Catégorie : Histoire des femmes

Un jeu sur le droit des femmes et les inégalités dont elles sont victimes fabriqué par des élèves de troisième et de quatrième

Il est très beau et semble très intéressant. Les portraits de femmes illustrant le plateau ont été réalisés par des élèves de troisième également. Y aura-t-il une diffusion ? 

Une belle idée

En 2012, la ministre au logement Cécile Duflot avait été sifflée par une partie des hommes de l’Assemblée nationale car elle portait une robe qui les dérangeait. La députée Marie-Charlotte Garin a donc décidé de porter la même robe hier, lors de la première séance de la nouvelle législature.  

Vers un recul probable du droit des femmes aux Etats – Unis

La Cour suprême américaine s’apprête sans doute à revenir sur l’arrêt Roe v. Wade, qui a estimé que la Constitution américaine protégeait le droit des femmes à avorter. « Nous estimons que Roe v. Wade doit être annulé », écrit dans un texte le juge conservateur Samuel Alito, pour qui le droit à l’avortement n’est protégé par aucune disposition de la Constitution et ne fait pas partie de l’histoire et des traditions du pays.
Début décembre 2021, les neuf magistrats américains ont tenu une audience préliminaire sur une loi restreignant l’accès à l’interruption volontaire de grossesse au Mississippi. Ils doivent déterminer, dans une décision attendue en 2022, si le texte est conforme à la Constitution.
Certains observateurs redoutaient que la plus haute juridiction du pays, à majorité conservatrice, ne renverse la seule jurisprudence qui garantit ce droit dans l’ensemble des Etats-Unis et le texte mentionné ci-dessus semble leur donner raison.
Au niveau fédéral, l’interruption volontaire de grossesse a été légalisée en 1973 par un arrêt de la Cour suprême, dans l’affaire Roe v. Wade, opposant l’Etat du Texas à une Américaine qui n’avait pas pu avorter. A cette époque, 35 Etats criminalisaient encore l’avortement. Mais les juges ont estimé que la Constitution garantissait le droit à l’autonomie et, à ce titre, permettait aux femmes de décider si elles voulaient mettre un terme à leur grossesse. Cette jurisprudence fixe également le cadre légal de l’accès à l’avortement. Il précise ainsi que l’IVG est autorisée jusqu’au seuil de viabilité, c’est-à-dire le stade à partir duquel un fœtus peut survivre en dehors de l’utérus. L’avortement est donc légal jusqu’à environ 24 semaines de grossesse, sur l’ensemble du territoire américain. En faisant de l’avortement un droit fondamental, Roe v. Wade a permis de poursuivre en justice les Etats qui tente de faire passer des lois restreignant ou interdisant l’IVG et de faire invalider ces textes.
L’arrêt Roe v. Wade fonctionne comme un seuil minimum : un Etat ne peut pas faire moins, mais il peut faire plus.
Si les juges venaient à renverser l’arrêt de 1973, une vingtaine d’Etats interdiraient probablement immédiatement l’IVG, soit en raison de lois qui précédaient Roe et seraient à nouveau applicables, soit en raison de textes adoptés depuis et qui entreront automatiquement en vigueur si l’arrêt est renversé. On estime que plusieurs autres Etats républicains légiféreraient rapidement en ce sens. En définitive, l’avortement serait interdit dans plus de la moitié des Etats américains.

D’après plusieurs article de France Info.

Dire non et le faire comprendre en 1939

Le harcèlement de rue existait déjà et la solution aussi. 

Des documentaires à voir sur la cause des femmes et leur rôle dans l’histoire

C’est sur France Télévision : « Le siècle des couturières » (lundi 7 mars à 21h10 sur France 3) qui revient sur le travail de ces femmes françaises au XIXe et XXe siècle ; « Gisèle Halimi, la cause des femmes », programmé hier mais visible en replay ; « Une femme en guerre » racontant l’engagement dans la résistance de Cécile Rol Tanguy  et « Le destin de Joséphine H », une infirmière américaine durant la Première Guerre mondiale.