Étiquette : L’Europe des Lumières

Il y a peut – être quelque chose à en faire en classe

128804_couverture_Hres_0

À la fin du XVIIIe siècle, deux membres de l’Académie royale d’Espagne sont mandatés par leurs collègues pour se rendre à Paris et en rapporter les 28 tomes de l’Encyclopédie, alors interdite dans leur pays. Le bibliothécaire don Hermógenes Molina et l’amiral don Pedro Zárate entreprennent alors de Madrid à Paris un long voyage semé de difficultés et de dangers. Par des routes infestées de brigands, faisant halte dans des auberges inconfortables, les deux académiciens arrivent à Paris, où ils découvrent avec étonnement les rues de la capitale française, ses salons, ses cafés, ses librairies, ses moeurs libertines et ses agitations politiques.
Mais très vite, leur quête de l’Encyclopédie se révèle d’autant plus difficile que l’édition originale est épuisée et qu’une partie de l’Académie espagnole, opposée à l’esprit des Lumières, a lancé à leurs trousses un espion chargé de faire échouer l’entreprise.
Nourri de réalité et de fiction, faisant cohabité des personnages ayant existé et d’autres nés de l’imagination de l’auteur, Deux hommes de bien est un roman d’aventures et un éloge de ce qui fut la plus grande entreprise intellectuelle du XVIIIe siècle. Mais c’est aussi une reconstitution minutieuse et vivante du Paris prérévolutionnaire.

13 mai 1717 : naissance de Marie – Thérèse d’Autriche

5099316_6_2f8c_portrait-de-marie-therese-d-autriche-peint_6cf2b3674a1325bc834f505ba22f5cc2
Portrait de Marie-Thérèse d’Autriche peint par Jean-Etienne Liotard ,  exposé au Rijksmuseum à Amsterdam.

Marie-Thérèse d’Autriche avait été éduquée en princesse, pas du tout préparée à diriger des peuples. Elle a grandi en apprenant plusieurs langues et l’art de la conversation, du chant et de la danse. Son père Charles VI l’avait désignée comme héritière du trône par défaut ,mais jusqu’à sa mort accidentelle, il avait espéré la naissance d’un enfant de sexe masculin, en filiation directe.
Lorsqu’elle fut propulsée, en 1740, faute de concurrent mâle, comme « roi de Hongrie » (!), Marie-Thérèse dut donc manœuvrer pour asseoir sa légitimité auprès des puissances étrangères mais aussi dans son propre pays. Elle y parvint cependant en prenant finalement le titre de « reine ».
Pensant n’en faire qu’une bouchée, la France et la Prusse provoquèrent contre elle la guerre de Succession d’Autriche et d’autres conflits. Mais si elle y perdit des territoires, Marie-Thérèse garda toutefois son empire et régna finalement quarante ans.
Marie-Thérèse d’Autriche a mis au monde seize enfants au cours de sa vie, dont cinq garçons, dont deux empereurs. Ceux-ci servirent souvent sa politique d’alliance, comme Marie-Antoinette qui devint reine de France en épousant Louis XVI.
Sa haine tenace des populations juives a dans doute été renforcée par la Contre-Réforme, qui la poussa à imposer le catholicisme comme la seule religion officielle. À la suite de soupçons d’espionnage en faveur de la Prusse par exemple, 200 000 juifs durent quitter Prague, ce qui conduisit à une catastrophe économique.

71k3am3aeDL
Poursuivant sa réflexion sur la place des femmes dans la société et le rapport entre les sexes, Élisabeth Badinter a écrit sur Marie-Thérèse d’Autriche en s’appuyant sur sa correspondance et les témoignages des ambassadeurs étrangers à Vienne, afin de montrer comment cette femme toute-puissante réussit à concilier ses statuts d’épouse, de mère et de souveraine.

Tout Voltaire en 200 volumes…Et 30 000 euros !

