classe, passage à l’oral, travail supplémentaire, devoir à la maison, etc.), les élèves reçoivent ce cartouche indiquant quelles compétences ont été évaluées et quel a été leur degré de maîtrise.

cartouche sacoche
l’intitulé des codes a changé en Non acquis/ Début d’acquisition/ En bonne voie/ Acquis

Ils peuvent alors noter sur leur fiche de personnage leur progression en coloriant les cases correspondant aux compétences évaluées ( 1 point vert = 1 case, 2 points verts = 2 cases, 1 carré bleu = 3 cases). Le carré bleu est un niveau que j’ai ajouté il y a deux ans pour montrer une réussite de l’élève au-delà de mes attentes.

Afin de leur donner envie de progresser, j’ai aussi instauré un système de récompense, inspiré des jeux de rôle et des jeux vidéo.
– le niveau « non acquis » ne rapporte pas de point d’expérience,
– le niveau « début d’acquisition » rapporte 25 points,
– le niveau « en bonne voie » fait gagner 50 points,
– le niveau « acquis » en rapporte 100,
– le niveau « expert » rapporte 125 points d’expérience.
Les gains de points d’expérience permettent de « monter de niveau » et chaque passage de niveau, tous les mille points, permet de gagner un objet à usage unique dans la liste ci-dessous.

Contrat et objets_Page_2

 

Mes référentiels de compétences pour l’an prochain

Ayant expérimenté depuis quatre ans l’évaluation par compétence, je vais poursuivre l’an prochain, même si le nouveau ministre de l’Éducation nationale n’y semble pas favorable. J’ai retravaillé un peu mes référentiels et voilà ceux que je compte utiliser.

Cette année, j’ai systématiquement transformé le bilan de compétence trimestriel en note sur 20 à la demande de mon administration. Le défaut de cette méthode est qu’à chaque évaluation, les élèves avaient un bilan des compétences, mais pas de note. La moyenne trimestrielle leur apparaissait donc parfois comme « tombée du ciel ». Je me demande donc si je ne vais pas transformer le bilan de compétence de chaque évaluation en note, afin d’ajouter celle-ci sur la copie, ce qui devrait sembler moins artificiel aux élèves et, éventuellement, aux parents.