Catégorie : Terminale STG / STMG

Un document sur la production de pétrole

Capture d_écran 2018-11-20 à 18.20.42

Il est issu du journal Le Monde du 21 novembre. Il montre bien l’augmentation de la demande et le fait que cette demande devrait dépasser l’offre à partir des années 2020. On voit également que les réserves exploitées actuellement seront épuisées vers 2025 et que le pétrole de schiste jouera alors un grand rôle dans l’approvisionnement.

 

Quand l’occasion fait le larron…

«J’ai été choqué, scandalisé par cette vidéo», a affirmé Jean-Michel Blanquer dans une interview donnée au Parisien paru ce lundi à propos de la diffusion d’une vidéo montrant un élève en train de braquer sa professeur avec une arme factice à Créteil. Si ces propos étaient attendus par l’ensemble de la communauté éducative, la suite ne l’était pas moins. «Notre loi ouvre la possibilité aux lycées d’interdire le portable. Cela n’était pas possible avant. J’encourage ainsi vivement les lycées qui sont confrontés à des faits anomaux à user de ce nouveau droit».

Les meilleurs copies d’histoire de l’examen d’entrée à Science – Po

Pour entrer en première année à Sciences Po Paris, plus de 5000 lycéens ont passé en 2018 les épreuves écrites de l’examen d’entrée, mais seuls 801 candidats ont été admis.
Pour aider les candidats qui se présenteront à la session 2019, Sciences Po a publié les sujets et les meilleures copies de littérature, philosophie et d’histoire.
En histoire, le sujet de la composition était « La Résistance a-t-elle préparé et réalisé une totale transformation de la République française (1940-1946) ? ». Le second sujet portait sur un extrait de l’autobiographie de Simone Veil, Une vie, où elle raconte comment Jacques Chirac lui a proposé de devenir, en 1974, ministre de la Santé dans son gouvernement. Les meilleurs travaux de la session 2018 sont à télécharger ci-dessous :

copie histoire 1

copie histoire 2

Cela devrait faire réfléchir nos responsables politiques

Un quart des élèves de Terminale n’ont pas ou peu confiance dans le système démocratique, selon une enquête du conseil national d’évaluation du système scolaire menée auprès de 6600 élèves. Un rapport plus exhaustif, qui portera sur les réponses de 16 000 collégiens et lycéens, est attendu pour février prochain. L’engagement dans des partis ou des syndicats ne semblent plus avoir la faveur des jeunes, qui préfèrent s’investir autrement, notamment à travers le bénévolat.
12% des élèves de dernière année de lycée déclarent s’être déjà investis dans la politique. 44% disent s’impliquer dans des organisations humanitaire ou environnementale confirmant ainsi que le taux d’engagement des jeunes de moins de 35 ans en France dans le bénévolat est parmi les plus élevés en Europe, et qu’il a fortement progressé depuis 2010.
Les jeunes semblent aussi vouloir s’engager sur des actions revendicatives sur des sujets identifiés avec la signature de pétitions, la manifestation ou le boycott de produits.
Un quart des élèves de Terminale n’ont pas ou peu confiance dans le système démocratique. Ce sont le plus souvent des garçons, des élèves scolarisés en lycée professionnel, ou des enfants dont les parents ne s’intéressent pas du tout à l’actualité.
Le gouvernement prévoit une consultation de la jeunesse sur les modalités du service national universel, dont l’inscription dans la Constitution a été votée en juillet.

D’après un article du Monde.fr

Oui, d’accord, mais ensuite ?

