Catégorie : Cela se passe à Jean Delacour

L’avant dernier numéro du journal du collège

Pages de delacour n°12 réduit

delacour n°12 

Il y aura encore un numéro du journal au mois de juin, qui devrait sortir au moment de la matinée porte ouverte du collège. J’ai prévenu les élèves que je ne poursuivrai pas l’encadrement du club journal l’an prochain. J’envisage à la place un club de jeux de société liés à l’histoire, la géographie et l’éducation civique. A moins que le journal ne se transforme en « journal télévisé », mais je n’en suis pas du tout sûr.

Bilan au moment des vacances d’hiver

En cinquième, malgré un semaine de séjour à la montagne pour les élèves, nous avons terminé le chapitre sur le thème « Richesse et pauvreté dans le monde » et celui sur « l’essor des villes au Moyen – Age ». Ces deux chapitres ont donné lieu à des travaux un peu différents :
– production d’une exposition sur la pauvreté sur le mur du couloir à partir du film 7 milliards d’autres de Yann Arthus-Bertrand, Sibylle d’Orgeval et Baptiste Rouget-Luchaire. Nous n’avons malheureusement pas eu le temps de l’installer avant les vacances.
– utilisation du jeu Tranches de vie au Moyen – Age pour appréhender la vie dans les villes et le commerce au Moyen- Age.
En quatrième, nous avons passé du temps sur le chapitre sur « les libertés en France » en profitant pour faire un débat sur l’Etat d’urgence, avant de traiter « les temps forts de la Révolution et l’Empire » sous forme d’exposés réalisés en groupe. Les élèves seront interrogés sur ces temps forts à la rentrée sous la forme d’une évaluation Plickers.
Ils ont aussi commencé à rédiger le journal intime de leur personnage durant la Révolution et l’Empire, en essayant d’imaginer ce que leur personnage (noble rural, soldat, paysan, bourgeois commerçant ou esclave) a pu entendre, voir ou ce qu’il a pu faire durant les différents évènements.
En troisième, nous avons terminé l’étude de la Seconde guerre mondiale avec l’analyse de la situation de la France et de la résistance et de la collaboration. Pour l’EPI, les élèves ont rédigé des tracts de la résistance ou des poèmes engagé sur le thème des femmes. En éducation civique, les élèves travaillent sur le thème des élections présidentielles pour comprendre le fonctionnement des institutions de la république. La dernière semaine a été entièrement consacrée au brevet blanc (que je dois corriger durant les vacances) et au stage en entreprise.
J’ai fait 3 et 4 heures de cours avec les deux groupes d’élèves de la mission contre le décrochage scolaire. En lycée, nous avons abordé la citoyenneté avec le droit de vote (avec une évaluation Plickers de leur connaissances préalables) et le fonctionnement des institutions en utilisant un jeu de cartes. Au collège, nous avons travaillé d’abord sur l’actualité (les élèves ont réalisé différents travaux sur les attentats) avant de nous intéresser à la laïcité en imaginant un jeu de société.

Avec le recul je trouve que nous n’avons pas beaucoup avancé durant cette période, notamment en cinquième. Il va falloir que j’accélère à la rentrée.

Voici l’avancée dans les programmes (en jaune, les chapitre traités) :

histoire-c41-864x1024binder1_page_1

Drôle de matinée

Le verglas a empêché les cars d’amener la plupart des élèves. Résultats : six élèves de troisième pour deux heures de cours… Les présents ont finalisé leur travail pour l’EPI : rédiger des tracts ou des poèmes de la résistance durant la Seconde guerre mondiale sur du papier dansant des années 30 et 40. Mais dans le temps restant, ils ont voulu jouer au Risk Napoléonien en piochant dans la ludothèque de la classe.

img_7318

Matinée jeu

Mathieu, un étudiant en master 2 à l’ESPE de Mont Sait aignan nous a rendu visite ce matin. Dans le cadre de ses recherches, il travaille sur le jeu vidéo à l’école et voulait observer un séance de jeu en classe.

img_7305

J’ai donc proposé aux élèves de cinquième de tester le jeu Tranches de vie au Moyen – Age que j’ai présenté ici. Répartis à deux par ordinateurs entre ma salle de classe (4 ordis), mes portables (3 ordis) et la salle informatiques (9 ordinateurs hors services…), les élèves devaient compléter un dossier au fur et à mesure de leur avancée dans le jeu.

jeu-moyen-age

Après les avoir observé, Mathieu a fait avec eux le bilan : ils ont aimé la séance et n’ont pas eu l’impression de travailler même s’ils ont eu conscience d’avoir appris des choses. Nous avons pu observer de la coopération entre les élèves sous forme de reformulation de consignes, d’aide à la lecture etc… Comme les élèves se sont investis mais n’ont pas terminé, je vais poursuivre l’exploration du jeu la semaine prochaine.
En troisième, Mathieu a distribué un questionnaire au sujet de la pratique du jeu vidéo en classe et à la maison par les élèves, et nous avons mené une discussion autour du thème « peut-on apprendre avec les jeux vidéo ? ». Etonnamment,15 élèves sur 52 (11 dans une troisième et 4 dans l’autre) estiment qu’il ne faut pas jouer aux jeux vidéo en classe. Leurs arguments : le jeu peut faire perdre de vue l’objectif pédagogique ou encore l’école c’est pour apprendre et pas pour se divertir !
Nous avons alors évoqué le jeu Minecraft et ses applications pédagogiques : j’ai montré le module sur l’art roman et gothique d’un collègue (dont le site est malheureusement fermé), le collège virtuel construit par des élèves il y a deux ans et des expériences canadiennes.
J’ai enfin proposé aux élèves  de construire des environnements Minecraft exploitables en cours d’histoire – géographie au collège. Une équipe de volontaires s’est proposée pour travailler le mercredi matin sur une heure de creux. Nous verrons si leur motivation aboutit.

Bilan d’un débat en 4e

J’ai organisé un premier débat en quatrième dans le cadre du chapitre sur les libertés en France. Ce débat a consisté en deux questions : « l’état d’urgence nuit-il à nos liberté  ? »  et « faut-il nous surveiller pour notre sécurité ? »

capture-decran-2016-12-10-a-08-10-20
Avant de débattre, les élèves avaient travaillé sur des documents de leur manuel en classe et à la maison et vu la vidéo ci-dessous.

Lors du débat, réparti sur deux heures de cours, les élèves de mes deux classes ont pu se placer dans la classe en fonction de leur avis, selon la méthode du débat orthonormé expliquée ici. Ainsi tout le monde prenait position sans forcément s’exprimer oralement dans un premier temps.

A la première question, après discussion, 31 élèves des deux classes estiment que l’état d’urgence ne nuit pas vraiment à nos liberté contre 15 qui le pensent au contraire.
Concernant la surveillance, 25 élèves estiment qu’elle est positive et même nécessaire tandis que 21 la juge dangereuse.

J’ai trouvé les échanges intéressants car argumentés et respectueux. Quelques élèves ont même accepté de changer d’avis en reconnaissant n’avoir pas vu tous les aspects des différentes questions, ce qui n’est pas si évident ni fréquent.