Catégorie : C’est arrivé ce jour là…

Les temps changent !

tumblr_oikzf6vlZk1sswjsqo1_500

Pere_Noel_brule_1951-620x300

« Le Père Noël a été pendu hier après-midi aux grilles de la cathédrale de Dijon et brûlé publiquement sur le parvis. Cette exécution spectaculaire s’est déroulée en présence de plusieurs centaines d’enfants des patronages. Elle avait été décidée avec l’accord du clergé qui avait condamné le Père Noël comme usurpateur et hérétique. Il avait été accusé de paganiser la fête de Noël et de s’y être installé comme un coucou en prenant une place de plus en plus grande. On lui reproche surtout de s’être introduit dans toutes les écoles publiques d’où la crèche est scrupuleusement bannie.
Dimanche à trois heures de l’après-midi, le malheureux bonhomme à barbe blanche a payé comme beaucoup d’innocents une faute dont s’étaient rendus coupables ceux qui applaudiront à son exécution. Le feu a embrasé sa barbe et il s’est évanoui dans la fumée.
À l’issue de l’exécution, un communiqué a été publié dont voici l’essentiel :
« Représentant tous les foyers chrétiens de la paroisse désireux de lutter contre le mensonge, 250 enfants, groupés devant la porte principale de la cathédrale de Dijon, ont brûlé le Père Noël.
Il ne s’agissait pas d’une attraction, mais d’un geste symbolique. Le Père Noël a été sacrifié en holocauste. À la vérité, le mensonge ne peut éveiller le sentiment religieux chez l’enfant et n’est en aucune façon une méthode d’éducation. Que d’autres disent et écrivent ce qu’ils veulent et fassent du Père Noël le contrepoids du Père Fouettard.
Pour nous, chrétiens, la fête de Noël doit rester la fête-anniversaire de la naissance du Sauveur. »
L’exécution du Père Noël sur le parvis de la cathédrale a été diversement appréciée par la population et a provoqué de vifs commentaires même chez les catholiques.
D’ailleurs, cette manifestation intempestive risque d’avoir des suites imprévues par ses organisateurs.
L’affaire partage la ville en deux camps.
Dijon attend la résurrection du Père Noël, assassiné hier sur le parvis de la cathédrale. Il ressuscitera ce soir, à dix-huit heures, à l’Hôtel de Ville. Un communiqué officiel a annoncé, en effet, qu’il convoquait, comme chaque année, les enfants de Dijon place de la Libération et qu’il leur parlerait du haut des toits de l’Hôtel de Ville où il circulera sous les feux des projecteurs.
Le chanoine Kir, député-maire de Dijon, se serait abstenu de prendre parti dans cette délicate affaire. »

D’après un article de France Soir du 24 décembre 1951.

Cet évènement avait incité Claude Lévi – Strauss à rédiger un article dans la revue Les Temps Modernes, que vous pourrez trouver ici.

Merci au blog Clioweb pour cette découverte.

1er décembre 1944 : le massacre de Thiaroye

Le 1er décembre 1944, des dizaines de soldats africains appelés « tirailleurs » ont été exécutés par l’armée française dans le camp de Thiaroye, au Sénégal. Ces hommes, qui ont combattu pour la France en 1940 et ont été fait prisonniers des nazis, réclamaient le paiement de leur solde. Selon la version officielle, la répression a fait suite à une mutinerie. Cette thèse est contestée par l’historienne Armelle Mabon, maître de conférences à l’Université Bretagne Sud. Elle dénonce un mensonge d’Etat et un crime de masse prémédité. Invitée du « Monde Afrique », elle revient sur ce massacre.

Les manifestations d’extrême – droite du 6 février 1934

La crise politique du 6 février 1934 à Paris s’est traduite par une manifestation extrêmement violente due aux affrontements entre les forces de police et les adhérents des ligues d’extrême-droite.

caricatures
caricature : l’insigne des ligues chassant le symbole du communisme

N0765507_JPEG_1_1EM

Les manifestants voulaient protester contre la corruption qui existait dans le personnel politique de la Troisième république et empêcher la formation d’un nouveau gouvernement de centre-gauche. Il y eut une quinzaine de morts et plus de 2000 blessés.

LeMatin7fevrier1934

N0404909_JPEG_1_1EMEn conséquence, le gouvernement prévu ne peut être constitué : il fut remplacé le 9 février par un gouvernement d’Union nationale regroupant la droite (pourtant battue aux élections de 1932) et les radicaux.

