Étiquette : Chine

L’évolution de la démographie mondiale

D’après les dernières données démographiques de l’Organisation des Nations unies, publiées lundi 11 juillet, la Terre devrait compter huit milliards d’humains à partir du 15 novembre 2022. C’est un milliard de plus qu’en 2010, deux milliards de plus qu’en 1998 et cinq milliards et demi de plus qu’en 1950.
Les démographes de l’ONU, considèrent comme « sûre à 95 % » la probabilité que nous soyons entre 8,9 et 12,4 milliards en 2100. Le cap des dix milliards d’habitants pourrait être atteint en 2059 pour se stabiliser ensuite, d’après un scénario « moyen », autour de 10,4 milliards d’humains dans les années 2080. Ce scénario s’explique par le fait que chaque femme donne naissance à de moins en moins d’enfants : de 2,3 actuellement, le taux de fécondité pourrait tomber à 1,8 en 2100, marquant « la fin du renouvellement des générations ».
L’Inde va devenir le pays le plus peuplé au monde, détrônant une Chine qui devrait connaître un déclin absolu de sa population dès 2023. En Chine, en effet,le nombre d’enfants par femme s’établit à seulement 1,18. Actuellement, la Chine et l’Inde ont chacun 1,4 milliard d’habitants. En 2050, les Indiens seront 1,668 milliard et les les Chinois 1,317 milliard.
Alors qu’elle héberge aujourd’hui près d’un humain sur trois, l’Asie de l’Est et du Sud-Est devrait être supplantée d’ici à une quinzaine d’années par l’ensemble composé de l’Asie centrale et de l’Asie du Sud. C’est le fait de la croissance démographique indienne, mais également de celle observée notamment au Pakistan, pays appelé à passer bientôt devant l’Indonésie et à se rapprocher en nombre d’habitants des Etats-Unis, tout comme en Afrique le Nigeria, pays qui devrait monter sur la troisième marche du podium de la démographie mondiale à la fin du siècle.
Au cours des trois prochaines décennies, une soixantaine de pays ou de régions vont au contraire voir leur population diminuer de 1 % ou plus par an. Les deux tiers de l’humanité vivent en effet dans un pays ou une région où la fécondité est inférieure à 2,1 naissances par femme, niveau requis pour que les populations à faible mortalité se stabilisent à long terme. L’Europe et l’Amérique du Nord devraient atteindre leur pic démographique et commencer à connaître un déclin à la fin des années 2030, en raison de la persistance de faibles niveaux de fécondité, inférieurs à deux naissances par femme depuis le milieu des années 1970, et en raison, dans certains pays, de taux d’émigration élevés.

D’après un article du Monde.fr