Étiquette : Richesse et pauvreté dans le monde

Les pays où il fait bon vivre pour les enfants

Dans un rapport récent, l’ONG Save the Children dresse la liste des pays les plus favorables et les plus dangereux pour les enfants, en fonction de la manière dont leurs droits sont protégés ou non et dont ils sont ou non privés de leur enfance. Voici, selon l’ONG, les 10 pays les plus favorables aux droits des enfants :
1.Norvège et Slovénie (ex aequo)
3. Finlande
4. Pays-Bas et Suède (ex aequo)
6. Portugal
7. Irlande
8. Islande et Italie (ex aequo)
10. Belgique, Chypre, Allemagne et Corée du Sud (ex aequo)

Save the Children s’est appuyée sur différents critères pour établir son classement : le taux de mortalité infantile, la malnutrition, le taux de scolarisation, le travail des enfants, le taux d’enfants mariés, le taux de natalité des adolescentes, le taux d’homicides des enfants ou encore le pourcentage de la population déplacée.
Selon cet indice, intitulé «La fin de l’enfance», les taux de mortalité infantile les plus élevés se trouvent en Afrique subsaharienne, où les soins médicaux élémentaires sont souvent indisponibles, trop lointains pour être accessibles, ou trop chers. En Angola, en Centrafrique, au Tchad, au Mali, au Nigéria, au Sierra Leone et en Somalie, plus de 10% des enfants n’atteindront pas leur cinquième anniversaire. C’est 40 fois le taux de mortalité avant 5 ans de la Finlande, du Japon, de la Norvège ou de Singapour. À noter que la France se classe 14e .

Dans un autre rapport récent sur le bien-être des enfants, concentré sur les pays riches, Innocenti, centre de recherche de l’Unicef, a classé 41 pays de l’Union européenne et de l’OCDE selon neuf critères : réduction de la pauvreté et de la faim, bonne santé et bien-être, éducation, accès à un travail décent et à la croissance économique ou encore réduction des inégalités. Les pays du Nord de l’Europe sont en tête et la France arrive en 19e position. Ce rapport souligne que notre pays obtient son meilleur classement à la 7e position avec l’Objectif 2 d’éradiquer la faim et le plus mauvais, en 34e position, avec l’Objectif 10 de réduction des inégalités. Ce résultat s’explique par les mauvaises performances de la France soulignées par l’enquête Pisa sur l’impact du milieu social sur les résultats scolaires.

D’après un article de Slate.fr

Quand les déchets tuent de nouveau

tt-20170415-1536-b4100c-0@1x

L’effondrement d’un tas d’ordures de 91 mètres de haut, vendredi 14 avril, a fait au moins 29 morts dans la décharge de Kolonnawa, à Meetotamula, une ville située au nord-est de Colombo, la capitale sri-lankaise. La pile de déchets, déstabilisée pendant la nuit par des pluies torrentielles et un incendie, s’est écroulée en ensevelissant 145 habitations d’un bidonville.
La décharge compte 23 millions de tonnes d’ordures, provenant essentiellement de la capitale, dont 800 tonnes de déchets solides supplémentaires déversées chaque jour.
Le 16 mars dernier, l’effondrement d’une décharge à Addis – Abeba, en Afrique, avait fait près de 120 morts.

D’après un article du Monde.fr

Même planète… Et parfois, même pays !

Ces photographies ont été prises dans le cadre du projet Material World, a global Family portrait, chapeauté par le photographe Peter Menzel dont j’ai déjà étudié les photographies issues du livre Hungry Planet avec les élèves de cinquième.

91SKeJESxRL

Un artiste chinois a eu la même idée et a parcouru la Chine pour montrer les différents types de famille et de niveaux de vie dans son pays.

Cela me semble intéressant à exploiter dans le cadre du chapitre de cinquième « Richesse et pauvreté dans le monde », ou tout simplement pour ouvrir les yeux de mes élèves, trop ignorants du monde qui les entoure.

Une exposition sur la pauvreté réalisée par les cinquièmes

img_7519img_7522

Pour la réaliser, les élèves ont étudié le documentaire La pauvreté en question, réalisé dans le cadre du projet « 7 milliards d’autres ». Ils ont d’abord choisi deux pays par continents afin de faire des recherches et de compléter une fiche d’identité du pays. Puis ils ont sélectionné un extrait de l’interview de l’habitant du pays choisi qui leur semblait le plus intéressant pour le recopier à côté de son portrait.

Définition de richesse et pauvreté en 5e

Dans le cadre du chapitre de géographie consacré à la répartition de la richesse et de la pauvreté dans le monde, nous avons réfléchi aux définition des mots « pauvre » et riche ».

Les élèves sont rapidement tombés d’accord pour reconnaitre la définition de pauvreté proposée dans leur manuel : « insuffisance de revenu entraînant des privations et l’incapacité pour une population de satisfaire ses besoins. Dans le cas de l’extrême pauvreté, il s’agit des besoins essentiels : se nourrir, accéder à l’eau potable, se loger, se soigner, s’éduquer. »
Il y a par contre eu une discussion sur le seuil de la pauvreté déterminé par l’ONU (un revenu de 1,9 $ par personne et par jour), les élèves découvrant qu’en Inde ce seuil concerne environ 600 millions de personnes ! Pour eux, il est vite apparu évident qu’avec 2 ou 3 dollars, la situation n’était pas meilleure. J’en ai profité pour montrer les dernières statistiques pour la France,  dans laquelle 14% de la population est reconnue pauvre car ayant un revenu inférieur à 60% du revenu médian, soit environ 600 euros par mois.

C’est concernant la définition de riche que le débat a été le plus riche. Le manuel ne proposant pas de définition, mais employant le mot j’ai demandé aux élèves ce que cela voulait dire pour eux, été riche. Voici leurs réponses que nous avons discutées ensuite :
croire qu’on est différent des autres,
– avoir plus qu’il ne faut,
– pouvoir se faire plaisir,
– ne pas avoir besoin d’économiser pour acheter quelque chose d’important,
– être plus souvent en vacances qu’au travail,
– avoir beaucoup plus d’argent que la moyenne,
– avoir plus que le salaire minimum,
– avoir du pouvoir (faire faire ce que l’on veut à quelqu’un),
– travailler moins pour gagner plus.