N0404911_JPEG_1_1EMCependant, le sentiment de menace sur les institutions républicaines est tel que les partisans de la gauche (socialistes et communistes) jusque-là « frères ennemis » décident de contre-manifester le 12 février 1934. Ce rapprochement va donner lieu à la formation, en 1935, du « rassemblement populaire », alliance électorale des partis de gauche qui gagnera les élections législatives de 1936.

Ci-dessous, la reproduction d’une lettre d’un témoin des affrontements du 6 février, favorable aux manifestants d’extrême-droite. Elle provient de ce blog, très intéressant.

10 septembre 1977 : dernière exécution d’un condamné à mort en France

guillotine-weidmann
Photographie prise lors de la dernière exécution publique en France, en 1939

« Les jugements humains ne sont jamais assez certains pour que la société puisse donner la mort à un homme condamné par d’autres hommes sujets à l’erreur ». C’est ainsi que Robespierre a tenté de justifier l’abolition de la peine de mort le 30 mai 1791 devant l’Assemblée constituante. Celle-ci rejeta ce projet, car ce n’était pas en 1789 une des revendications essentielles des cahiers de doléances présentés aux État Généraux de Versailles. Elle décida toutefois de supprimer la torture : « La peine de mort consistera dans la simple privation de la vie, sans qu’il ne puisse jamais être exercé aucune torture envers les condamnés » (loi du 6 octobre 1791 incluant le Code pénal). Le nombre de crimes passible de la peine capitale passa cependant de 115 à 32.
En 1848, l’abolition trouva un autre orateur de talent dans la personne de Victor Hugo pour qui « la peine de mort est le signe spécial et éternel de la barbarie ». Mais tout ce que les abolitionnistes obtinrent alors fut l’abolition de la peine de mort en matière politique.
En 1906, le président de la République Armand Fallières (1906-1913), partisan de l’abolition de la peine de mort, gracia systématiquement tous les condamnés à mort du début de son septennat. Cependant, devant le risque d’abolition, le journal Le Petit Parisien, farouchement anti-abolitionniste, organisa un “référendum” sur la peine de mort. Il en publia les résultats le 5 novembre 1907 : sur 1 412 347 réponses recueillies, 1 083 655 se prononcent en faveur de son maintien, 328 692 pour son abolition. En 1908, un projet de loi abolitionniste fut rejeté malgré les plaidoyers de Jean Jaurès, par 330 voix contre 201.
C’est en 1939 qu’eut lieu la dernière exécution publique, à Versailles.
Il fallut attendre le 18 septembre 1981 pour que la France abolisse la peine de mort.

D’après un article du Figaro.fr

25 août 1944 : la libération de Paris

il-y-70-ans-la-division-leclerc-liberait-paris
Le décors

Américains et Britanniques avaient débarqué en Normandie deux mois plus tôt et au mois d’août 19944 la rumeur les annonçait aux environs de Paris. Gaullistes et communistes voulaient fournir un fait d’armes à la résistance française pour éviter que le pays ne finisse administré par ses libérateurs. Ce fut symboliquement la libération de Paris, ville que les Alliés leur concédèrent volontiers, car ils visaient Berlin, qu’il leur fallait occuper avant Staline.
Le 14 juillet, un cortège des syndicats investit les quartiers populaires parisiens afin de mobiliser la population. Les organisateurs se permirent quelques provocations (Marseillaise et drapeaux tricolores sans francisque), auxquelles les Allemands réagirent très mollement.
Trois semaines plus tard, la résistance enchaîna les grèves : grève des cheminots le 10 août, du métro, puis de la gendarmerie le 13 août. Grève de la police le 15, des postiers le lendemain. Grève générale le 18 août, et grand collage d’affiches où l’on appelait au déclenchement de l’insurrection.
Le lendemain, deux mille policiers s’emparèrent de la Préfecture, qu’ils décorèrent du drapeau tricolore et les habitants dressèrent des barricades (500 barrages plus symboliques qu’efficaces vont fleurir dans Paris insurgé). Les combats de rue, dispersés le 19, atteignirent leur maximum le 22.
Puis ce fut la reddition de l’occupant, l’arrivée des blindés français et américains et le fameux curieux discours de de Gaulle :
«Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! Mais Paris libéré ! Libéré par lui-même, libéré par son peuple, avec le concours des armées de la France, avec l’appui et le concours de la France tout entière, c’est-à-dire de la France qui se bat, c’est-à-dire de la seule France, de la vraie France, de la France éternelle. Eh bien ! Puisque l’ennemi qui tenait Paris a capitulé dans nos mains, la France rentre à Paris, chez elle…»
Cet article de Libération.fr revient sur quelques-uns des évènements ayant mené à la libération de la ville.

D’après un article de Slate.fr

liberationparisfemmetondue
L’envers du décors