Catégorie : Chez moi

Des données récentes sur le salaire des enseignants français

Capture d’écran 2019-11-09 à 10.13.34

Capture d’écran 2019-11-09 à 10.13.54

La division des études du ministère a publié récemment deux Notes sur les salaires enseignants : « En 2017, un enseignant de l’Éducation nationale perçoit en moyenne 2 440 euros nets par mois : 2 570 euros pour un enseignant à temps plein, 1 730 euros pour un enseignant à temps partiel ou incomplet. Des différences de salaire existent selon le statut et le corps, allant du simple au double« .
Ces notes montrent que la rémunération dépend de plus en plus des tâches supplémentaires effectuées par les enseignants et que les inégalités entre enseignants sont fortes. À corps égal, les salaires réellement perçus varient beaucoup selon les temps de travail, l’âge ou encore les missions acceptées. Autre inégalité, l’écart entre les sexes. Le salaire moyen des femmes est inférieur de 11 % à celui des hommes dans le premier degré et de 8% dans le second. « Quels que soient le corps et le secteur, les hommes enseignent davantage à temps plein et sont plus avancés dans leur carrière« , peut-on ainsi lire. Ils touchent aussi davantage de primes et indemnités. Dans le premier degré, les hommes vont avoir davantage accès aux postes de direction dans de plus grandes écoles. Dans le second degré, ils vont faire plus d’heures supplémentaires : ils perçoivent 51% de plus d’heures supplémentaires que les femmes. Une étude très récente sur les IMP montre que leur attribution discrimine les femmes.
Pour gagner autant que dans la moyenne des autres pays développés, les enseignants français doivent effectuer des heures supplémentaires et travailler plus que leurs collègues et ela alors que les temps d’enseignement sont déjà plus lourds en France que dans les autres pays dans le premier degré (900 h annuelles au lieu de 783) et que les classes sont nettement plus chargées en France et nécessitent davantage de temps de travail à la maison.
Alors que les affrontements sur la réforme des retraites ont commencé, il apparaît que les enseignants vont être parmi les grands perdants du nouveau mode de calcul. Celui-ci basera la retraite sur les rémunérations de toute la carrière avec les primes incluses. Or les enseignants ont une longue carrière avec des salaires bas et peu de primes par rapport aux autres fonctionnaires. Selon les syndicats, un enseignant du second degré avec 43 années de carrière ne touchera plus que 1932 € mensuels au lieu de 2885 avec la retraite actuelle. Le gouvernement a pris les devants et annoncé que le cas des enseignants serait pris en compte, mais cela semble une promesse en l’air. Pour maintenir les retraites enseignantes au niveau où elles sont actuellement il faudrait une revalorisation très importante du salaire, d’au moins 25%, soit une dizaine de milliards.La solution qu’envisage le président de la République est de faire travailler davantage les enseignants de façon à en réduire le nombre et aussi réduire celui des non enseignants dans les établissements, ce qui renforcera les inégalités puisque tous les enseignants, et notamment, les femmes, ne pourront pas augmenter leur temps de travail.
D’après un article du site du Café pédagogique.

Visite de l’exposition Tolkien

J’ai pu visiter l’exposition Tolkien à la BNF. Il y a énormément de choses à voir, essentiellement des manuscrits de l’auteur et des dessins. On peut aussi voir Tolkien en vidéo et surtout l’entendre parler de son oeuvre et déclamer ses textes.Les documents présentés permettent aussi de comprendre l’importance de l’étude des langues pour Tolkien. La déception majeure est l’interdiction de prendre des photos, ce qui ne m’a été précisé tout de suite, d’où ces quelques photos volées. J’imagine qu’il s’agit d’une directive des héritiers Tolkien, très « protecteurs » de l’oeuvre. Je me suis donc rabattu sur le catalogue de l’exposition, magnifique et complet.

