Séances de géographie sur les mers et les océans en 4e

Les élèves travaillent sur l’importance des mers et des océans en étudiant le commerce mondial et le port de Shanghai (ils avaient déjà étudié la ville dans un chapitre précédent) et en analysant le conflit autour des îles de la Mer de Chine.
Ils travaillent pour cela en autonomie sur des fiches d’activités visant à produire un croquis, une carte mentale et un texte.

Affiches et slogans pour le second tour

XVM6d855568-2a6e-11e7-a853-3e1b090249bc

Emmanuel Macron a opté pour une affiche qui reprend des codes utilisés par les partis de droite. Le bleu est très présent, couleur de la sécurité et de la sérénité. Contrairement à ses précédentes affiches, Emmanuel Macron apparaît seul, il n’est plus au milieu d’une foule. Une manière de solenniser sa campagne. Le slogan est nouveau: «Ensemble, la France!» Là encore, il fait appel aux souvenirs des électeurs de droite. En 1988, Jacques Chirac avait pour slogan «La France ensemble», puis en 2002 «La France en grand, la France ensemble». Quant à Nicolas Sarkozy, il avait opté en 2007 pour «Ensemble, tout devient possible».
Dans l’affiche de Marine Le Pen apparaît, en fond, une bibliothèque. Une image qui rappelle les photos officielles de François Mitterrand et Nicolas Sarkozy à l’Elysée et qui joue la carte de la culture. Très visibles, ses mains sont croisées et la candidate n’hésite pas à mettre en avant sa féminité. Comme Emmanuel Macron, sa veste est bleue. et comme au premier tour, le nom Le Pen n’apparaît pas sur l’affiche. Son slogan, «Choisir la France», met en avant son programme qui privilégie la préférence nationale.

D’après un article du Figaro.fr

Pour qui ont voté les enseignants ?

Dans le cadre de l’élection présidentielle, un sondage Ifop pour SOS Education ( par questionnaire auto-administré en ligne) s’est intéressé au positionnement des enseignants vis-à-vis des principales propositions des candidats. L’étude réalisée auprès d’un échantillon de 1001 enseignants représentatif de la population des enseignants (946 000 personnes) livre les enseignements suivants :
– Le candidat du Parti socialiste a recueilli à peine 15% des voix des enseignants, soit trois fois moins qu’en 2012 (46%). Le Parti socialiste obtient ainsi son plus mauvais score au sein de la profession en l’espace de 15 ans. Il faut dire que les enseignants sont opposés aux principales mesures prises par les ministres successifs des gouvernements de François Hollande. Ainsi, 83% des enseignants se déclarent favorables à l’abrogation de la réforme du collège, au rétablissement des filières bilingues et des options de langues anciennes et 77% à la suppression ou à l’assouplissement de la réforme des rythmes scolaires.
– A gauche, la candidature de Jean-Luc Mélenchon a attiré près d’un enseignant sur quatre (24%) contre 19,6% chez l’ensemble des Français. A titre de comparaison, le candidat soutenu par le Parti de Gauche et le Parti communiste n’avait obtenu que 10% des voix des enseignants du primaire et du secondaire en 2012.
– A peine 15,5% des enseignants ont voté pour un candidat de droite dont 11% pour François Fillon, 4% pour Nicolas Dupont-Aignan et 0,5% pour François Asselineau. Au total, leur score chez les enseignants du primaire et du secondaire (16%) est plus faible que celui obtenu par les candidats de la droite libérale ou souverainiste en 2012 (18%,5%), en 2007 (20%) ou en 2002 (18%).
– Le Front national n’attire toujours pas les enseignants. A peine 5% des professeurs ont voté pour la candidate du FN, soit quatre fois moins que son score chez l’ensemble des électeurs métropolitains (21,5%). Son score reste en effet marginal, sauf dans les rangs des PLP (11%) et des enseignants du supérieur (12%).
– Enfin, avec 38% des suffrages des enseignants, Emmanuel Macron dépasse largement le score que François Bayrou avait pu y obtenir aux scrutins précédents chez les enseignants du primaire et du secondaire (19% en 2012, 27% en 2007, 7% en 2002).