Ils n’apprendront jamais…

5150430_7_d338_2017-06-24-63add78-14366-1olwzq8-3z0k9_6419bca7dfb926dd3d30c2d0ca6ed721

Les hommes politiques sont vraiment de mauvais élèves !

Sur le papier, la promesse était séduisante. Le candidat Emmanuel Macron, s’était engagé à réduire à douze le nombre d’élèves dans les classes de CP et de CE1 en éducation prioritaire, au nom de la lutte contre l’échec scolaire et les inégalités.
Mais, à vouloir le faire dès la rentrée de septembre, la mise en œuvre de ce projet louable va tourner au fiasco…
Deux difficultés se posent : comment trouver des salles disponibles dans les écoles concernées ? Et à quels enseignants faire appel ?
Pour le second point, le ministère de l’Éducation nationale a fait le calcul : dès septembre, ce seront près de 2500 classes de CP qui seront « dédoublées » en REP+, les réseaux d’éducation prioritaire renforcés. Il faut donc trouver maintenant  2500 enseignants en plus. Difficile en un temps aussi court, aussi le ministère envisage-t-il sérieusement de recruter par Pôle Emploi !
Mais le premier point est autrement plus bloquant : il faudrait créer 2500 lieux – classes de plus, dans des écoles qui ne sont pas prévues pour cela et aux frais des municipalités qui ne l’ont pas budgété vue les délais ridicules… Va-t-on, par électoralisme, placer les élèves dans des préfabriqués ou des salles conçues hors des préoccupations pédagogiques ? Est-ce vraiment cela lutter contre les inégalités ?
Pourquoi tout simplement ne pas avoir attendu la rentrée de septembre 2018 afin de tout préparer et de faire de cette mesure une réussite phare du quinquennat ? Au lieu de cela, la grogne se manifeste déjà.

Mes classes pour l’année prochaine

Sauf changement de dernières minutes, je devrais retrouver deux classes de cinquième, trois quatrièmes et une troisième au collège Alain de Maromme, l’an prochain. En troisième et quatrième, les manuels sont les Nathan, comme à Clères cette année. En cinquième, les collègues ont choisi le Magnard, que je trouve mauvais et que j’utiliserai donc peu.

Monsieur Blanquer se prend pour Jack Lang

Chaque nouveau ministre apporte son lot de nouveautés à l’école…
La Fête de la musique, ce sera dans toutes les écoles, les collèges et les lycées à la rentrée prochaine ! Le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer a expliqué sur franceinfo que le 4 septembre, des chansons et des concerts seront joués dans les établissements. Avec cette initiative, il espère « moins de larmes chez les petits à cette rentrée et beaucoup plus de sourires que d’habitude« .
Dans un entretien au Parisien, il fait aussi part de son intention de développer l’apprentissage de la musique dont il juge la place insuffisante : « Je compte notamment faire en sorte qu’il y ait des chorales dans tous les écoles et collèges« , a-t-il annoncé, ajoutant qu’il comptait aussi encourager les pratiques instrumentales et les concerts.
Je ne suis pas sûr que c’était le plus urgent à mettre en place…

EBM468-rentrée-en-musique