 

« Je ne bougé de céans »

Je reprends à mon compte cette phrase souvent écrite par le sire de Gouberville dans son livre de raison. Ce début de vacances est placé pour moi sous le signe du repos et de la détente, malgré beaucoup de copies à corriger et trois cours pour le site Kartable à préparer. Je vais travailler la semaine prochaine, mais là, c’est véritablement les vacances ! C’est aussi ce qui explique un ralentissement de ce blog.

Je suis aussi un prof numérique, un peu.

J’ai été contacté par les personnes travaillant pour le site d’aide scolaire Kartable, qui m’ont proposé de rédiger des cours de lycée. J’en ai rédigé trois (un thème du programme) et je vais en commencer trois autres. J’avais déjà travaillé pour la digithèque des éditions Belin en concevant une centaine d’exercices numériques et pour le site Afterclasse pour qui j’avais fais de la relecture. Il est probable que je fasse également de la relecture pour l’application Cultureo, qui devrait être lancée bientôt.

A propos de la future retraite des enseignants

Voici les propos tenus par le Président de la République à Rodez, lors du débat sur le thème des retraites :

Question d’une personne du public :
« Bonjour Monsieur le Président, je suis professeur ici en lycée à Rodez et fière de mon métier, je suis passionnée par mon métier et pourtant depuis 20 ans que j’enseigne j’ai vu les conditions de mon travail se dégrader. Cela ne m’a pas empêché de continuer et d’être toujours en grande activité. Cependant quand je vois la retraite que vous proposez je m’inquiète fortement. Tout à l’heure j’ai entendu vous avez dit une retraite de 1 200 euros pour un enseignant cela me choque un petit peu, peut-être vous vous êtes trompé ou j’ai mal entendu mais on a un bac + 5 et on est face à des jeunes régulièrement et notre travail donc est parfois un petit peu compliqué. On le voit dans l’actualité aussi. Donc j’aimerais juste que vous me rassuriez et que vous me redonniez confiance en cette réforme.« 

Réponse du Président :
« C’est la dernière. Il y a vous. D’abord, les niveaux de retraite dépendent beaucoup, comme vous le savez mieux que moi, si vous êtes prof, capésien, agrégé, à quel moment de votre carrière vous êtes parti, etc. Je ne prenais pas le niveau classique, je prenais un niveau de référence qui, à mon avis d’ailleurs, n’est pas totalement délirant. Parce que quand on regarde le niveau, quand vous êtes prof ça dépend de la part d’indemnités, d’heures sup que vous faites en fin de carrière, qui sont plus ou moins prises par votre système de retraite mais on est entre 1 000 et 1 200. À mon avis, sur la moyenne, je pense que je ne suis pas loin de la réalité, mais on pourra vérifier. Est-ce qu’on a les chiffres, Monsieur le Haut-commissaire. Oui, il va vérifier. Et puis, il y en a qui ont plus quand ils finissent agrégés. Aujourd’hui, sur l’ensemble du corps enseignant, le système actuel, et vous le disiez, est un système que je considère comme insatisfaisant parce que la carrière progresse peu, parce que la carrière, et moi j’ai une pensée pour votre collègue directrice d’école qui a commis le pire, soumise au stress, etc., dans une situation abominable parce que, comme vous le dites, Madame, directrice, il y a des fonctions d’encadrement qu’on ne reconnaît pas assez. Donc ça, c’est le deuxième point, en quelque sorte, le pacte social implicite qu’on a fait depuis des décennies dans l’Education nationale, c’est de dire : on ne vous paye pas très bien, votre carrière est assez plate mais elle peut avoir des bonds quand vous passer le CAPES, quand vous passez l’agrég, mais vous avez des vacances et vous partez à la retraite avec un système qui est mieux calculé que chez beaucoup d’autres parce que c’est le système où on calcule sur la base des six derniers mois, et après, il y a aussi certains autres. C’est pour ça aussi qu’il y a une grande diversité dans le corps enseignant. Ca dépend si vous faites des heures sup ou pas. Lesquelles sont maintenant défiscalisées et peuvent créer des variations de revenus importantes au sein du corps enseignant. Ca, c’est un peu le pacte social du corps enseignant. Ce pacte-là ne correspond plus à la réalité, ce qui est souhaitable je le dis très sincèrement. Et c’est pourquoi les enseignants comme quelques autres professions, je ne peux pas leur dire du jour au lendemain, vous allez passer dans le nouveau système parce que leur système est calculé sur les six derniers mois. Si je passe au nouveau système qui est tout au long de la vie, tous les enseignants seront lésés. Donc le passage au nouveau système pour les enseignants ne peut aller qu’avec une transformation de la carrière, de repenser la carrière dans toutes ses composantes. Et c’est pour ça que j’assume, sur certaines catégories qui sont très spécifiques, d’avoir un temps de transition qui peut être plus important parce qu’on doit penser la dynamique salariale et la carrière. Donc, je vais me corriger tout de suite, en direct. Mais ça, c’est pour les enseignants ou pour tous les retraités ? Je lis ce qui m’est donné par le Haut-commissaire : 2 600 euros de pension moyenne pour les nouveaux retraités de l’enseignement. Les enseignants titulaires partis en 2017 ont perçu une pension de retraite mensuelle moyenne de 2 600 euros. Cette moyenne de 2 600 euros cache des inégalités entre enseignants du premier degré public et second degré public. C’est la diversité qui fait que peut-être, vous ne vous y retrouvez pas. À mon avis, 2 600, faudra me dire comment on les retrouve, parce que les enseignants en font partie. Mais moi je pense à mes 1200, je ne suis pas dans le faux. Vous étiez enseignante ? Donc je ne suis pas dans le faux. Madame était enseignante, elle est à 1140. Bon, ça me rassure. Non mais c’est bien voilà.

