A propos de la circulaire de rentrée 2020

Voici ce que je retiens de la circulaire de rentrée 2020. Elle est disponible en intégralité ici.

« Tous les élèves sont accueillis sur le temps scolaire. Afin de garantir la santé des élèves et des personnels, et eu égard à la situation épidémique à la date de la présente circulaire, le respect des règles sanitaires essentielles doit être assuré : gestes barrière, hygiène des mains, port du masque pour les adultes et les élèves de plus de 11 ans lorsque les règles de distanciation ne peuvent être respectées dans les espaces clos ainsi que dans les transports scolaires, nettoyage et aération des locaux. Dans la mesure du possible le déplacement des professeurs est privilégié par rapport au déplacement des élèves. Les personnels de santé sont pleinement mobilisés à l’appui de cette politique sanitaire.
(…)
En début d’année scolaire, l’ensemble de notre institution doit veiller à ce que les élèves maîtrisent les connaissances et les compétences indispensables à la poursuite de leur année dans de bonnes conditions. La logique de cycle donne la souplesse nécessaire pour atteindre cet objectif.
(…)
Les évaluations nationales de 6e s’étoffent pour mieux identifier les besoins des élèves et offrir des résultats plus précis pour faciliter l’action des équipes éducatives et le dialogue avec les familles. Pour apporter des réponses rapides et ne pas laisser s’installer les difficultés scolaires, elles ont lieu à partir du 14 septembre. En mathématiques, l’accent est mis sur la résolution de problèmes et, en français, sur la compréhension de textes longs. En outre, un test de fluence en lecture, permettant une appréciation immédiate, est désormais ajouté. Ce test est réalisé dans les premiers jours de l’année de 6e. Il peut être pris en charge par tout membre de l’équipe éducative.
(…)
Les modalités de passation des tests de positionnement en début de 2de, qui aident les professeurs à identifier les besoins de chaque élève en français et en mathématiques, ont été simplifiées. En outre, un test spécifique de littératie et numératie (Linu), adapté aux 1res années de CAP, est introduit cette année.
(…)
Pour les autres niveaux, au cours des premiers jours de la rentrée scolaire, des outils de positionnement sont mis à disposition des professeurs. Ces tests, courts et ponctuels, permettent de mesurer instantanément la maîtrise des compétences fondamentales et d’identifier les priorités pour chaque élève.
(…)
Pour réduire les éventuels écarts constatés entre la rentrée et les vacances de la Toussaint, les apprentissages sont concentrés sur les connaissances réputées acquises dans le cadre d’une scolarité ordinaire et nécessaires pour commencer leur année dans de bonnes conditions. C’est pourquoi, à l’école primaire comme au collège, pour chacun des niveaux d’enseignement, des objectifs pédagogiques prioritaires sont identifiés et mis à disposition des équipes pédagogiques.
(…)
Le ministère concentre tous les moyens disponibles pour assurer l’accompagnement personnalisé des élèves : plus d’1,5 million d’heures supplémentaires, l’ensemble des moyens de remplacement non utilisés ainsi que les AED en préprofessionnalisation et tous les partenaires de l’École dans le cadre de Devoirs faits seront mobilisés et concentrés entre septembre et décembre sur cet accompagnement. Tous les niveaux sont concernés, avec une priorité pour les classes charnières (CP, 6e, 2de).
En outre, à partir de l’expérience acquise durant la période de confinement, les équipes éducatives sont encouragées à mobiliser les outils numériques, notamment dans le cadre de l’aide personnalisée, de Devoirs faits ou des Stages de réussite qui peuvent être proposés à distance aux familles.
(…)
Si elles le jugent utile, les équipes éducatives des collèges offrent un parcours de soutien aux élèves qui éprouvent des difficultés à lire, notamment lors du test de fluence en 6e. En effet, la classe de 6e, dernière année du cycle 3, est l’aboutissement des apprentissages de l’école primaire et le tremplin vers l’acquisition de compétences plus complexes qui nécessitent une solide maîtrise des savoirs fondamentaux. Le chef d’établissement peut notamment proposer aux familles :
soit un parcours scolaire et périscolaire intégré du lundi au vendredi avec, d’une part, les enseignements obligatoires renforcés par des heures de lecture et d’accompagnement personnalisé centrées sur les savoirs fondamentaux, et, d’autre part, une offre périscolaire éducative. Cela peut être particulièrement pertinent dans le cadre d’une Cité éducative ;
soit un parcours scolaire renforcé en lecture : sur les 26 heures d’enseignements obligatoires hebdomadaires en 6e, jusqu’à 5 heures pourront être consacrées à la remédiation en lecture, écriture ou calcul. Ces heures peuvent être assurées par un professeur du collège ou un professeur des écoles. Elles sont organisées en petits groupes, sur le temps consacré à d’autres enseignements et en fonction des compétences acquises par l’élève pour lui permettre de dépasser ses difficultés. À mesure que les difficultés des élèves se résorbent, le volume d’heures consacré à la lecture et au calcul diminue.
(…)
Au collège, le dispositif Devoirs faits est renforcé. Les heures, positionnées dans l’emploi du temps, sont proposées aux élèves dès la première semaine de septembre, dans le double objectif d’offrir à tous les élèves volontaires un service d’accompagnement aux devoirs et d’aider les élèves en difficulté. Il s’agit de proposer 3 heures d’accompagnement aux devoirs par semaine pour chaque élève (4 heures pour chaque élève de 6e sur la période septembre-décembre).
Afin de permettre aux élèves en fragilité scolaire d’aborder la rentrée en confiance, les chefs d’établissement et professeurs informent les familles de cette possibilité et les encouragent à s’y inscrire. Les directeurs d’école attirent l’attention des principaux sur les élèves entrant en classe de 6e qui auraient été fragilisés du fait d’un éloignement de l’école pendant le confinement.
(…)
Le numérique est devenu indispensable dans la vie personnelle, citoyenne et professionnelle de chacun. Dans le contexte de crise sanitaire que nous avons connu, il est plus que jamais essentiel d’y préparer tous les élèves pour qu’ils puissent tirer parti des opportunités qu’offre le numérique et développer des usages responsables. Après quatre années d’expérimentation et de co-construction, le dispositif Pix sera généralisé dans les collèges et lycées, avec une première campagne de positionnement pour tous les élèves à partir de la 5e, l’introduction d’une certification des compétences numériques obligatoire pour les élèves de 3e et de terminale, et un accompagnement pédagogique innovant pour les enseignants au travers de la plateforme Pix Orga.
(…)
L’année qui commence sera spécialement consacrée au livre et à la lecture. Particulièrement cette année, il s’agit de se mobiliser pour lutter contre la difficulté en lecture et promouvoir le plaisir de lire.« 

