Étiquette : Inégalité devant la santé

Une bonne nouvelle contre Ebola

Deux vaccins expérimentaux contre le virus Ebola se sont avérés prometteurs pour protéger de la fièvre hémorragique pendant au moins un an, selon les résultats d’un essai clinique mené dans le cadre d’une collaboration de recherche clinique entre les États-Unis et le Liberia, connue sous le nom de Partenariat pour la recherche sur le virus Ebola au Liberia.
L’essai a porté sur 1500 personnes au Liberia. Les participants ont reçu l’un des deux sérums en cours de test ou un placebo.
Après un mois, 84 % des patients vaccinés avec le rVSV-ZEBOV ont développé des anticorps. Après un an, 80 % d’entre eux étaient toujours protégés. Pour le cAd3-EBOZ, 71 % ont développé des anticorps après un mois et 64 % étaient toujours protégés à la fin de l’essai.
Après avoir reçu le vaccin, certaines personnes ont ressenti « des effets secondaires légers ou modérés, comme des maux de tête, des douleurs musculaires, de la fièvre et de la fatigue », précise le rapport.
Le premier vaccin, rVSV-ZEBOV, a été conçu par des scientifiques du gouvernement canadien et est maintenant sous licence des laboratoires Merck, Sharp et Dohme Corporation. Le deuxième vaccin, cAd3-EBOZ, a été développé par le Centre de recherche sur les vaccins de l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses et GlaxoSmithKline.

D’après un article du Monde.fr

L’épidémie de choléra progresse au Yémen

Yemen_(orthographic_projection)

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre de cas de choléra a dépassé le demi-million au Yémen. Près de 2000 personnes en sont déjà mortes depuis fin avril et 5000 personnes contractent la maladie chaque jour dans ce pays où des millions de personnes sont privées d’eau potable et de soins. Plus de 41% des malades sont des enfants.

La pollution est catastrophique en Chine

On estime qu’en Chine près de 60% des nappes phréatiques, 30% des rivières et 19% des terres arables sont si polluées qu’elles menacent la vie des habitants, et qu’un Chinois sur sept consomme de l’eau contaminée, soit 190 millions de personnes.
Le journal suisse Le Temps propose un reportage dans l’un des « villages du cancer » qui bordent la rivière Huai, à l’est du pays.
Le fleuve jaune, le Yangtzé, la rivière des Perles et la rivière Huai font partie des cours d’eau les plus pollués. Ils sont bordés d’une multitude d’usines de papier, de cuir, de pesticides et de peinture qui déchargent souvent leurs eaux usagées directement dans les rivières. A cette pollution industrielle s’ajoutent les pesticides et les fertilisants qui s’infiltrent dans les rivières et les lacs depuis les champs qui les bordent.
Une partie des produits toxiques contenus dans les eaux de Chine sont cancérigènes. Lorsqu’ils sont bus, ils provoquent des cancers des organes digestifs (œsophage, colon, estomac, foie, gorge). Ces substances polluantes s’immiscent aussi dans la chaîne alimentaire. Les poissons et les crabes pêchés en Chine présentent régulièrement des traces de dioxine. Une partie du riz est contaminé à l’arsenic.
La Chine compterait 459 « villages à cancer », où le taux de cancers est 50% plus élevé que dans le reste du pays.

Les pays où il fait bon vivre pour les enfants

Dans un rapport récent, l’ONG Save the Children dresse la liste des pays les plus favorables et les plus dangereux pour les enfants, en fonction de la manière dont leurs droits sont protégés ou non et dont ils sont ou non privés de leur enfance. Voici, selon l’ONG, les 10 pays les plus favorables aux droits des enfants :
1.Norvège et Slovénie (ex aequo)
3. Finlande
4. Pays-Bas et Suède (ex aequo)
6. Portugal
7. Irlande
8. Islande et Italie (ex aequo)
10. Belgique, Chypre, Allemagne et Corée du Sud (ex aequo)

Save the Children s’est appuyée sur différents critères pour établir son classement : le taux de mortalité infantile, la malnutrition, le taux de scolarisation, le travail des enfants, le taux d’enfants mariés, le taux de natalité des adolescentes, le taux d’homicides des enfants ou encore le pourcentage de la population déplacée.
Selon cet indice, intitulé «La fin de l’enfance», les taux de mortalité infantile les plus élevés se trouvent en Afrique subsaharienne, où les soins médicaux élémentaires sont souvent indisponibles, trop lointains pour être accessibles, ou trop chers. En Angola, en Centrafrique, au Tchad, au Mali, au Nigéria, au Sierra Leone et en Somalie, plus de 10% des enfants n’atteindront pas leur cinquième anniversaire. C’est 40 fois le taux de mortalité avant 5 ans de la Finlande, du Japon, de la Norvège ou de Singapour. À noter que la France se classe 14e .