« L’encyclopédisme des programmes, reconnu des différents acteurs, rend les enseignements difficiles : il les contraint à un rythme soutenu (les prescriptions horaires pour le traitement des différentes questions sont jugées impossibles) et il réduit les possibilités de proposer aux élèves des pratiques de classe variées, des exercices fréquents pour fixer leurs apprentissages et construire leurs compétences. La dimension cyclique qui caractérise la discipline, depuis l’école primaire jusqu’au lycée, entraîne l’étude, à plusieurs reprises, des mêmes époques et des mêmes faits historiques : ce phénomène de répétition peut lasser les élèves qui n’en perçoivent pas la logique d’approfondissement et les changements de perspective.
L’universalisme du programme de seconde semble accepté par tous les acteurs mais on peut s’interroger sur les conditions de sa mise en œuvre. L’étude nécessaire des changements d’échelle propose aux élèves des approches variées et distanciées ; elle conduit cependant à des focales parfois très restreintes (ainsi en géographie, une étude de cas sur la plateforme de Roissy) ou trop ambitieuses (par exemple, en histoire, « Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne depuis 1875»). Du reste, l’introduction d’éléments de la recherche, la priorité donnée aux thématiques au détriment de la chronologie peut entrer en contradiction avec la nécessité de transmettre une formation historique fondamentale à tous les élèves. Si les programmes doivent définir des contenus explicites, les approches doivent se dégager de tout caractère prescriptif et gagner en souplesse : pourquoi, par exemple, devoir aborder les totalitarismes du XXe siècle dans une perspective nécessairement comparatiste ?
Les programmes de géographie gagneraient à se dégager de l’inspiration des programmes de l’enseignement supérieur pour proposer des approches plus concrètes des territoires (région, France).
Tous les acteurs conviennent que la nature et le format des épreuves actuelles (épreuve de composition, analyse d’un ou deux documents et croquis en géographie) doivent être maintenus. Leur orientation et leur formulation doivent néanmoins être infléchies afin qu’en soit rehaussée l’ambition. De fait, la composition, dont les sujets relèvent souvent d’une entrée de chapitre abordée en cours, confine fréquemment à l’attente apparente d’une simple restitution de connaissances sans problématisation et sans réflexion argumentée. L’analyse de documents pourrait plus explicitement mobiliser les connaissances relatives aux documents proposés. L’élaboration du croquis pourrait également s’appuyer sur un corpus de documents statistiques que les élèves exploiteraient afin de nourrir leur travail.
L’élévation des exigences des épreuves doit évidemment être envisagée dès les pratiques de classe : aussi requiert-elle des exercices plus fréquents, et donc davantage de temps et de souplesse pour aborder les contenus de programme. L’on ne pourra atteindre cet objectif qu’en révisant les dimensions de ces derniers, qui constituent paradoxalement un frein aujourd’hui à une véritable préparation des élèves aux exigences fondamentales de l’examen. »
 

Dans sa « Note d’analyses et de propositions » le Conseil supérieur des programmes (CSP) présente à la fois une analyse critique des programmes actuels de lycée (il serait temps…) et leur recadrage dans le futur nouveau lycée. Le CSP va même jusqu’à donner des indications précises sur les enseignants qui pourront exercer dans tel ou tel enseignement de spécialité ou option et en fixe même la répartition horaire, comme s’il pouvait décider en la matière.
Il annonce des révisions de programmes ainsi que des changements dans les épreuves du bac. L’objectif annoncé est « l’élévation réelle du niveau des acquis de l’ensemble des élèves« , ce qui me donne envie de rire…
En histoire-géo, le CSP critique à juste titre l’encyclopédisme des programmes qui  » réduit les possibilités de proposer aux élèves des pratiques de classe variées« . Il semble rejeter aussi (enfin ?) « la dimension cyclique qui caractérise la discipline, depuis l’école primaire jusqu’au lycée qui entraîne l’étude, à plusieurs reprises, des mêmes époques et des mêmes faits historiques : ce phénomène de répétition peut lasser les élèves qui n’en perçoivent pas la logique d’approfondissement et les changements de perspective » (j’espère que le CSP ne vient pas seulement de s’en rendre compte !).
Bonne remarque donc, mais la suite vient tout gâcher :  » l’introduction d’éléments de la recherche, la priorité donnée aux thématiques au détriment de la chronologie peut entrer en contradiction avec la nécessité de transmettre une formation historique fondamentale« . Me voilà rassurer, le CSP ne veut pas trop innover !
Le CSP souhaite enfin garder les épreuves du bac même si elles ne servent pas à mesurer les compétences des élèves, mais seulement leur encyclopédisme . Je remarque que le CSP emploie pourtant l’expression  » construire leurs compétences » à propos des élèves, mais il ne semble pas à une contradiction près.