Catégorie : Actualités

Les enfants préhistoriques jouaient-ils ?

IMG_7001
Un jouet paléolithique ?

L’archéologue Michelle Langley de l’Australian Research Centre for Human Evolution affirme qu’en regardant quels jouets utilisent les enfants des communautés de chasseurs-cueilleurs d’aujourd’hui, l’on peut identifier ceux utilisés par les enfants qui vécurent il y a des dizaines de milliers d’années.
« Ces jouets comprennent généralement des poupées ou des figurines, de petites lances ou des arcs et des flèches, de petites versions des outils couramment utilisés par leurs parents, et des figurines en terre, » rapporte-t-elle, « on a également constaté que les parents ou d’autres membres de la famille peuvent passer de nombreuses heures à fabriquer de beaux jouets souvent de valeur pour leurs enfants. »
Elle se demande alors si les figurines de la période paléolithique découvertes lors des fouilles et présentées comme des oeuvres d’art ou des objets religieux ne seraient pas plutôt des jouets.

D’après un article du blog Les découvertes archéologiques.

 

La majorité au Japon

Selon le journal The Guardian, le Japon va abaisser l’âge de la majorité de ses citoyens de 20 à 18 ans. Cette mesure entrera en vigueur en 2022, date à laquelle les Japonais pourront se marier sans l’accord de leurs parents, obtenir des cartes de crédit et des passeports dès l’âge de 18 ans. Ils devront en revanche toujours attendre 20 ans pour avoir le droit de boire de l’alcool, de fumer ou de parier légalement. L’âge du vote avait déjà été abaissé à 18 ans en 2015.

Ni de droite, ni de gauche, vraiment ?

À la veille de son discours sur la politique sociale, mercredi devant la Mutualité, l’Elysée a posté sur Twitter une vidéo des préparatifs du président dans laquelle on l’entend dire « On met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens ne s’en sortent pas », ou encore « Je vais faire un constat qui est de dire : on met trop de pognon, on déresponsabilise et on est dans le curatif. Toute notre politique sociale, c’est qu’on doit mieux prévenir – ça nous coûtera moins, ensemble – et mieux responsabiliser tous les acteurs ». Et pour conclure : « Les gens pauvres restent pauvres, ceux qui tombent pauvres restent pauvres. On doit avoir un truc qui permet aux gens de s’en sortir. Par l’éducation… »

Je reste convaincu qu’un président de la République ne devrait pas user de Twitter, ni des réseaux sociaux. De même, ce type de propos, d’un registre familier, dessert la fonction présidentielle. Sur le fond, elle confirme l’idée que monsieur Macron est bien un « jeune » homme de droite. Sa dernière phrase est d’un cynisme ahurissant quand on sait comment l’école perpétue les inégalités sociales…

Le réchauffement climatique et ses conséquences à Paris

Voici une information pour les cinquièmes, avec qui j’évoque en ce ment le changement climatique global et ses conséquences.

