Étiquette : Mers et océans : un monde maritimisé

Un nouveau navire archéologique français

Le département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, le service du ministère de la Culture chargé de chercher, répertorier et fouiller toutes les épaves enfouies sous les eaux des lacs, des rivières et surtout des mers et océans qui appartiennent à la France, s’est doté d’un nouveau navire de recherche : l’Alfred Merlin (en hommage à l’archéologue français qui dirigea de 1907 à 1913 la première fouille archéologique sous-marine au monde). Il va compléter la flotte, composée de deux autres navires.
Le bateau de 46 mètres de long pouvant accueillir 28 hommes d’équipage et scientifiques, pourra effectuer des missions de plusieurs semaines, en autonomie, à plusieurs milliers de kilomètres de l’Hexagone. Le navire embarquera aussi deux robots : le robot Arthur qui descendra jusqu’à 2500 mètres de profondeur et regroupe toutes les technologies de cartographies, d’observation, de prélèvements et de dégagement de sédiment. Et le robot Ocean One, premier robot humanoïde sous-marin, qui a des bras avec des capteurs d’effort dans toutes les articulations pour faire sentir à l’opérateur les efforts de traction quand il ramasse un objet ou les contacts avec l’environnement.
20 à 30 000 épaves se trouveraient au fond des eaux métropolitaines selon les archéologues du département. En ajoutant les eaux françaises ultra-marines (95% de la Zone économique exclusive), il pourrait y en avoir jusqu’à 200 000.

D’après un article de France Info.

Un nouvel océan sur les cartes

La National Geographic Society, organisation scientifique et éducative qui cartographie les terres, les mers et le ciel depuis 1915, avait jusque-là reconnu quatre océans : les océans Atlantique, Pacifique, Indien et Arctique. Elle vient d’ajouter l’océan Austral à la liste, pourtant déjà identifié par les scientifiques.
L’océan Austral représente la majorité des eaux qui entourent l’Antarctique à l’exception du passage de Drake et de la mer de Scotia, a des caractéristiques bien particulières. Contrairement aux autres océans, déterminés par les continents qui les entourent, l’océan Austral est, lui, défini par un courant appelé courant circumpolaire antarctique. C’est le seul océan à en toucher trois autres et à embrasser complètement un continent plutôt que d’être embrassé par eux.