Catégorie : Actualités

Un cake vieux d’une centaine d’année

DG2mJ3VV0AEQX8v.jpg-large

Des chercheurs néo-zélandais ont découvert un cake aux fruits vieux d’une centaine d’années, presque intact, dans la plus vieille cabane bâtie en Antarctique, au cap Adare.

Terra_nova_hut_inside
Intérieur de la cabane de l’expédition Scott au cape Evans, sur l’île de Ross

Antarctica_-_Location_of_Possession_Islands
Le gâteau est « parfaitement préservé », selon les chercheurs même s’il sent « quelque chose comme le beurre rance ».
Les chercheurs ont même identifié la pâtisserie qui a fabriqué le dessert : Huntley & Palmers, une maison britannique fondée en 1822. Un indice qui a mis les chercheurs sur la piste de celui qui a probablement laissé le cake : Robert Falcon Scott, chef de la mission Terra Nova, menée entre 1910 et 1913. L’explorateur, mort en Antarctique en 1912, était friand de ce genre de cake, qui constituait par ailleurs une nourriture hautement énergétique, idéale pour les conditions de vie en Antarctique.

Scottgroup
Les membres de la mission Terra Nova : Scott est assis à gauche

 

Le Premier amendement n’est plus ce qu’il était…

Le gouvernement américain cherche à se procurer des informations sur tous les visiteurs d’un site Internet critique envers Donald Trump. Un mandat a été présenté par le ministère de la justice le 17 juillet à Dreamhost, entreprise hébergeant le site disruptj20.org (« perturbez le 20 janvier »), créé pour organiser les manifestations en marge de la cérémonie d’investiture du 45e président américain.
Cette demande concerne 1,3 million d’internautes s’étant rendus sur le site et a pour but d’obtenir leur adresse IP ainsi que le jour et l’heure de leur visite. Cette adresse IP pouvant permettre au gouvernement d’obtenir l’identité de l’internaute qui l’utilise. Dreamhost a contesté cette demande devant la justice et a rendu publique cette procédure.

D’après un article du Monde.fr

La puissance militaire de la Corée du Nord

738_coreen-04dfe

De nombreuses personnes de mon entourage s’inquiètent en ce moment des tensions entre la Corée du Nord et les États – Unis. Vous trouverez ici un article qui essaie de faire un point objectif sur les forces armées nord-coréennes. Un autre article propose une infographie comparant les forces armées nord et sud –  coréenne et françaises.

de66d8c91f2aaffb61e3902d6547e

L’épidémie de choléra progresse au Yémen

Yemen_(orthographic_projection)

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre de cas de choléra a dépassé le demi-million au Yémen. Près de 2000 personnes en sont déjà mortes depuis fin avril et 5000 personnes contractent la maladie chaque jour dans ce pays où des millions de personnes sont privées d’eau potable et de soins. Plus de 41% des malades sont des enfants.

Bientôt un film sur Ötzi

iceman-7e100164015-original

Après de nombreux documentaires, Ötzi, nom donné à la momie néolithique retrouvée dans un glacier du Tyrol autrichien, va faire l’objet d’un film réalisé par Felix Randau. Le film a été présenté début août au Festival de Locarno. Il s’agit d’un genre de western se déroulant à la préhistoire : rebaptisé « Kelab » pour le film, Ötzi est imaginé en chef de clan néolithique, gardien d’une relique sacrée, dont le campement est ravagé, sa tribu et sa famille massacrées pendant qu’il est à la chasse. Ötzi part alors à la poursuite des assassins pour se venger en emmenant avec lui un bébé, seul survivant de l’attaque…. Je me demande si l’équipe a pris un archéologue comme conseiller technique ?

