Étiquette : La République et la citoyenneté

Snapchat présenterait un intérêt particulier pour l’économie ou la culture française !

Le patron américain de l’entreprise californienne Snapchat, a été naturalisé Français en septembre 2018. On trouve son nom au milieu d’un décret de 30 pages publié au Journal officiel, qui énumère les noms de plus de 700 étrangers naturalisés en septembre 2018. Le PDG de l’application de partage de vidéos et photos éphémères ne réside pourtant pas en France, il n’a aucun parent français et sa femme est australienne.
Cette naturalisation a été permise par une procédure dite de l’étranger émérite, au titre de la contribution au rayonnement de la France. Codifiée en 1993 à l’article 21-21 du code civil, elle permet au ministère des affaires étrangères de naturaliser « un étranger francophone qui en fait la demande et qui contribue par son action émérite au rayonnement de la France et à la prospérité des relations économiques internationales. » Le gouvernement l’utilise  parfois pour des sportifs ou des artistes comme joueur de rugby sud-africain Maks Van Dyk, devenu Français par ce biais en septembre 2019, de même que le romancier américain Jonathan Littell.
La loi conditionne normalement la naturalisation à une résidence  d’au moins cinq ans en France, période qui peut dans certains cas être réduite à deux ans. Evan Spiegel, qui vit dans le comté de Los Angeles, a bénéficié d’une assimilation de son séjour à l’étranger à une résidence. Ce dispositif, prévu à l’article 21-26 du code civil, peut être utilisé pour « un étranger qui exerce une activité professionnelle publique ou privée pour le compte de l’Etat français ou d’un organisme dont l’activité présente un intérêt particulier pour l’économie ou la culture française ».

D’après un article du Monde.fr

La nationalité française serait la meilleure du monde !

Le “Kälin and Kochenov’s Quality of Nationality Index” est un classement annuel créé par l’avocat suisse Christian Kälin et le Néerlandais Dimitry Kochenov, expert en citoyenneté et en immigration. Il s’appuie sur des facteurs tels que “la liberté de voyager et de s’installer à l’étranger, la paix et la stabilité, la puissance économique et le développement personnel”.
Avec un score de 83,5 %, la France est première pour la huitième année consécutive, suivie de près par l’Allemagne, les Pays-Bas et le Danemark. Ce sont les pays de l’Union européenne qui tiennent la tête du classement – principalement grâce à la liberté de mouvement permise par les pays membres.

Quality of Nationality Index Global Rankings

Il faut réfléchir au rôle des médias dans la bêtise actuelle qui s’exprime

Je crois que les journalistes sont convaincus (ou veulent convaincre) que les Français ne peuvent s’intéresser à autre chose que leur petit pays. Aussi cherchent-ils toutes les occasions pour révéler et entretenir des polémiques qui font vendre  et prospérer des espaces publicitaires, mais qui ne présentent aucun intérêt. Et puis il y a les personnalités politiques qui cherchent à exister et sont près pour cela à tous les stratagèmes.

Ce sénateur, par exemple, indigne de la fonction qui lui a été déléguée et heureusement contredit par cet autre (quand se décidera-t-on à supprimer cette assemblée inutile et coûteuse, témoignage archaïque ?)

Il me semble que nous abusons de notre liberté d’expression et confondons souvent le droit de (presque) tout dire avec celui de dire n’importe quoi…

 

Je vais le proposer à mes troisièmes

L’association Électeurs en herbe a créé un parcours d’éducation à la citoyenneté pour les élections municipales qui se dérouleront les 15 et 22 mars 2020. elle propose des activités à faire en classe spécialement pensées pour le scrutin municipal :

Étape 1 : Ma démocratie
Il s’agit de découvrir ou améliorer sa connaissance des institutions et du système politique français au travers du travail de l’élu.e muncipal.e
Étape 2 : Je m’informe
Il s’agit de reconnaître et d’utiliser de façon critique les diverses sources d’information à notre disposition durant une campagne électorale.
Étape 3 : Mon opinion
Il s’agit de formuler une opinion, savoir écouter celle des autres et se forger une opinion personnelle en analysant les enjeux et les argumentaires.
Étape 4 : Mon vote
Il s’agit d’organiser une simulation d’élections, qui permet aux jeunes de se positionner sur les véritables listes candidates.
Étape 5 : Je m’engage ?
Il s’agit de comprendre et identifier les différents types d’engagement et espaces de citoyenneté en dehors du vote.