Dans un autre rapport récent sur le bien-être des enfants, concentré sur les pays riches, Innocenti, centre de recherche de l’Unicef, a classé 41 pays de l’Union européenne et de l’OCDE selon neuf critères : réduction de la pauvreté et de la faim, bonne santé et bien-être, éducation, accès à un travail décent et à la croissance économique ou encore réduction des inégalités. Les pays du Nord de l’Europe sont en tête et la France arrive en 19e position. Ce rapport souligne que notre pays obtient son meilleur classement à la 7e position avec l’Objectif 2 d’éradiquer la faim et le plus mauvais, en 34e position, avec l’Objectif 10 de réduction des inégalités. Ce résultat s’explique par les mauvaises performances de la France soulignées par l’enquête Pisa sur l’impact du milieu social sur les résultats scolaires.

D’après un article de Slate.fr

51 millions d’Américains sans couverture maladie d’ici 2026

Le projet de réforme du système de santé américain, voulu par le président Trump, privera de couverture maladie 14 millions de personnes supplémentaires dès 2018 et 23 millions en 2026, selon un rapport publié mercredi 24 mai par le bureau du budget du congrès.
Si la réforme était adoptée, le nombre de personnes sans couverture maladie atteindrait 51 millions en 2026 aux États-Unis, contre 28 millions si la loi emblématique de la présidence de Barack Obama était maintenue en place.
Son adoption permettrait de réduire de 119 milliards de dollars (106 milliards d’euros) le déficit public américain entre 2017 et 2026.
Ce nouveau projet de loi a été adopté de justesse par la Chambre des représentants le 4 mai et il doit désormais être examiné et voté par le Sénat avant d’être promulgué.

D’après un article du Monde.fr

Le retour d’Ebola, déjà

001-oc3ma-preview_1_512_612

Un nouveau foyer du virus Ebola a été détecté dans des villages du nord de la République Démocratique du Congo. Dans la région forestière dense du Bas-Uélé, trois personnes sont mortes et six autres sont malades, présentant toutes les symptômes de la fièvre hémorragique mortelle.
La première victime, un homme de 45 ans, est décédée le 22 avril dernier. Le chauffeur de taxi qui l’a conduit à l’hôpital a succombé peu après. Selon l’OMS, 25 personnes ayant été en contact avec ce premier patient sont sous surveillance.
La zone de Likati, où se situent les villages touchés, est perdue dans la forêt équatoriale. Il faut compter deux à trois jours de route pour l’atteindre depuis Kinshasa, la capitale, en raison du manque d’infrastructures dans ce pays grand comme cinq fois la France. Le point positif est que la maladie risque peu de s’étendre. Mais d’un autre côté, l’acheminent de médicaments, de médecins et matériel médical est lui aussi freiné par l’éloignement.
La République Démocratique du Congo a connu huit poussées d’Ebola depuis 1976, très limitées géographiquement, en raison de la faible mobilité des habitants. Au total, près de 800 personnes ont trouvé la mort durant ces épidémies.

D’après un article de La Croix.

Une épidémie de choléra s’annonce au Yémen

bombardements-guerre-civile-que-se-passe-t-il-au-yemen

L’ONG Médecins sans frontières (MSF) a dénombré plus de 780 cas de choléra ou de diarrhée sévère dans le pays depuis mars, selon un communiqué publié le 9 mai.
L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) annonce 2022 cas de diarrhée sévère dans neuf provinces du Yémen entre le 27 avril et le 7 mai.
Mais ce qui semble bien être une épidémie a déjà fait au moins 34 morts en une période de seulement onze jours au Yémen, pays déchiré par la guerre depuis plus de deux ans ( les combats ont fait plus de 7700 morts et 42 500 blessés depuis mars 2015).
D’autre part, des millions de personnes sont menacées de famine dans le pays.
Le choléra est provoqué par l’absorption d’eau ou de produits alimentaires contaminés par la bactérie Vibrio cholerae, présente dans les matières fécales.