Le 25 mai 1658 à midi, rue des Poitevins, dans l’actuel 6e arrondissement de Paris, il faisait 16 °C. Il s’agit de la première à avoir été effectuée dans la capitale avec un thermomètre. Quelle sera la température, le 25 mai 2058, dans la même rue ? Aucun météorologue, ou climatologue n’est en mesure de le dire.
Ce qui est certain, c’est que le climat de la métropole est aujourd’hui plus chaud et le sera encore plus à la fin du siècle. Selon les projections présentées vendredi 8 mai par Météo France, le réchauffement pourrait atteindre + 4 °C en hiver et + 5 °C en été, à l’horizon 2071-2100.
Pour en arriver à ces chiffres, les météorologues s’appuient sur une série continue d’observations recueillies, depuis 1872, par la station météorologique de Paris-Montsouris, qui relève la température, la pression atmosphérique, l’ensoleillement, les précipitations, le taux d’humidité ou encore le vent.
Au cours du siècle écoulé, les températures annuelles se sont inscrites en nette hausse (+ 1,4 % pour les minimales), avec une accélération depuis la fin des années 1950 : environ + 0,3 °C par décennie, l’augmentation étant plus forte en été (+ 0,4 °C par décennie) qu’en automne ou en hiver (+ 0,2 à + 0,3 °C).
Les cinq années les plus chaudes enregistrées depuis le début des relevés (dans l’ordre : 2011, 2014, 2015, 2017 et 2003) appartiennent toutes au XXIe siècle. Les trois printemps les plus doux ont été observés ces quinze dernières années, alors que les cinq étés les plus frais remontent tous à avant 1980.
Sur la première moitié du XXIe siècle, les projections montrent une poursuite du réchauffement annuel jusqu’aux années 2050, quel que soit le scénario. La hausse prévue pour l’Ile-de-France est de l’ordre de + 1 °C, qui s’ajoutera aux 12,4 °C de moyenne annuelle actuelle. Pour la seconde moitié du siècle, en revanche, le pire n’est pas encore certain. Tout dépendra de la trajectoire des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Si elles baissent fortement, le réchauffement sera maintenu autour de + 1 °C. Si elles sont stabilisées, il se rapprochera de + 2 °C. Mais si elles se poursuivent à leur rythme d’aujourd’hui, il s’établira à + 4 °C en moyenne à la fin du siècle, avec des hivers toujours plus doux et des étés toujours plus torrides.
Le nombre annuel de jours très chauds (plus de 30 °C de température maximale) pourrait passer d’une dizaine actuellement à une fourchette entre dix et quarante-cinq ; et le nombre de jours extrêmement chauds (plus de 35 °C) s’établir à douze par an. Les vagues de chaleur s’étendraient de vingt et un à quatre-vingt-quatorze jours, contre sept présentement, et seraient beaucoup plus sévères. Quant au nombre de jours de canicule, il s’établirait entre trois et vingt-six par an.
Pour les précipitations annuelles, quel que soit le scénario considéré, les modèles prévoient peu d’évolution, et donc pas de sécheresse. Mais les pluies d’une intensité extrême, génératrices de crues, devraient être de 1,5 à 2 fois plus fréquentes qu’à la fin du vingtième siècle. Cela n’empêchera pas un assèchement important des sols en toute saison, au détriment de la végétation et des cultures non irriguées.
Le réchauffement sera exacerbé à Paris en raison du phénomène de l’îlot de chaleur urbain, un microclimat créé par un tissu urbain très dense, qui se traduit par des températures nocturnes supérieures d’environ 2,5 °C à celles des zones rurales voisines, l’écart pouvant avoisiner 10 °C en période de canicule.

D’après un article du Monde.fr

Le chaos en Amérique centrale

Guatemala Volcano

1200px-Guatemala_(orthographic_projection).svg

192 personnes sont portées disparues au Guatemala, mardi 5 juin, deux jours après l’éruption du Volcan de Feu qui a déjà fait 75 morts et 46 blessés et recouvert une importante zone de cendres. La catastrophe a en outre entraîné l’évacuation de plus de 3000 personnes. Au total, 1,7 million de Guatémaltèques sont affectés par l’éruption.

GuerNicaragua-e1528203346752

1200px-Nicaragua_(orthographic_projection).svg

Ce détournement du tableau Guernica de Picasso est l’oeuvre de Pedro Molina, dessinateur nicaraguayen, qui veut ainsi témoigner de la répression violente des manifestations au Nicaragua qui a déjà fait une centaine de victimes depuis le mois d’avril, début de la vague d’opposition au président Ortega.

 

Il va falloir rayer l’égalité et la fraternité de notre devise…

Malgré des critiques venues aussi bien de la droite et de la gauche, l’Assemblée nationale a adopté, vendredi 1 juin, le projet de loi « Elan », qui fait passer de 100% à 10% la part de logements accessibles aux personnes handicapées dans la construction neuve.
Les associations représentant les personnes en situation de handicap ont dénoncé une grave régression sociale et une marche arrière sur le principe d’accessibilité universelle.
Les députés ce la majorité se sont félicités au contraire du rétablissement d’un équilibre car le 100% accessible était un excès selon eux. Ils ont osé clamer que le gouvernement est pleinement mobilisé pour la société d’inclusion et déclaré que ce projet de loi permettait le passage « de la taille unique au sur-mesure » : la plupart des logements pouvant évoluer tout au long de la vie via des travaux simples, en cas d’accident ou avec le vieillissement.
Pauvre tentative de justifier l’injustifiable…