Massacre de civils en Syrie

Ghouta-orientale-assiegee_1_729_689

Les bombardements de l’aviation syrienne sur l’enclave rebelle de la Ghouta orientale, assiégée depuis 2013 par le régime de Bachar Al-Assad et en proie à des pénuries, se poursuivent alors que l’Observatoire syrien des droits de l’homme fait état d’au moins 250 civils tués tués depuis dimanche, dont au moins 20 enfants. Les hôpitaux peinent à faire face à l’afflux de blessés, car six ont été bombardés en quarante-huit heures, dont trois qui sont depuis hors service et deux qui fonctionnent partiellement.
Le régime syrien veut reprendre la Ghouta, entre autres, pour mettre fin aux tirs de roquettes des rebelles sur Damas. Six roquettes se sont abattues sur Damas dimanche soir, faisant un mort, selon les médias officiels. Depuis le 5 février, plus de 20 civils ont péri dans des bombardements rebelles sur Damas.

Deux soldats français tués au Mali

B9713948061Z.1_20171129113856_000+GEIA7UR53.2-0

Deux soldats français ont été tués et un blessé ce mercredi au Mali dans l’explosion d’une mine au passage de leur véhicule blindé. Ces militaires faisaient partie du 1er régiment de spahis de Valence.
Environ 4000 militaires français sont déployés au Sahel dans le cadre de l’opération anti-djihadiste Barkhane. Ces deux décès portent à douze le nombre de militaires français tués depuis le lancement de l’opération, à l’été 2014.

Je dois évoquer demain cette opération dans le cadre du cours sur la défense en éducation civique, après avoir expliqué l’histoire du service national et le parcours citoyenneté auquel les élèves doivent participer, pour le moment.

Bilan au moment des vacances d’hiver

progressions_2017-2018-5eprogressions_2017-2018-4eprogressions_2017-2018-3e

Évidemment, j’ai pris du retard sur ma progression dans les trois niveaux. Il faut dire que les dernières semaines ont été difficiles, pour les élèves comme pour moi. Rien de catastrophique encore, cependant, car je m’étais laissé une marge de manoeuvre, notamment en troisième.
Du point de vue de la qualité du travail, il s’est dégradé en troisième tout au long du trimestre, la plupart des élèves s’étant endormis sur les lauriers récoltés au premier trimestre malgré mes mises en garde répétées. En cinquième, un déclic s’est produit pour les élèves en grande difficulté dans l’une des deux classes, ce qui est encourageant. Si l’attitude des élèves est plus dynamique, le niveau en rédaction et en compréhension des textes reste préoccupant. Il n’y a pas eu de grand changement en quatrième, la qualité de l’écoute et du travail variant d’un jour à l’autre dans les trois classes. J’ai tout de même trois à quatre élèves en très grande difficulté dans chacune des classes.

 

La découverte et l’identification d’un soldat français mort à Verdun en 1916

14321758

Le 6 mai 2015, vers 8h30, trois ensembles d’ossements furent découverts dans le secteur sud-est du Mémorial de Verdun, à Fleury-devant-Douaumont. Ici, dans la zone rouge de Verdun – champ de bataille de 120 000 hectares – une vingtaine d’ossements de poilus sont découverts chaque année.
Il faudra trois ans d’enquête et d’analyses pour que ce soldat français de 14-18, un sergent dénommé Claude Fournier, soit le premier à être identifié grâce à ses empreintes génétiques et qu’il soit inhumé, ce mercredi 21 février, dans la nécropole nationale de Douaumont.
Pour en savoir plus sur cette enquête archéologique, scientifique et historique, vous pouvez suivre ce lien.

 

Le mépris de nos dirigeants pour les élèves et l’éducation

« Quand on voit la façon dont deux heures de cours ont été résumées en moins de deux minutes, c’est-à-dire qu’on a coupé, recollé, expurgé, pour avoir finalement des bouts de phrase, dont vous savez très bien les uns et les autres qu’elles ont été complètement coupées de leur contexte… Est-ce que ça, c’est du journalisme ? Non. Ça, éventuellement, c’est un exercice au niveau CAP d’ajusteur-monteur. »
Ce sont les propos ignobles d’un membre du parti Les Républicains pour défendre son chef, qui a tenu des propos parfois discutables pendant un cours dans une école de commerce lyonnaise. Entendons nous, je ne défends pas le travail des journalistes, qui me semble au mieux bâclé. Non, j’emporte contre les termes utilisés pour le qualifier.
Mon fils est actuellement en lycée professionnel, en métallurgie et on lui demande des choses complexes, comme des analyses filmiques, en plus de sa formation technique et professionnelle qui est tout sauf simple. Ce mépris des diplômes professionnels par des gens dont l’activité est financée par de l’argent public est écoeurant.

Edit : voici un extrait de France Inter où Pierre Bérégovoy, ancien premier ministre de François Mitterrand,  parle du métier de fraiseur. Ce n’est pas du même niveau, décidément.

« Il y a un doute. Ce doute que je peux avoir par l’observation de la réalité va me conduire à une vision pragmatique… Il est probable que la crèche soit plus pertinente que la scolarisation à 2 ans » a déclaré de son côté le ministre de l’Éducation national.
Il évoque ainsi l’établissement probable d’un apprentissage en trois étages : la crèche jusqu’à 3 ans, l’école maternelle à partir de 3 ans et les CP et CE1 dédoublés à partir de  6 ans. Mais au-delà de cette déclaration, il y a ce qu’il ne dit pas et ce qu’il nie.
Ce qu’il ne dit pas, c’est qu’il n’y aura pas de place pour tout le monde en crèche, soit parce qu’il en manque, soit parce que seuls les enfants des classes sociales les plus favorisées peuvent y accéder. Il y aura donc une éducation à deux vitesses, institutionnalisée et ce même ministre demandera ensuite à l’école de rattraper un retard qu’il aura sciemment contribué à créer !
Ce qu’il nie ensuite, c’est le rôle important de la maternelle, et ce dès la petite section, dans l’éducation et l’apprentissage des enfants. Cet apprentissage était échu à des professionnels, formés pour cela par l’Éducation nationale elle-même ! Il nie également et balaye allègrement la capacité d’apprentissage des très jeunes enfants, qui a pourtant été étudiée et démontrée.
Pourquoi ne pas avoir la franchise cynique d’admettre que le manque de poste d’enseignants empêche la réalisation de l’objectif des classes dédoublées en CP et CE1 en réseau d’éducation prioritaire, et que la suppression de la petite section permettrait de redéployer les moyens ? L’efficacité des enseignants et la capacité intellectuelle des enfants n’ont rien à voir là-dedans !