Catégorie : A écouter

Janvier 1898 : les vifs débats de la chambre des députés à propos de l’affaire Dreyfus

En 1898,le capitaine Dreyfus avait été condamné en décembre 1894 par un conseil de guerre pour trahison au profit de l’Allemagne et était incarcéré depuis près de trois ans à l’Île du Diable. Le commandant Esterhazy, dont quelques-uns étaient déjà persuadés qu’il était le véritable coupable, venait d’être acquitté par un autre conseil de guerre, l’État-major refusant d’admettre son erreur. La Troisième République, qui s’était peu à peu donné la force de gouverner, n’avait pas encore vraiment réglé son rapport avec l’armée dont justice propre agissait souvent en dehors du droit commun.
C’est alors qu’intervinrent les « intellectuels ». La justice, défendaient-ils, est un bien commun au nom duquel chaque citoyen peut demander des explications et intervenir sur la place publique. Le surlendemain de l’acquittement d’Esterhazy, Zola rédigea sa célèbre lettre ouverte au Président de la République, Félix Faure, que L’Aurore, le quotidien de Clemenceau publia sous le titre, J’Accuse. Aussitôt après, les débats furent vifs à la Chambre des députés, présidée par Henri Brisson.
Ce sont ces débats que l’émission La séance est ouverte avait reconstitué en 2016 et que La marche de l’histoire redonne à entendre à l’occasion de la sortie en salle du film J’accuse de Polanski.

Quoi de neuf sur la Première Guerre mondiale ?

C’est le titre d’une série d’épisodes de l’émission du Cours de l’histoire. Ils évoquent la guerre des images et des enfants dans la guerre.

 

Révolutions à la radio

Le Cours de l’histoire évoque le rôle des Lumières dans la Révolution française :

Tandis que La marche de l’histoire revient sur la première révolution anglaise :