Fondée en 1967 par un passionné du siècle des Lumières, la fondation Voltaire s’est fixée pour objectif de recenser et de publier tous les textes connus de Voltaire. Son président actuel, le professeur Nicholas Cronk de l’Université d’Oxford, veut publier l’intégralité des oeuvres de l’écrivain d’ici 2020.
De nombreuses tentatives de rassemblement de ses écrits ont déjà vu le jour. La première débuta même l’année de sa mort, à l’initiative de Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais. Les premiers volumes de cette édition qui ne visait alors ni l’exhaustivité, ni la rigueur scientifique, commencèrent à paraître dès 1784.
De 1829 à 1899, ce fut le tour de l’édition Morland, qui servit à l’enseignement du grand homme dans les écoles de la toute jeune IIIe République.
En 1967, un bibliographe britannique passionné par le siècle des Lumières, Theodore Besterman, entreprit la publication des 16000 lettres conservées qui composent la correspondance de Voltaire.Il se lança également dans l’aventure de l’édition intégrale et rigoureuse de ses oeuvres (retour systématique sur les éditions originales et les manuscrits afin de pouvoir, pour chaque texte, remonter à sa version la plus authentique et déjouer les nombreux pseudonymes employés par l’auteur), projet qui devrait donc aboutir en 2020…
La fondation Voltaire regroupe une centaine de chercheurs, majoritairement français, mais également britanniques, américains et australiens, qui espèrent parvenir à publier les 200 ouvrages qui composeront au final l’édition complète des œuvres de Voltaire,au rythme de cinq à six volumes par an. Si le coût moyen d’un volume sera tout de même de 150 à 200 euros,  l’objectif à long terme est de parvenir à démocratiser l’accès au corpus par sa numérisation et son édition en poche.
En 2017 seront notamment publiés Les Questions sur l’Encyclopédie, un dictionnaire de petits articles inédits à ce jour, dans lesquels Voltaire s’amusait, entre autres, à répondre aux auteurs de L’Encyclopédie. Ce document exceptionnel sortira dans une édition de poche prévue aux éditions Robert Laffont, pour l’an prochain.

D’après un article du Figaro.fr

Thème 1 de 4e : l’Europe des Lumières circulation des idées, despotisme éclairé et contestation de l’absolutisme.

Pour traiter ce thème , j’ai décidé de poursuivre l’étude de l’esclavage entamée avec le premier chapitre.

J’ai d’abord projeté cette vidéo sur Diderot et l’Encyclopédie aux élèves. Puis ils ont complété une fiche en manipulant des volumes de l’édition de 1779 que j’ai amené en classe.
exercice-encyclopedie (fiché réalisée par monsieur Leroy)

img_6297

Les élèves ont ensuite étudié en groupe deux articles de l’Encyclopédie, consacré à l’esclavage, rédigé par le chevalier de Jaucourt (article « esclavage » et « traite des nègres »). Cela a été l’occasion d’aborder la notion de texte argumentatif et de voir que ces articles allaient déplaire au roi, à l’Eglise et à une partie de la bourgeoisie pratiquant le commerce avec l’Amérique.

Pour terminer, nous allons étudier les deux premières scène de L’île des esclaves de Marivaux afin de voir que les Lumières étaient un courant littéraire et philosophique plus large que celui des seuls rédacteurs de l’Encyclopédie. Cette étude se fera conjointement avec ma collègue de lettres qui travaille en ce moment avec eux sur le renversement des valeurs au XVIIIe siècle.

Les élèves recevront ensuite la trace écrite du cours,  empruntée de nouveau  à monsieur Leroy :
lecon_lumieres

239 ans les séparent…

img_6300

img_6297

Dans le cadre du cours sur l’Europe des Lumières, je ramène aux élèves les exemplaires de l’Encyclopédie en ma possession afin qu’il puissent les manipuler. Mon édition est la treizième, publiée en 1777. Je n’ai malheureusement que 12 volumes de texte sur les 17 parus et aucun des volumes d’illustrations.

Après avoir visionné cette vidéo, les élèves vont manipuler les exemplaires afin de remplir un questionnaire. Puis ils vont travailler plus finement sur deux articles écrits par le cavalier de Jaucourt, « Esclavage » et « Traite des nègres » afin de faire le lien avec le thème précédent.

Plus tard, nous travaillerons sur une pièce de théâtre de Marivaux, L’île aux esclaves, en collaboration avec le professeur de lettres, sur le thème de la confrontation et du renversement des valeurs.