Catégorie : Essais

Un livre pour les vacances

Cet essai me semble très intéressant pour cerner le travail et les mentalités au Moyen – Age. Il exploite un livre de raison du XIVe siècle et de nombreux actes notariés. En voici le sommaire :

Avant-propos

Introduction

Chapitre 1. La construction d’une carrière d’artisan et d’entrepreneur

Chapitre 2. Jean Teisseire, un chanvrier-cordier

Chapitre 3. L’entreprise de Jean Teisseire

Chapitre 4. Le cordier et son livre de raison

Chapitre 5. Écrire, classer, lister : un entrepreneur minutieux

Chapitre 6. L’ouvrage d’une vie ? Rapport à l’écrit, rapport au temps

Chapitre 7. Les écritures d’un entrepreneur : entre sphère privée et sphère publique

Chapitre 8. La conservation des écrits : une pratique exceptionnelle ?

Chapitre 9. Épilogue. Écrire pour gérer : gérer des hommes, par le verbe et le chiffre

Conclusion. L’atelier de Jean Teisseire, un espace de relations, l’entreprise d’un homme d’affaires

Annexes

Bibliographie

Pour en savoir plus : une émission de Storiavoce

Là, c’est sûr, ça change !

Le nouveau ministre de l’Education nationale est un historien des noirs américains qui a été directeur du musée français de l’Histoire de l’immigration. Il sait de quoi il parle, en parle bien, a contrario du précédent ministre, organisateur d’une scandaleuse conférence sur la déconstruction lors de laquelle les idées défendues par Pap Ndiaye furent qualifiées de « wokisme » et « cancel culture », cherchant à « détruire la civilisation occidentale » en tant que « monstre conquérant d’un nouvel esprit totalitaire ».
Toutefois, être un bon historien ne garantie pas d’être un bon ministre. Il faudra donc voir à long terme, si long terme il y a. En tant que professeur, j’imagine possible un nouveau programme d’histoire, très prochainement.
Voici ce qu’il disait à propos de la suppression en 2018 du mot « race » de l’article 1er de la Constitution : « Même s’il est évident que la « race » n’existe pas d’un point de vue biologique, force est de constater qu’elle n’a pas disparu dans les mentalités : elle a survécu en tant que catégorie imaginaire historiquement construite, avec de puissants effets sociaux. Même si l’intention est louable, abolir la « race » dans les sciences sociales ou la Constitution ne fera pas disparaître les discriminations fondées sur elle. L’usage de la catégorie raciale n’implique pas un engagement ontologique douteux du législateur ou du chercheur sur l’existence des « races », mais l’utilisation pragmatique d’une catégorie située pour décrire des phénomènes discriminatoires. »

Lectures de vacances

Je passe le certificat d’aptitude professionnelle aux pratiques de l’éducation inclusive (CAPPEI) le 19 mai prochain. Il est donc temps de faire quelques lecture théoriques, d’autant plus que je dois formaliser les projets pédagogiques individuels des 14 élèves du dispositif d’ici là. Je vais m’appuyer pour cela sur le procédé dit du « sémaphore », développé par Pierre Bonjour et Michèle Lapeyre, afin de formaliser les besoins des élèves dans les sphères affectives, sociales, cognitives et instrumentales.

Pour repérer ces besoins, je vais utiliser les observables d’Alexandra Brunbrouck pour lesquels elle fait des hypothèses et proposent des réponses pédagogiques possibles.

Pour mieux comprendre l’émergence de l’islam

J’ai lu la première partie du Coran des historiens, consacré au contexte historique et géographique de l’émergence de l’islam. J’en recommande la lecture pour préparer le cours de cinquième sur la civilisation musulmane. Je vais poursuivre ma lecture avec la deuxième partie, sur les traditions religieuses qui ont influencé le Coran. Je vais par contre laisser de côté la dernière partie, trop spécialisée et érudite pour moi.

Une enquête glaçante

Une émission de France Inter à propos de l’enquête du journaliste.

Un journaliste a enquêté pendant 6 ans sur les Établissement et service d’aide par le travail, qui font travailler des personnes en situation de handicap; il montre que ces établissements, s’éloignant de plus en plus de leur mission médico-sociale, exploite une main d’œuvre à bas prix, provoquant d’importantes souffrances. 120 000 personnes travaillent dans ces entreprises non soumises au code du travail (pas de syndicat, pas de prud’homme, pas de salaire minimum, entre autres choses). Sur son fil Twitter, le journaliste a publié une fiche de paie de l’un de ces employés, travaillant 35 heures par semaine :

Déception

J’ai terminé la première partie du livre Nouvelle Histoire du Moyen-Âge, dirigé par Florian Mazel, qui a fait beaucoup parlé de lui ces derniers temps. Cette première partie m’a semblé très convenue. La nouveauté revendiquée dans le titre tenant seulement à l’utilisation des informations apportées par l’archéologie depuis 30 ans et à un redécoupage interne de la période médiévale autour de la « réforme » grégorienne. Cela me semble un peu juste pour justifier la rédaction d’un peu plus de 600 pages, parfois répétitives. Un peu déçu, j’espérais que la seconde partie, intitulée « Transversales » (et se présentant comme un dictionnaire) me réconcilierait avec ce volume. Hélas, je viens de terminer le premier chapitre, sur l’alimentation, qui fait sept pages, dont certaines comportant de grandes illustrations, et dans lequel on n’apprend rien de neuf ! Énorme déception donc . Je vais arrêter là ma lecture et voir si L’occident médiéval, d’Alaric à Léonard, de Joël Chandelier, sera plus intéressant. La Nouvelle Histoire du Moyen-Âge rate son objectif à mon avis : inutile à ceux qui se sont intéressés à l’histoire médiévale depuis les trente dernières années, elle va rebuter par sa taille ceux qui voudraient s’y initier.