Catégorie : Jouons un peu !

Enseigner les relations internationales avec un jeu de carte

Sébastien Durand enseigne au lycée Olympe de Gouges à Noisy-le-Sec, et il a proposé à ses élèves de terminale STMG un jeu de carte sur les relations entre les Etats-Unis et l’Amérique latine de la Guerre froide à nos jours. Voici une émission de radio qui relate cette expérience.

Le jeu de la Paix

IMG_8422-1

Ce matin, au collège de Maromme, nous avons testé le jeu créé par les élèves de la mission contre le décrochage scolaire pour la dernière séance de l’année. Malheureusement, comme le chef d’établissement n’a pas souhaité que nous l’essayions avec d’autres élèves du collège, nous avons juste joué entre nous. Le jeu fonctionne assez bien, mais les parties sont plus longues que prévu et durent plutôt 45 minutes.

À la fin du cours, j’ai demandé aux élèves ce qu’ils avaient pensé de l’expérience et du jeu en classe. Voici leurs réponses.

J’ai le dernier cours au lycée de Barentin cette après-midi, avec d’autres élèves de la mission décrochage. Je vais leur proposer de jouer au Jeu de la Paix afin de voir leurs réactions.

Pour jouer à la Révolution et à l’empire

Capture d_écran 2017-04-22 à 08.56.33

Le jeu sur ordinateur  « J’ai vécu au XVIIIe siècle » avait donné lieu à une adaptation papier « J’ai vécu la Révolution et l’Empire », que j’ai beaucoup utilisé au collège et au lycée. Un collègue en propose maintenant une version sur Internet, sous la forme de QCM auto-corrigés, réalisés avec Google Forms.
Le jeu repose sur 5 attitudes qui représentent les opinions des protagonistes de la Révolution et de l’Empire :
– les Conservateurs (Chouans, contre-révolutionnaires) qui représentent le parti de la Reine, du Comte d’Artois et des immigrés.
– les Modérés : en 1789, on peut les assimiler au parti de Lafayette, favorable aux réformes et à une monarchie parlementaire ; puis au cours de la Terreur, ils vont se retrouver plus proche des Conservateurs ; l’arrivée de Napoléon est souvent vécu par eux comme une aubaine et ils regroupent alors l’ancienne noblesse libérale et la nouvelle élite impériale.
– les Républicains (tendance girondine) : leur idéal, c’est la DDHC ! Leur modèle, c’est l’Amérique ! Un temps tenté par Napoléon, mais déçus par ses déviances autoritaires, ils défendent les libertés et une République modérée.
– les Enragés : un seul maître, Robespierre ! Une seul maîtresse, la guillotine ! Ils enragent de tout ce qui peut ressembler à un privilégié, noble ou clerc. Ils veulent une République des égaux.
– les Prudents sont sûrement les plus silencieux, mais aussi les plus nombreux. Cette opinion repose sur l’idée que la majorité des Français a plus subi qu’autre chose la Révolution et ses débats qui les dépassaient.

En fonction du personnages incarnés par les élèves, ils peuvent ainsi « jouer » seuls et faire évoluer leur personnage entre 1789 et 1815.

Un jeu de carte sur Rome

Deux collègues, Catherine Daoudal et Laurent Siccard, ont adapté le jeu Citadelles au contexte de la Rome antique. Le jeu est décrit ici et on eut demander à Laurent les cartes en le contactant par mail. Plus intéressant encore, ils proposent un document pour adapter le concept à d’autres thèmes, notamment en géographie.

Capture d_écran 2017-04-22 à 08.44.51
Des cartes de personnages

Pour construire les cartes, ils ont utilisé des applications en ligne permettant de créer des cartes Magic, Pokémon ou Yu-gi-oh. On peut aussi utiliser le logiciel Magic Set Editor avec ses nombreux templates de jeux de cartes.

Je vais faire tester le jeu à mes élèves à la rentrée, le temps de préparer les cartes. Et j’envisage d’en créer un sur le thème de la seigneurie en 5e.