Catégorie : C’est arrivé ce jour là…

10 mars 1906 : la catastrophe minière de Courrières

14-PlanCompagnieCourrieres_-19481.jpg

Le samedi 10 mars 1906 une explosion, probablement causée par le grisou, dévasta la fosses n° 3 à Méricourt (Pas-de-Calais), appartenant à la compagnie des mines de Courrières. Par extension, les fosses n° 2 à Billy Montigny, et n° 4 à Salaumines furent touchées aussi. Suite au coup de poussière, l’incendie se propagea à la vitesse du son sur 110 kilomètres de galeries en quelques minutes.
Cette catastrophe a causé la mort de 1099 personnes (déchiquetés sous la pression de l’explosion, brûlés vifs, écrasés sous les décombres ou, dans les galeries épargnées, asphyxiés par le gaz carbonique), ce qui en a fait la plus meurtrière de l’histoire des mines jusqu’à celle de Benxihu (Chine) en 1942. Rapidement, la gestion de la mine et celle de l’accident par la compagnie et les autorités publiques furent mises en cause, illustrant le mépris des capitalistes pour la vie des mineurs. Cela entraîna une série de grèves importantes (jusqu’à 32 000 grévistes sur les 80 000 mineurs  des deux départements).
Si les profits de la compagnie minière étaient impressionnants à l’époque (de 1898 à 1904, la compagnie de Courrières a gagné 74 millions de francs), les travaux d’amélioration de la mine le sont moins : 41 millions ont été distribués aux actionnaires, 14 mis en réserve et 18 seulement utilisés pour les travaux.
Les salaires des mineurs s’approchaient lui de 5 francs par jour (dont une bonne moitié de primes variables selon la production) pour une journée qui restait à 10h malgré la diminution progressive prévue par la loi.

3-GrandjouanAssietteauxBeurres-bbaf6

Pour en savoir plus, vous pouvez lire cette page.

5 février 1517 : création du port du Havre

(A ne pas prendre au sérieux, bien sûr !)

i282882364573863532-_szw1280h1280_

Le 5 février 1517, François Ier donna l’ordre d’aménager un port fortifié en tête de l’estuaire de la Seine.  Appelé d’abord Franciscopolis ou Ville Françoise, en hommage au roi, le port devint rapidement le Havre de Grâce en raison d’une chapelle de Notre-Dame de Grâce, située près de là.
Le programme des premiers aménagements comprenait la création d’un pertuis d’entrée à travers le cordon de galets pour un accès aux criques existantes qui constituaient l’embryon de l’avant-port et du futur bassin du Roy ; ce pertuis était bordé par deux tours dont la tour François 1er côté Nord. Mais aussi la construction d’un quai de 64 m de longueur, de faible hauteur et un canal reliant le nouveau port à Harfleur.
Commencés en avril 1517, les travaux furent achevés en 1524, à l’exception du canal qui ne sera réalisé qu’au siècle suivant.

L’émission La marche de l’histoire a invité le géographe Armand Frémont pour parler du Havre :

28 mai 1899 : le procès de Paul Déroulède

La tentative de coup d’état menée par Paul Déroulède, un nationaliste admirateur du général Boulanger, le 23 février 1899 a été un lamentable échec. Il avait voulu profiter du décès du président de la république Félix Faure. Suite à cela, il a comparu devant la cour d’Assises le 28 mai 1899, qui l’acquitta.
Ayant poursuivi ses activités antirépublicaines, il fut de nouveau arrêté avec d’autres et jugé par le Sénat constitué par le président en Haute Cour de justice. Au cours des 46 audiences consacrées à l’examen de l’affaire, l’ambiance fut houleuse et ponctuée d’incidents. A l’issue des débats, le 4 janvier 1900, l’arrêt définitif condamna Déroulède à 10 ans de bannissement.
L’équipe de l’émission La séance est ouverte a proposé une reconstitution du procès en cours d’Assise.

26 décembre 537 : consécration de la basilique Sainte Sophie de Constantinople

L’église de Constantinople a été dédiée par Justinien le 26 décembre 537 à la Sainte Sagesse (Hagia Sophia, Sainte Sophie) de Dieu incarnée par le Christ. Pour reconstruire un édifice détruit par un incendie en 532, l’empereur Justinien fit appel à Anthémios de Tralles, architecte et mathématicien, et au géomètre Isidore de Milet.
Leur projet était centré sur une vaste coupole (32 mètres de diamètre) reposant sur des arcs et épaulée par des demi-coupoles. Les matériaux étaient des marbres colorés provenant de Grèce, d’Égypte et de diverses carrières d’Asie Mineure.
À la suite de tremblements de terre en 557, la coupole s’effondra et Isidore de Milet fut chargé de sa reconstruction, achevée en 563, à la fin du règne de Justinien.
Le décor de Sainte-Sophie fut constamment enrichi, notamment de peintures et de mosaïques sur les parois et sur les voûtes tout au long de l’Empire byzantin.

Samedi 19 novembre : journée mondiale des toilettes

L’ONU, à l’initiative de cette journée, rappelle que 2,4 milliards de personnes vivent encore sans installations sanitaires améliorées. Une personne sur dix n’a d’autre choix que de faire ses besoins en plein air.
L’assainissement inadéquat et l’eau insalubre occasionnent des diarrhées qui tuent 315 000 enfants et 800 000 adultes chaque année et sont liées à 50% des cas de dénutrition infantile. L’assainissement inadéquat et l’eau insalubre sont responsables de millions de cas de choléra, de diarrhée, de dysenterie, d’hépatite A, de poliomyélite et de typhoïde.
Dans de nombreux pays, les maladies causées par le manque d’assainissement et d’hygiène entraîneraient ainsi chaque année une perte de productivité pouvant atteindre 5% du PIB. La transmission des maladies, causée essentiellement par un assainissement et une hygiène médiocres, représenterait 17% des décès attribuables au lieu de travail. À l’échelle mondiale, affirme l’ONU, l’absence d’assainissement et l’eau insalubre font ainsi perdre chaque année 260 milliards de dollars dans de nombreux secteurs économiques, notamment celui de la santé.
L’Inde et les pays subsahariens sont parmi les États où l’accès à une toilette est extrêmement difficile. Dans ces pays, plus de 60 % de la population n’y a pas accès. Ce taux atteint 93 % dans le Soudan du Sud.
Garantir à tous l’accès, dans des conditions équitables, à des services d’assainissement et d’hygiène d’ici 2030 est l’un des 17 objectifs de développement durable de l’ONU. La proportion de personnes qui ont accès à des installations sanitaires adéquates est passée de 54 % en 1990 à 68 % en 2015. En 25 ans, 2 milliards de personnes de plus ont eu accès à des toilettes.

D’après un article de Radio Canada.