Tout ce qui est dit à propos de l’aide à apporter en lecture aux élèves de sixième va dans le sens de l’atelier lecture que nous avons mis en place en sixième au collège, durant l’année 2019 – 2020 (même si une partie des élèves n’a pas pu en bénéficier à cause de la crise sanitaire). L’aide aux devoirs n’est toujours pas imposée aux élèves, ce qui va en réduire considérablement l’efficacité, comme les années précédentes. Enfin, l’idée de la certification numérique en 3e et terminale est bonne, mais j’ai des craintes concernant son contenu.

La nouvelle sacralisation de Sainte-Sophie, une déclaration de guerre au christianisme ?

Le 10 juillet 2020, le Conseil d’État turc a rendu le monument Sainte-Sophie d’Istanbul au culte musulman en invalidant le décret signé par Mustafa Kemal Atatürk en 1934, pour contenter les plus religieux de ses soutiens et sous la pression d’une association menant depuis une quinzaine d’années un combat pour le retour à l’islam de tous les lieux de culte musulmans déconsacrés pendant les premières décennies de la république laïque. La basilique Sainte-Sophie était devenue une mosquée après la prise de Constantinople par Mehmet le Conquérant, en 1453. Le Journal officiel a publié rapidement la décision prise de transférer Sainte-Sophie, jusque-là gérée par le ministère de la Culture et du Tourisme, à la direction des affaires religieuses, et de rouvrir l’édifice à la prière, la première étant fixée au 24 juillet.
Dans le discours annonçant cette nouvelle, le président turc : « Aujourd’hui, la Turquie s’est débarrassée d’une honte. Sainte-Sophie vit à nouveau une de ses résurrections, comme elle en a déjà connu plusieurs. La résurrection de Sainte-Sophie est annonciatrice de la libération de la mosquée Al-Aqsa (à Jérusalem). Elle signifie que le peuple turc, les musulmans et toute l’humanité ont de nouvelles choses à dire au monde. »
Le président n’a pas précisé le sort réservé aux mosaïques byzantines de Sainte-Sophie, recouvertes d’un enduit pendant les cinq siècles de son utilisation comme mosquée à l’ère ottomane, et dégagées pour être offertes à la vue du public.

