La propagande sous le régime de Vichy

Une bonne synthèse de ce sujet, à lire par les élèves de troisièmes

Le Sith de Monsieur Willecocq

Ce thème permet d’aborder différentes manières de convaincre par l’image, tout en restant cadré dans une période et un espace donné: celui de la France du gouvernement de Vichy (1940-1944)

La propagande de cette époque cherche à diffuser plusieurs idées fortes:

* Héroïser, voire diviniser le chef de l’Etat français, le Maréchal Pétain.

La propagande du régime de Vichy insiste à la fois sur la gloire passée du « vainqueur de Verdun » et surtout sur l’idée qu’il « fait don de sa personne à la France » pour la protéger et la rebâtir. Elle veut donner l’image d’un chef rassembleur, protecteur, mais également fort.

Ceci afin de convaincre la population qu’il faut obéir aveuglément à un chef infaillible et qui sait ce qu’il faut faire pour la protéger.

* Mobiliser la population autour du travail afin de rebâtir le pays sur des bases neuves

Les paysans, la jeunesse, les mères de famille…

Voir l’article original 86 mots de plus

109 Mariannes

À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes qui aura lieu le 8 mars, la ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la Citoyenneté, a inauguré ce jeudi 4 mars l’exposition « 109 Mariannes » sur le parvis du Panthéon.
Depuis la IIIe République, des femmes célèbres ont prêté les traits de leur visage à la Marianne, figure allégorique de la République. Brigitte Bardot, Laetitia Casta, Mireille Mathieu … toutes ont incarné l’image de la France. En 2021, le ministère de l’Intérieur innove en proposant non pas un, mais 109 portraits de citoyennes françaises représentant la France et sa diversité.
L’exposition est visible du 4 au 15 mars sur le parvis du Panthéon ou bien partiellement en vidéo ci-dessous.

Reste à souhaiter que cette exposition ne soit pas vandalisée par ceux qui refusent la pluralité des ethnies et des cultures pourtant bien présente en France…

Des objets pour faire de l’histoire

A la rentrée des vacances , je vais aller en école primaire pour animer des ateliers de découvertes d’objets anciens. L’idée est d’apporter des objets aux élèves pour que les élèves, en groupe,  les manipulent, réfléchissent, cherchent et essaient de déterminer leur utilisation et leur époque de fabrication (au sens large). Dans un second temps, chaque groupe présentera son objets aux autres.
Pour cela, je vais puiser dans ma collection en apportante une fibule gallo-romaine, une pierre taillée préhistorique, une lampe à huile, des pièces de monnaies romaines, féodales et royales, un assignat révolutionnaire, un jeton de tirage au sort de service militaire, une lettre du Moyen – Age, une page de manuscrit enluminée, un acte de naissance et de mariage du XVIIIe siècle, des relevés de notes des cours élémentaire, moyen et supérieur des années 20, un ticket de rationnement de la Première Guerre mondiale, un outil de tailleur de pierre et une corde à 13 noeuds.
Mais il me manquait quelques objets ne nécessitant pas de lecture, pour les petites classes ou les élèves en difficulté. J’ai donc fait l’acquisition de quelques objets anciens à ajouter à la liste.
Dans un second temps, avec les plus grands, j’envisage de leur faire étudier le livre des fontaines de Rouen à partir du fac-similé puis de les emmener sur le terrain pour voir ce qu’il reste du Rouen médiéval.
A suivre dans un prochain article.

 

Un outil pour éduquer les élèves aux médias

J’ai découvert grâce à Twitter cette brochure téléchargeable édité par Média Animation asbl, un centre de ressources en éducation aux médias reconnu par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ce document propose cinq approches pour éduquer aux médias :
– l’approche empirique (distinguer le vrai du faux)
– l’approche du discours (observer la forme)
– l’approche de la propagande (distinguer les influences)
– l’approche de la réception (responsabiliser le public)
– l’approche sociale

Quand le gouvernement profite de la crise sanitaire pour faire des économies sur l’éducation

Je ne parle pas ici des 1800 suppressions de postes dans l’Education nationale annoncée pour la rentrée prochaine dans les collèges et les lycées, mais des 640 millions qui ont été économisés par le ministère sur l’exercice 2020! Je vais peut-être arrêter d’expliquer aux élèves que l’éducation est ce qui pèse le plus lourd dans le budget de l’Etat.