Catégorie : Histoire des arts

Des émissions sur léonard de Vinci

La Fabrique de l’histoire a proposé quatre émissions à propos de Léonard de Vinci et de son oeuvre.

Une exposition sur le travail de Charlie Chaplin à Nantes

À l’occasion des 130 ans de la naissance de Charlie Chaplin, le Musée d’arts de Nantes met à l’honneur le cinéaste dans une exposition intitulée « Charlie Chaplin dans l’œil des avant-gardes » qui met en regard son travail et celui des artistes de son époque
à propos du contexte social et politique du début du 20e siècle. À travers plus de 200 peintures, photographies, dessins, sculptures, documents et extraits de film, l’exposition propose une redécouverte des œuvres de František Kupka, Marc Chagall, Fernand Léger, Man Ray, Meret Oppenheim, John Heartfield et d’autres en soulignant la porosité entre leurs réflexions, leurs productions artistiques et le cinéma de Chaplin. Organisée en quatre sections (l’homme-machine, la poétique du monde, le spectacle mis en abyme, l’absurdité de l’histoire), l’exposition se penche de façon inédite sur ces proximités artistiques, montrant la mise en parallèle des moyens d’expression, de la peinture au cinéma.
Du 18 octobre 2019 au 3 février 2020.
Ci-dessous, le dossier de presse :

DOSSIER DE PRESSE_C Chaplin WEB

Pour se promener dans les oeuvres de Van Gogh

« Imagine Van Gogh », exposition installée au Carré des Docks dans la ville du Havre jusqu’au 1er septembre 2019, associe l’art et la technologie pour créer un spectacle saisissant permettant de se plonger dans quelques 200 oeuvres de Van Gogh au moyen de 39 vidéoprojeteurs et d’une diffusion sonore immersive.
Ouvert tous les jours de 10h à 19h.
Tarif : 13,50€ / Sénior 12,50€ / réduit 11,50€ / jeune (5 à 18 ans) 9,50€ / famille (2 adultes + 2 enfants) 39€

Une exposition sur l’art et la préhistoire

 

 

Mêlant oeuvres préhistoriques et contemporaines, cette exposition du Centre Pompidou veut mettre en lumière le lien qui unit la préhistoire à l’art moderne et contemporain. Au cours d’un parcours chronologique, vous pourrez découvrir comment les artistes et la société ont éprouvé l’attrait des origines, cédant à une vision fantasmée de ce qui était avant l’histoire.

Du 8 mai 2019 au 16 septembre 2019 de 11h à 21h ou de 11h à 23h.

Découverte de gravures préhistoriques à Angoulême

La plaque avec les différents gravures qu’elle comporte

Outre 200 000 morceaux de silex, dont plusieurs centaines de pointes de flèches, qui témoignent de l’occupation du site par des groupes humains entre 12000 et 8000 ans avant aujourd’hui, le site préhistorique d’Angoulême a révélé in – extremis une petite plaque en pierre portant plusieurs gravures d’animaux qui a été présentée ce mercredi 5 juin à Paris. Sa découverte a été faite trois jours avant l’arrêt des fouilles et l’abandon du site à l’aménageur, qui va y construire un centre d’affaires.
Le morceau de grès plat de 18 cm sur 23 porte des enlèvements anthropiques  sur les bords. Sur sa surface, un humain du paléolithique a gravé un cheval en repassant plusieurs fois dans les traits pour les approfondir. On peut également distinguer d’autres animaux qui lui sont superposés : une autre esquisse, plus petite, de cheval, un cervidé gracile aux pattes plus fines et ce qui est sans doute un aurochs à la silhouette plus massive, plus rectangulaire, entouré d’un faisceau de traits. Malheureusement, la partie de la plaque où figuraient les têtes des trois principaux animaux a disparu. Sur la face opposée de la plaque se trouve un autre herbivore peu identifiable.
Si cette découverte se révèle exceptionnelle, c’est parce que les archéologues ne s’attendaient pas à trouver de l’art figuratif à la fin du paléolithique. Celui-ci avait été alors remplacé par des décors géométriques, des faisceaux de traits, des chevrons, des éléments géométriques.
Les décors de la plaquette, notamment les chevaux, rappellent ceux du Rocher de l’impératrice, à Plougastel-Daoulas qui sont deux mille ans plus vieux, témoignant peut-être d’une extraordinaire continuité culturelle.
En repoussant la limite du figuratif au paléolithique, cette plaquette gravée oblige les chercheurs à repenser leur vision de l’art préhistorique et des croyances qui y étaient attachées.

D’après un article du Monde.fr

Ci-dessous, une émission de Carbone 14 consacrée à la découverte :