Catégorie : Vie scolaire

La généralisation du dispositif devoirs faits en sixième

Pour cette généralisation de « devoirs faits » à tous les élèves de sixième, le rectorat nous a expliqué que c’était tout à fait possible de les aider à faire leur devoirs en classe entière, c’est à dire avec de 25 à 30 élèves ! Il s’agira alors au mieux d’une étude surveillée, ce qui n’est pas du tout pareil que d’aider de 5 à 10 élèves. On nous a par ailleurs précisé que l’enveloppe des heures supplémentaires affectées à cette généralisation pour chaque établissement sera connue à une date ultérieure, alors que l’organisation de l’année prochaine se prépare en ce moment dans les étalbissements… Voici encore une annonce « effet de manche », peu réaliste et qui fera juste bien dans les rapports académiques. 

Une belle rencontre

Cet après-midi, neuf élèves du dispositif sont allés rendre visite à leurs correspondantes, dans une résidence située juste à côté du collège. Pendant plus d’une heure, ils ont discuté de choses et d’autres, en prenant un goûter. Une élève avait aussi fait des crêpes avec sa grand-mère pour l’occasion. Nous nous sommes tous régalés.
Personnes âgées et élèves ont envie de maintenir le contact épistolaire, mais aussi de se rencontrer à nouveau pour jouer à différents jeux ensemble. Il y a même eu des échanges de numéros de téléphone. Prochaine étape pour les élèves : écrire une lettre au retour des vacances de Noël, mais certains se sont engagés à en écrire une dès cette semaine.
Merci à Valentine Rondelez-Passemard d’avoir animé cet atelier qui a beaucoup apporté aux élèves. Merci également à la médiathèque départementale, à la médiathèque de Maromme et aux animatrices de la résidences d’avoir permis cela.

Le petit bureau du dispositif ULIS

Depuis la rentrée des vacances d’octobre, les élèves du dispositif travaillent essentiellement sur leur tablette. Pour faciliter leur autonomie, j’ai abonné le dispositif au petit bureau du site Mon école, en y ajoutant au fur et à mesure les applications ou sites que nous utilisons pour travailler.
L’activité principale consiste en deux plans de travail numériques, en français et en maths, qui peuvent être individualisés si besoin. Une fois ce travail terminé, ou bien en cas de découragement momentané, ils peuvent passer sur Motoufo, qui a beaucoup de succès, ou Mathéros, proposés aussi par Mon école sur abonnement. Quelques élèves aiment aussi aller lire des histoires sur Plume et en inventer la suite. Dans la semaine, ils doivent aussi aller visionner un portrait d’enfant, proposé par Arte, afin de découvrir un nouveau pays. En plus de cela, ils doivent faire de l’anglais, si possible une fois par jour, en utilisant l’application Holy Owly, installée sur la tablette ou sur leur téléphone (en raison d’une certaine instabilité de la version iPad).
Le mercredi matin échappe a ce fonctionnement tout numérique, puisque les élèves travaillent sur des projets d’écriture de bandes dessinées ou de lettres avec moi. Il en est de même lors d’ateliers organisés ponctuellement, comme celui où les élèves ont entamé une correspondance avec des personnes âgées résidant dans la commune.

Suite de l’atelier correspondance en ULIS

Aujourd’hui, les élèves ont reçu les réponses des personnes âgées à leurs lettres, écrites il y a une dizaine de jours. Ils étaient plutôt impatients et ont été contents de ce qu’ils ont lu, avec une grande attention. Ils ont assez spontanément écrit une nouvelle lettre, afin de poursuivre la conversation. La prochaine étape est la rencontre « de vive voix », lundi prochain, à la maison de retraite, autour d’un goûter. Il semble que certaines personnes âgées souhaitent poursuivre la correspondance au-delà de l’atelier. J’aimerais que les élèves en éprouvent aussi l’envie. A suivre.

La France, pays du Tiers – monde ?

Le ministre de l’éducation nationale a indiqué à la presse, lors d’un déplacement, qu’il n’y aura pas d’école le matin dans les zones qui subiront éventuellement des coupures de courant programmées et ciblées cet hiver. Les délestages programmés risquent en effet toucher les écoles et les établissements scolaires, selon deux créneaux entre 8 et 10h et 10 et 12h. Il a ajouté : «Ces deux créneaux du matin, s’ils sont dans une zone qui subit un délestage, auront pour conséquence que la rentrée des élèves le jour concerné se fera en début d’après-midi, avec sans doute un repas qui sera néanmoins prévu pour les élèves qui sont à la cantine. Donc il n’y aura pas d’école le matin»