Non mais quand je vous disais 1 200 euros, je n’étais pas dans le délire. Non mais c’est très important parce que attendez. Là, on parle beaucoup de chiffres. Je veux quand même clarifier les choses pour vous. Madame elle me dit : on va prendre les 25 meilleures années. Quand vous êtes dans le privé, comme vous, comme vous; on va prendre vos 25 meilleures années mais sur ces 25 meilleures années, ce sera 50% du salaire de référence. Quand vous êtes dans le public, on prend vos six derniers mois et c’est 75 % du salaire, c’est ça la grande différence qui crée aussi des inégalités qui fait que plus personne s’y retrouve. Ça, c’est le système actuel. Et quand je regarde le salaire de fin de carrière des professeurs, il y a beaucoup de variations mais quand je vous dis que je suis autour de 1 100-1 200 euros, je pense que je ne suis pas complètement déconnant, par rapport à une fin de carrière de prof. Il y en a qui touchent beaucoup plus quand ils font des heures sup, quand ils sont agrégés ou autre, il y en a qui touchent un peu moins mais je suis peut-être en dessous de la moyenne, mais je suis dans la réalité et votre voisine le montre. donc, d’abord, premier point, parce que c’était votre angoisse. Vous me disiez : 1 200 euros, j’y crois pas du tout. Ça montre bien que notre système actuel, il n’est même pas lisible pour les actifs qui sont fonctionnaires et qui devraient pouvoir, dans une carrière où vous n’êtes pas licenciable donc, vous devriez pouvoir calculer votre retraite. Ça veut dire qu’un enseignant aujourd’hui, de la fonction publique d’Etat, il ne sait pas calculer sa retraite et il a peur, premier point. Alors moi, je vais essayer de vous rassurer, d’abord en vous disant : tout le monde passe au même système, visibilité et transparence. Deuxième point : en vous disant, ce pacte social que je décrivais pour les enseignants, on ne va pas y mettre fin du jour au lendemain, parce qu’on va se donner du temps, comme d’ailleurs, pour certaines professions médicales que j’évoquais, pour les policiers, pour les gendarmes, on doit se donner du temps parce qu’on doit repenser la carrière. Moi, c’est ce que je veux qu’on fasse sur 5-10 ans. Là aussi, ce n’est pas quelque chose qui se fait en six mois, si je revalorisais, comme je veux le faire, l’ensemble des enseignants -quand on parle de l’Éducation nationale dans notre pays, on parle d’un million de fonctionnaires, c’est le premier employeur du pays. Si je voulais revaloriser, c’est 10 milliards. On ne peut pas mettre 10 milliards demain, c’est vos impôts. C’est le déficit, c’est la dette pour nos enfants donc c’est investir sur notre éducation. Il faut repenser la carrière, ça veut dire qu’il faut qu’on arrive à ce que la carrière progresse davantage, qu’on ait un vrai dialogue avec l’ensemble des enseignants et leurs représentants pour dire comment on fait mieux progresser la carrière, comment on paye mieux. Comment, du coup, parce qu’on paye mieux, peut-être on change aussi le temps de travail et la relation au travail. Et je pense que les enseignants de votre génération y sont tout