Catégorie : Essais

Un dictionnaire des déportés de France au camps de Dora à paraître

L’ouvrage qui s’appelle Le livre des 9000 déportés de France à Mittelbau-Dora est un projet collectif dans lequel plus de 70 bénévoles ont contribué à l’écriture des fiches des 9000 déportés depuis 1998. Leur volonté était de réaliser un mémorial de papier dans lequel, pour la première fois, les victimes du nazisme seraient rassemblées. Le dictionnaire finalement réalisé comporte 2600 pages et 3000 photos et sortira en librairie le 10 septembre prochain.
Le camp de concentration de Dora faisait partie de ceux où la mortalité dépassait les 60%. Le régime nazi y faisait assembler par les déportés les missiles V2, entre 1943 et 1945. Les conditions de travail sur place étaient particulièrement inhumaines : les déportés souffraient de la dénutrition et ne sortaient quasiment jamais des tunnels qu’ils devaient creuser pour y installer le site de fabrication. 20 000 prisonniers ont trouvé la mort à Dora, des Soviétiques, des Polonais et des Français figurant parmi les principales victimes.

Un livre sur la vie quotidienne au Moyen-Age

Les édition Nouveau Monde m’ont aimablement envoyé l’ouvrage de Justine Defrance, alias La Prof sur YouTube. Il s’agit d’un petit livre (environ 260 pages écrites assez gros) richement illustré qui entend corriger les idées reçues sur cette période de l’histoire en une dizaine de chapitres. Si le contenu me semble classique, le livre se lit facilement et propose une solide bibliographie. L’auteur y reprend agréablement le travail de réhabilitation de la période médiévale effectué sur sa chaîne. Ce livre va donc rejoindre ma bibliothèque de classe dans quelques jours.

Comment rangez-vous vos bibliothèques ?

Chez nous, nous avons plusieurs bibliothèques. La bibliothèque « classique » est rangée, irrégulièrement, par ordre alphabétique. Les nouveaux livres s’entassent près des autres, théoriquement près de leur classement alphabétique d’auteur… Pour la bibliothèque de travail (histoire – géo ou mathématiques), le classement est par période pour l’histoire et par âge ou niveau pour les maths. La bibliothèque fantastique est classé par séries, de même que celle des bandes dessinées et livres d’art. La bibliothèque de jeux de rôle n’est par contre pas classée du tout, ce qui est un problème…Ah, il y a aussi la bibliothèque numérique, mais il n’est pas nécessaire de la classer vraiment.

Lectures d’été

J’avance dans ma lecture de la collection « Mondes Anciens » de Belin. Après le volume sur les Préhistoires d’Europe, intéressant mais qui ne m’a pas appris grand chose, j’ai entamé celui sur l’Afrique ancienne, que je connais beaucoup moins. En introduction, les auteurs regrettent que l’histoire de l’Afrique ait été (et soit toujours ?) comparée défavorablement  au monde Méditerranéen (Egypte ou Rome). Aussi je ne m’explique pas qu’ils choisissent d’ouvrir l’étude par les relations entre l’Afrique de l’Est et l’Egypte puis par celle de l’Afrique du Nord et Rome…
Les deux volumes sont bien écrits et richement. illustrés, avec des encarts pour approfondir. L’absence de notes rend la lecture fluide et je me suis surpris à me dire « Allez, encore une une ou deux pages et j’arrête pour cette fois » pour continuer finalement ma lecture.

Vérités et légendes sur la préhistoire

Les éditions Perrin m’ont aimablement envoyé un exemplaire de La Préhistoire. Vérités et légendes, un essai d’Eric Pincas. Il s’agit d’une synthèse bien faite et agréable à lire qui répond à 25 questions en quelques pages à chaque fois (L’Eglise s’est-elle opposée à la préhistoire ? / Homo Sapiens a-t-il été le premier à parler ?…).  Les réponses intègrent les dernières découvertes et hypothèses, ce qui en fait une lecture que je recommande. L’ouvrage de 250 pages paraîtra fin août prochain.

Ecrire l’histoire

Le numéro de juin 2020 de la revue en ligne Territoires contemporains s’intitule « Historiens et romanciers » et s’interroge sur les relations entre ces deux formes d’écriture de l’histoire et sur la tentation de l’écriture de fiction chez les historiens, ce qui m’intéresse depuis longtemps. Lors de mon stage de professeur, en lycée, j’avais fait travailler les élèves sur les différences entre le roman, l’archive et l’essai historique pour aborder les événements et j’en avais tiré mon mémoire d’IUFM. Plus récemment, après avoir enquêté sur la vie d’un prêtre du Loiret au XIXe siècle, j’ai été tenté de la raconter sous forme romancée.

L’année 1520

Pour l’historien guillaume Frantzwa, l’année 1520 est l’année bascule qui témoigne de la fin du Moyen-Age et le début de l’ère moderne et du passage de la Chrétienté à l’Europe. Il développe cette idée dans son livre, 1520 au seuil d’un monde nouveau, dont il est question dans cette émission de Storiavoce. Les éditions Perrin m’ont aimablement envoyé cet ouvrage qui attend sur la piles des livres à lire bientôt.