Catégorie : Actualités

Ils n’apprendront jamais…

5150430_7_d338_2017-06-24-63add78-14366-1olwzq8-3z0k9_6419bca7dfb926dd3d30c2d0ca6ed721

Les hommes politiques sont vraiment de mauvais élèves !

Sur le papier, la promesse était séduisante. Le candidat Emmanuel Macron, s’était engagé à réduire à douze le nombre d’élèves dans les classes de CP et de CE1 en éducation prioritaire, au nom de la lutte contre l’échec scolaire et les inégalités.
Mais, à vouloir le faire dès la rentrée de septembre, la mise en œuvre de ce projet louable va tourner au fiasco…
Deux difficultés se posent : comment trouver des salles disponibles dans les écoles concernées ? Et à quels enseignants faire appel ?
Pour le second point, le ministère de l’Éducation nationale a fait le calcul : dès septembre, ce seront près de 2500 classes de CP qui seront « dédoublées » en REP+, les réseaux d’éducation prioritaire renforcés. Il faut donc trouver maintenant  2500 enseignants en plus. Difficile en un temps aussi court, aussi le ministère envisage-t-il sérieusement de recruter par Pôle Emploi !
Mais le premier point est autrement plus bloquant : il faudrait créer 2500 lieux – classes de plus, dans des écoles qui ne sont pas prévues pour cela et aux frais des municipalités qui ne l’ont pas budgété vue les délais ridicules… Va-t-on, par électoralisme, placer les élèves dans des préfabriqués ou des salles conçues hors des préoccupations pédagogiques ? Est-ce vraiment cela lutter contre les inégalités ?
Pourquoi tout simplement ne pas avoir attendu la rentrée de septembre 2018 afin de tout préparer et de faire de cette mesure une réussite phare du quinquennat ? Au lieu de cela, la grogne se manifeste déjà.

Monsieur Blanquer se prend pour Jack Lang

Chaque nouveau ministre apporte son lot de nouveautés à l’école…
La Fête de la musique, ce sera dans toutes les écoles, les collèges et les lycées à la rentrée prochaine ! Le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer a expliqué sur franceinfo que le 4 septembre, des chansons et des concerts seront joués dans les établissements. Avec cette initiative, il espère « moins de larmes chez les petits à cette rentrée et beaucoup plus de sourires que d’habitude« .
Dans un entretien au Parisien, il fait aussi part de son intention de développer l’apprentissage de la musique dont il juge la place insuffisante : « Je compte notamment faire en sorte qu’il y ait des chorales dans tous les écoles et collèges« , a-t-il annoncé, ajoutant qu’il comptait aussi encourager les pratiques instrumentales et les concerts.
Je ne suis pas sûr que c’était le plus urgent à mettre en place…

EBM468-rentrée-en-musique

« être autonome n’est pas, ce que croient souvent les élèves, travailler sans rien demander à personne, mais savoir à qui ou à quoi on peut recourir pour apprendre à faire seul. »

Dans les Cahiers pédagogiques, Patrick Rayou, Professeur en sciences de l’éducation et chercheur à l’université Paris VIII, a écrit cette tribune sur le thème des devoirs à la maison, alors que le ministre a déclaré très médiatiquement vouloir, dès la rentrée 2017, que tous les élèves puissent faire leur devoir au collège.

L’évolution de la population mondiale selon l’ONU

Selon le rapport publié mercredi par l’ONU, la population mondiale devrait atteindre les 9,8 milliards d’habitants en 2050. Actuellement habitée par 7,6 milliards de personnes, la Terre en abritera 8,6 milliards en 2030, 9,8 en 2050 et 11,2 en 2100, selon les estimations du département des affaires économiques et sociales des Nations unies.
L’Inde doit devenir l’Etat le plus peuplé du monde d’ici environ sept ans, devant la Chine. Le Nigeria, qui connaît une croissance démographique très rapide, devrait supplanter les Etats-Unis en troisième position d’ici 2050.
Le nombre des personnes âgées de 60 ans ou plus doit par ailleurs plus que doubler à la même échéance. La population vieillissante, selon le rapport, doit ainsi passer de 962 millions en 2017 à quelque 2,1 milliards en 2050 et 3,1 milliards en 2100.

Du mauvais usage des pétitions citoyennes

Depuis quelques années, chaque session du bac donne lieu à son lot de pétitions en ligne de lycéens en colère. 2017 ne déroge pas à la règle : après des pétitions dénonçant les épreuves de physique-chimie et de sciences dans les centres d’examen d’Europe et d’Afrique, c’est maintenant les sujets d’histoire-géographie qui sont ciblés.
Le jour même de l’épreuve d’histoire-géographie du baccalauréat 2017, a été lancée sur la plate-forme Avaaz.org une pétition ordonnant au ministère de l’Éducation nationale de donner des explications, des excuses ainsi qu’un ordre de clémence  sur la notation de l’épreuve (oui, vous ne rêvez pas !). Plus grave que l’égarement des deux lycéens – auteurs,  la pétition a déjà réuni plus de 8000 signatures, auxquelles il faut ajouter quelque 2500 autres recueillies par le même texte sur la plate-forme Change.org.
Pour quel motif ? L’alternance entre exercices majeur et mineur d’histoire ou de géographie selon les années n’a pas été respectée ! Une alternance que les deux auteurs de la pétition pensaient automatique…. (voilà deux vainqueurs, c’est sûr !) Pour appuyer leur raisonnement, les lycéens citent le post de blog d’un enseignant d’histoire (ce n’est pas moi !) qui  fait état d’une alternance « de fait » des deux matières depuis 2013. Et voici donc que nos braves lycéens  s’offusquent que la session 2017 voie son thème identique à la session 2016. Ils confondent constat et obligation…
Souhaitant ainsi plancher sur une épreuve majeure de géographie, et certainement pas d’histoire, ces lycéens a l’esprit critique peu développé ont planifié leurs révisions en conséquence et déclarent donc risquer de faire « face à de graves inégalités de réussite par rapport à leurs camarades des années précédentes » !!!

D’après un article du Monde.fr