D’après un article du Monde.fr

11 juillet 1940 : discours de Pétain aux Français

« Français,
L’Assemblée Nationale m’a investi de pouvoirs étendus. J’ai à vous dire comment je les exercerai.
Le Gouvernement doit faire face à une des situations les plus difficiles que la France ait connues : il lui faut rétablir les communications du pays, rendre chacun à son foyer, à son travail, assurer le ravitaillement.
Il lui faut négocier et conclure la paix.
En ces derniers jours, une épreuve nouvelle a été infligée à la France : l’Angleterre, rompant une longue alliance, a attaqué à l’improviste et a détruit des navires français immobilisés dans nos ports et partiellement désarmés. Rien ne laissait prévoir une telle agression. Rien ne la justifiait.
Le gouvernement anglais a-t-il cru que nous accepterions de livrer à l’Allemagne et à l’Italie notre flotte de guerre ? S’il l’a cru, il s’est trompé ; mais il s’est trompé aussi quand il a pensé que, cédant à la menace, nous manquerions aux engagements pris à l’égard de nos adversaires : ordre a été donné à la marine française de se défendre et, malgré l’inégalité du combat, elle l’a exécuté avec résolution et vaillance.
La France vaincue dans des combats héroïques, abandonnée hier, attaquée aujourd’hui par l’Angleterre, à qui elle avait consenti de si nombreux et durs sacrifices, demeure seule en face de son destin. Elle trouvera une raison nouvelle de tremper son courage en conservant tout sa foi dans son avenir.
Pour accomplir la tâche immense qui nous incombe, j’ai besoin votre confiance. Vos représentants me l’ont donnée en votre nom. Ils ont voulu, comme vous et comme moi-même, que l’impuissance de l’État cesse de paralyser la nation.
J’ai constitué un nouveau gouvernement.
Douze ministres se répartiront l’administration du pays. Ils seront assistés par des secrétaires généraux qui dirigeront les principaux services de l’État.
Des gouverneurs seront placés à la tête des grandes provinces françaises. Ainsi, l’administration sera à la fois concentrée et décentralisée.
Les fonctionnaires ne seront plus entravés dans leur action par des règlements trop étroits et par des contrôles trop nombreux. Ils seront plus libres ; ils agiront plus vite. Mais ils seront responsables de leurs fautes.
Afin de régler plus aisément certaines questions dont la réalisation présente un caractère d’urgence, le Gouvernement se propose de siéger dans les territoires occupés.
Nous avons demandé, à cet effet, au Gouvernement allemand, de libérer Versailles et le quartier des Ministères à Paris.
Notre programme est de rendre à la France les forces qu’elle a perdues.
Elle ne les retrouvera qu’en suivant les règles simples qui ont de tout temps assuré la vie, la santé et la prospérité des nations.
Nous ferons une France organisée, où la discipline des subordonnés réponde à l’autorité des chefs, dans la justice pour tous.
Dans tous les ordres, nous nous attacherons à créer des élites, à leur conférer le commandement, sans autre considération que celle de leurs capacités et de leurs mérites.
Le travail des Français est la ressource suprême de la patrie. Il sacré. Le capitalisme international et le socialisme international qui l’ont exploité et dégradé font également partie de l’avant-guerre. Ils ont été d’autant plus funestes que, s’opposant l’un à l’autre, en apparence, ils se ménageaient l’un et l’autre en secret. Nous ne souffrirons plus leur ténébreuse alliance. Nous supprimerons les dissensions dans la cité. Nous ne les admettrons pas à l’intérieur des usines et des fermes.
Pour notre société dévoyée, l’argent, trop souvent serviteur et instrument du mensonge, était un moyen de domination.
Nous ne renonçons ni au moteur puissant qu’est le profit, ni aux réserves que l’épargne accumule.
Mais la faveur ne distribuera plus de prébendes. Le gain restera la récompense du labeur et du risque. Dans la France refaite, l’argent ne sera. que le salaire de l’effort.
Votre travail sera défendu. Votre famille aura le respect et la protection de la nation.
La France rajeunie veut que l’enfant remplisse vos cœurs de l’espoir qui vivifie et non plus de la crainte qui dessèche. Elle vous rendra, pour son éducation et son avenir, la confiance que vous aviez perdue.
Les familles françaises restent les dépositaires d’un long passé d’honneur. Elles ont le devoir de maintenir à travers les générations les antiques vertus qui font les peuples forts.
Les disciplines familiales seront sauvegardées.
Mais, nous le savons, la jeunesse moderne a besoin de vivre avec la jeunesse; de prendre sa force au grand air, dans une fraternité salubre qui la prépare au combat de la vie. Nous y veillerons.
Ces vieilles traditions qu’il faut maintenir, ces jeunes ardeurs qui communieront dans un zèle nouveau, forment le fond de notre race.
Tous les Français, fiers de la France, la France fière de chaque Français, tel est l’ordre que nous voulons instaurer. Nous y consacrerons nos forces. Consacrez-y les vôtres.
La patrie peut assurer, embellir et justifier nos vies fragiles et chétives.
Donnons-nous à la France ! Elle a toujours porté son peuple à la grandeur ».

Les équipes de TF1 devraient penser à passer le bac ! (en fait, plutôt retourner au collège…)


Cette représentation graphique diffusée pendant le journal télévisé de TF1 (le 7 juillet à 20h) est à pleurer ! Elle indique en effet que le taux de réussite au bac était d’environ 5% en 1995, au lieu des 73% véritables… Le plus extraordinaire, c’est que les concepteurs de ce truc ont repris la véritable courbe de l’évolution du taux de réussite, mais, pour une obscure raison (incompétence ? volonté de tromper ?), ont choisi de la faire commencer à 5% en 1995 à la place.

 

Ce 5% en 1995 ne dérange ni le présentateur, ni la « journaliste »  puisqu’ils commentent ensuite le taux de réussite en 1968, affiché à 81,3% !

Je sais décidément pourquoi j’ai arrêté de regarder la télévision il y a une dizaine d’année maintenant !