à fait prêts, et le font d’ailleurs bien souvent hors du temps scolaire, d’accompagner les jeunes différemment, que ce soit valorisé, que ça puisse être demandé aux enseignants, que le métier change, qu’on regarde aussi les périodes de vacances par rapport aux autres et puis qu’on pense sa carrière en valorisant beaucoup plus qu’on ne le fait aujourd’hui les périodes d’encadrement. Aujourd’hui, quand vous êtes directeur dans le primaire, directeur de collège, c’est terrible. C’est sous-valorisé, ça crée des situations de stress très dures, et donc peut-être qu’on valorise mieux cela. Et puis, qu’on intègre aussi qu’à des moments de la carrière, on ne doit plus être devant des élèves parce que si on dit tous : on va travailler un peu plus longtemps, eh bien je suis désolé mais il se trouve que je connais bien votre métier, j’ai une grand-mère qui m’a élevée et qui y a passé sa vie et j’ai une épouse qui a fait votre métier, c’est pas vrai qu’on peut jusqu’à 65 ans être devant des élèves de manière innocente. Ca dépend après des tempéraments, ça dépend des classes que l’on a face à soi, ça dépend de la réalité, mais quand on est dans une situation difficile, qu’on on a des gamins turbulents, à 55 ans, on en a marre, on est usés et donc, il faut pouvoir avoir un job en rectorat ou dans des fonctions où on sera moins exposé aux élèves. Il y a d’autres endroits où c’est beaucoup plus plaisant. Les profs ont des classes plus réduites. Ca se passe mieux. Ca, ça s’apprécie, ça s’appelle gérer une carrière. Ca s’appelle faire de la gestion des ressources humaines. On l’a fait insuffisamment. On doit réinventer, ca veut dire donc valoriser les carrières, valoriser l’évolution de la carrière différemment, le prendre en compte pour permettre aux enseignants de rentrer dans le système et que les retraités du système de demain se retrouvent au même niveau que les retraités du système d’aujourd’hui, mais avec une carrière plus intelligente. Parce qu’aujourd’hui, il n’est pas un bon système, où on dit à des enseignants : ‘’vous allez vous serrer la ceinture, vous serez mal payé toute votre vie et votre retraite sera mieux calculée que pour les autres.’’ On n’est plus dans un monde où les gens acceptent ça. Donc, sur ces sujets, ce que je veux qu’on fasse, c’est qu’on ouvre une vraie concertation qui va permettre de penser la carrière, l’investissement qu’on fait, et du coup le temps de transition et on fera converger tout le monde vers de nouveaux systèmes, à mesure qu’on arrive à avoir une carrière qui corresponde à un système plus juste. Mais on va le faire en transparence. Moi, je vous dis là mes convictions, mes intuitions parce que votre question était très directe, je corrige peut-être aussi des a priori qu’on peut avoir, anxiogènes, qui sont faux mais ça va être un des objets de discussions. Et moi, j’assume que sur quelques professions qu’on a évoquées, ce soir, on se donnera le temps parce que c’est des professions où il faut, en fait, changer le travail pour permettre de passer au nouveau système de retraite. »

Je ne sais pas si je suis rassuré !