Il y a 80 ans, Guernica

Le 80e anniversaire du bombardement de la ville de Guernica par les Allemands a eu lieu le 26 avril dernier sans que je ne m’en rende compte.
Un lundi de 1937, jour de marché en pleine guerre civile espagnole, 44 avions allemands de la légion Condor et 11 italiens – Mussolini et Hitler étaient alliés de Franco – bombardèrent une cité sans défense. Les militaires allemands inauguraient ce jour-là la technique du « tapis de bombes », un bombardement massif en plusieurs vagues (il a duré trois heures et quinze minutes) avec pour objectif la a destruction totale d’une ville ou de quelques-uns de ses quartiers les plus peuplés. À 19 heures, la ville était en ruines et plus de 1654 habitants avaient été tué.
Cet événement a inspiré à Pablo Picasso l’une de ses œuvres majeures, présentée au public pour la première fois lors de l’Exposition internationale des arts et des sciences de Paris. Pourtant Picasso ne s’était pas engagé jusque là dans le conflit espagnol. Les intellectuels de gauche français et espagnols avaient bien tenté à diverses reprises de l’associer à la mobilisation politique contre le général Franco, mais Picasso restait en retrait.
En février 1937, Max Aub, l’attaché culturel de l’ambassade d’Espagne à Paris, lui commanda, pour le compte du gouvernement républicain, un « mural » pour le futur pavillon espagnol de l’Exposition universelle qui doit ouvrir à Paris, de mai à novembre. Picasso accepte et reçoit la somme de 150 000 francs français en paiement de l’œuvre à venir.
Le 30 avril, trois jours après l’assaut sur Guernica, Picasso prit connaissance du récit et des photos parus dans le quotidien Ce soir de son ami Louis Aragon. Ces visions, cette lecture du récit des premiers correspondants qui ont pu pénétrer dans la ville ont produit un électrochoc chez Picasso qui peinait jusque – là à trouver l’inspiration.
Cette fois, le peintre tenait son sujet : la guerre. Il travailla nuit et jour pendant un mois, sous le regard de la photographe Dora Maar, sa compagne d’alors. Sur cette toile de plus de 7 mètres de long – en noir, blanc et gris –, sa guerre prit une forme surréaliste.
Alors que le tableau s’apprêtait à rejoindre le pavillon espagnol, Picasso ne lui avait toujours pas donné de nom. Picasso convia quelques personnes pour voir l’oeuvre. Peut-être fut-ce Paul Éluard qui composait alors son poème Victoire de Guernica qui prononça le nom de la ville martyre voyant le tableau qui allait porter ensuite ce nom.

I

Beau monde des masures
De la nuit et des champs

II

Visages bons au feu visages bons au fond
Aux refus à la nuit aux injures aux coups

III

Visages bons à tout
Voici le vide qui vous fixe
Votre mort va servir d’exemple

IV

La mort coeur renversé

V

Ils vous ont fait payer la pain
Le ciel la terre l’eau le sommeil
Et la misère
De votre vie

VI

Ils disaient désirer la bonne intelligence
Ils rationnaient les forts jugeaient les fous
Faisaient l’aumône partageaient un sou en deux
Ils saluaient les cadavres
Ils s’accablaient de politesses

VII

Ils persévèrent ils exagèrent ils ne sont pas de notre monde

VIII

Les femmes les enfants ont le même trésor
De feuilles vertes de printemps et de lait pur
Et de durée
Dans leurs yeux purs

IX

Les femmes les enfants ont le même trésor
Dans les yeux
Les hommes le défendent comme ils peuvent

X

Les femmes les enfants ont les mêmes roses rouges
Dans les yeux
Chacun montre son sang

XI

La peur et le courage de vivre et de mourir
La mort si difficile et si facile

XII

Hommes pour qui ce trésor fut chanté
Hommes pour qui ce trésor fut gâché

XIII

Hommes réels pour qui le désespoir
Alimente le feu dévorant de l’espoir
Ouvrons ensemble le dernier bourgeon de l’avenir

XIV

Parias la mort la terre et la hideur
De nos ennemis ont la couleur
Monotone de notre nuit
Nous en aurons raison.

Paul Eluard, Cours naturel, 1938.

D’après un article de La Croix.fr

Retour du stalinisme en Russie

1517
Le mémorial de Sandormokh. Photographie : Tomasz Kizny

Le 5 août marquera le 20e anniversaire de la découverte du site de Sandormokh, au nord-ouest de la Russie, l’un des plus grands charniers de l’ancienne Union soviétique où ont été retrouvées les dépouilles de plus de 6000 prisonniers assassinés sous la Grande Terreur, dans les années 1930, sur ordre de Staline.
Le militant des droits de l’Homme Yury Dmitrieyev, qui a découvert cet immense cimetière en 1997, ne pourra pas cependant pas assister à la commémoration, car il a été arrêté après avoir été accusé d’avoir pris des photos indécentes de sa fille adoptée de 12 ans, ce qu’il nie. Dmitriyev et sa famille soutiennent qu’ils prenaient en fait régulièrement des photos de la petite fille en mesurant son poids et sa taille, pour avoir des preuves de sa bonne santé si les services sociaux les accusaient un jour de mauvais traitements.
Mais pour les membres de l’association Memorial, qu’il préside, cette accusation de pédophilie est une manoeuvre politique du régime de manière à se débarrasser d’un opposant qui a exposé une face cachée de l’histoire de Russie sur laquelle le gouvernement n’aime pas s’étendre. Celui-ci affirme d’ailleurs que les membres de Memorial sont des personnes subversives et anti-gouvernement.
En juin dernier, Vladimir Poutine avait dénoncé le fait que « la démonisation excessive de Staline était un moyen d’attaquer l’Union soviétique et la Russie ». Dans certaines villes, des monuments à la gloire de Staline sont encore construits aujourd’hui et en juin dernier, un sondage russe a placé Staline en première position d’une liste des personnes les plus remarquables de tous les temps. Vladimir Poutine arrivant en second…

D’après un article de Slate.fr