Catégorie : Epistémologie

« L’histoire n’appartient pas aux historiens« 

image30294

C’est exact, mais cela n’autorise pas n’importe qui à faire n’importe quoi avec l’histoire ! Et c’est pourtant ce qu’a fait l’auteur de cette phrase, Eric Zemmour, dans son livre Destin français. Quand l’histoire se venge ( à ne pas lire, donc). Si vous voulez voir l’étendue de l’inculture ou des mensonges volontaire de cet homme, suivez ce lien.
Ses mensonges et contre – vérités s’expliquent toutefois à la lumière d’un article publié par Le Figaro le 14 novembre 2013, dans lequel il écrivait : « L’Histoire – arrachée de gré ou de force aux historiens professionnels – est en train de (re)devenir l’arme politique qu’elle fut à la veille de la Révolution, et plus encore au XIXe siècle, lorsque les grands historiens comme Michelet préparèrent les esprits à l’avènement de la République. »

Ci-dessous, une tribune de l’historien Gerard Noiriel  à propos du livre de Zemmour dans Le Monde du 29 septembre 2018 :

Capture d_écran 2018-09-30 à 11.04.02

Pour entendre des historiens

Capture d_écran 2018-09-26 à 18.25.02

Dans cette collection d’entretiens, des historiens, français et étrangers, ont explicité les grandes étapes de l’élaboration de leur œuvre, mis au jour les origines de leur vocation et les racines de leur engagement dans leur époque. Il s’agit comme l’explique Pierre Nora dans ses Essais d’ego-histoire, d’ « éclairer sa propre histoire, comme on ferait l’histoire d’un autre, à essayer d’appliquer soi-même, chacun dans son style et avec les méthodes qui lui sont chères, le regard froid, englobant, explicatif qu’on a si souvent porté sur d’autres. D’expliciter, en historien, le lien entre l’histoire qu’on a faite et l’histoire qui vous a fait.« 

 

Un numéro des Cahiers pédagogiques sur l’histoire à l’école

Capture d_écran 2018-09-08 à 19.47.34

ENTRER DANS L’HISTOIRE
Traitre ou pas traitre ? Thomas Legrand
L’appétit vient en mangeant. Pierre Cieutat
Matriochkas. Carole Gomez-Gauthié
En banlieue, c’est possible ! Amaury Pierre, Fabien Pontagnier
L’histoire à l’école : oui, mais comment ? Philippe Cherel
Sur la piste du temps. Alexandra Rayzal
Tiens, c’est vrai, pourquoi ? Delphine Guichard
Des enseignants discrets. Guillaume Jacq
HISTOIRE ET IDENTITÉS
Faut-il enseigner l’histoire du temps présent ? Laurence De Cock
Le présent du passé. Sébastien Ledoux
Leur histoire nationale. Églantine Wuillot
Itinéraire d’un enfant sauvé. Loétitia Dupont
Si on venait faire ça chez eux… Amina Selmane
Morts pour la France ? Pascal Landragin
« Ce ne sont que des détails ! » Jean-Sébastien Gauthier
Devoir d’histoire. François Hébert
Israël : quelle histoire enseigner ? Avner Ben-Amos
HISTOIRE ET VÉRITÉ
L’historien : un maitre de vérité ? François Dosse
Des plaines d’Abraham à la pensée critique. Marc-André Éthier, David Lefrançois
Ce document ne sert à rien ! Clotilde Bigot
Geschichte : la formation de l’esprit critique. Rainer Bendick
Empire, vous avez dit Empire ? Stéphane Pihen
Depuis quand Périclès était-il avec Aspasie ? Thierry Bonnafous
Si tu vas à Mycènes. Yannick Mével
Pas d’Histoire sans histoires. Jean-Paul Zampin
Ah ! La belle chose que de savoir quelque chose ! Jean-Michel Zakhartchouk

Pour accompagner ce numéro des Cahiers pédagogiques, on trouve en ligne le compte rendu d’une enquête menée auprès de de 340 élèves de CM1 et CM2 à qui on a posé la question : À ton avis, pourquoi fait-on de l’histoire-géographie à l’école ?
Dans 9,2 % des réponses, c’est soit pour réussir scolairement en ayant de bonnes notes, soit en lien avec l’idée d’un avenir professionnel.
Dans 11,8 % des réponses, il y a une dimension identitaire, le discours des élèves laissant penser qu’ils s’incluent dans un groupe social dont il faut connaitre le passé.
Pour 23 % des réponses, il s’agit avant tout de disposer de connaissances pour la culture générale.
Enfin, on fait de l’histoire – géographie pour « savoir le passé » dans 29 % des réponses.

Paroles d’histoire

def-768x768

«Paroles d’histoire» est un podcast lancé en avril 2018, ouvert à toutes les périodes et toutes les approches qui permettent de réfléchir au passé, et à ses liens avec le présent. En invitant des historiennes et des historiens on y discute de livres récents ou classiques, d’historiographie et de méthodologie, de débats et de controverses, et de tous les usages possibles de l’histoire, des plus savants aux plus courants, à l’école, au musée, à la télévision, sur internet.
Ci-dessous, l’émission consacrée à l’enseignement de l’histoire, avec comme invitée Laurence de Cock :