Catégorie : Histoire des arts

Cachez les premiers, messieurs les Anglais !

L’année prochaine, on célèbrera les cent ans de la mort des peintres autrichiens Egon Schiele et Gustave Klimt.
Aussi pour 2018, les musées de Vienne ont-ils programmé deux expositions-phares : « Stairway to Klimt » organisée au Kunsthistorisches Museum de Vienne à partir du 13 février 2018  et « Egon Schiele, Expression and Lyricism » qui ouvrira ses portes le 23 février 2018 au Leopold Museum.
Il a donc été décidé une campagne de publicité conséquente, que ce soit en Autriche ou dans les pays étrangers. L’Office de Tourisme de Vienne avait par exemple prévu une vaste campagne d’affichages dans les espaces publics de Londres ainsi qu’en Allemagne, montrant plusieurs nus célèbres d’Egon Schiele.

Kunst

Kunst-2
Mais le Royaume-Uni et l’Allemagne ont estimé que les corps et les sexes dénudés des modèles de Schiele sont apparemment trop choquants pour le grand public. Les reproductions d’œuvres d’art, présentées dans les espaces publics, comme sur Facebook ,sont donc désormais affublées de bannières couvrant les seins et les organes génitaux…

D’après un article du site Exponaute.

 

Une journée bien remplie

Ce matin, j’ai assisté à un atelier sur mesures et grandeurs dans le cadre des journées nationales de l’association des professeurs de mathématiques de l’enseignement public. Il s’agissait de voir comment faire prendre conscience aux élèves des longueurs, des aires, des angles et des volumes et les amener à les manipuler. Il était animé par Jean – Paul Mercier, membre de l’institut de recherche pour l’enseignement des mathématiques de Poitiers. Cela m’a donné de nombreuses pistes à explorer pour faire manipuler les maths en cycle 2 et 3.

L’après-midi, je me suis promené dans certains lieux évoqués par julien Gracq dans La forme d’une ville, avant de visiter la cathédrale et les collections du musée d’art de Nantes.

Ce musée a été fermé longtemps pour y aménager le Cube, un bâtiment moderne consacré à l’art du XXIe siècle, abritant des oeuvres parfois très curieuses…

De l’art engagé ou une dégradation ?

L’artiste performeur russe Piotr Pavlenski a été arrêté par la police, lundi 16 octobre à l’aube, pour avoir mis le feu à une antenne de la Banque de France place de la Bastille à Paris. Peu après 4 heures du matin, l’artiste a aspergé d’essence deux fenêtres encadrant l’entrée du bâtiment, puis y a mis le feu.
Pavlenski, réfugié en France depuis le mois de janvier, a utilisé la même méthode que pour les actions qui l’ont rendu célèbre en Russie : convoquer, au dernier moment, des photographes et des caméras pour leur distribuer un communiqué avant d’agir devant eux.
Voici le communiqué de quelques lignes, censé expliquer cette action baptisée Éclairage :
« La Bastille a été détruite par le peuple révolté ; le peuple l’a détruite comme symbole du despotisme et du pouvoir. Sur ce même lieu, un nouveau foyer d’esclavage a été bâti. (…) La Banque de France a pris la place de la Bastille, les banquiers ont pris la place des monarques. (…) La renaissance de la France révolutionnaire déclenchera l’incendie mondial des révolutions. »
Les photos prises sur les lieux rappellent fortement la dernière action d’envergure menée en Russie par l’artiste : l’incendie, en novembre 2015, de la porte principale de la Loubianka, le siège historique des services de sécurité russes. Cette action lui avait valu de passer sept mois en détention préventive, avant d’être finalement condamné à une simple amende. L’artiste, qui se revendique de « l’art politique », avait transformé son procès en performance en invitant des prostituées à y témoigner, pour moquer la soumission de la justice russe au pouvoir politique.
L’artiste et sa femme avaient obtenu au début du mois de mai le statut de réfugiés politiques en France.

D’après un article du Monde.fr

Un tableau de Léonard de Vinci à vendre

brown

Le dernier tableau du peintre italien Léonard de Vinci dans les mains d’un collectionneur privé va être vendu aux enchères à New York le 15 novembre. Les experts estiment son prix à 100 millions de dollars environ.
Salvator Mundi (Le sauveur du monde) est un tableau de petite dimension (65cm par 45) qui représente le Christ dans une tenue bleue, tenant un globe de verre à la main. Il a été peint à la même époque que la Joconde. Certains experts estiment qu’il pourrait s’agir d’une demande de la cour de France, plus précisément de Louis XII. Le tableau a été longtemps propriété des rois d’Angleterre, avant de quitter la famille royale à la faveur de diverses successions et ventes. Elle a disparu pendant plus de 100 ans, avant de réapparaître à la fin du XIXe siècle.
Recouverte de plusieurs couches de peintures qui obscurcissaient complètement sa surface, le tableau était quasiment méconnaissable avant que la restauration soit entreprise en 2005.

AndyWarhol_Milano
Le Sixty Last Suppers du peintre américain Andy Warhol, qui représente 60 fois La Cène de Léonard de Vinci, sera vendu lors de la même soirée, le 15 novembre. Son prix est estimé à 50 millions de dollars.
Avant la vente, Salvator Mundi va être exposé à Hong Kong, San Francisco, Londres et enfin New York, durant les jours précédents l’enchère.

EDIT : le tableau a été adjugé, mercredi 15 novembre, 450,3 millions de dollars (381,8 millions d’euros) lors d’enchères chez Christie’s à New York. Cette vente fait de l’œuvre le tableau le plus cher du monde jamais vendu aux enchères et probablement le plus cher tout court.

Un magnifique travail

Ce diaporama nécessite JavaScript.

«Eyes as Big as Plates» est une exposition et un livre d’art, fruits de la rencontre entre Riita Ikonen et de Karoline Hjorth. Respectivement finlandaise et norvégienne, ces deux photographes y présentent une série poétique sur les personnes âgées, leur relation au corps, à la nature. Bardés de brindilles, coiffés de feuilles de rhubarbes ou nus dans un étang, des retraités venus des quatre coins du monde se sont ainsi dévoilés devant l’objectif des deux femmes.

eyes_as_big_as_plates_cover

Le tableau qui revient sur son lieu de création

POLICE-ART-CULTURE

Impression, soleil levant, toile qui a donné son nom à l’impressionnisme, a été peinte par Monet au Havre, entre 1872 et 1873. À l’occasion de la célébration des 500 ans du port français, le Musée d’art moderne André Malraux du Havre accueille ce tableau du 10 septembre au 8 octobre 2017.
Deux historiens d’art ont reconstitué en 2014 la configuration du Havre à l’époque et ont ainsi retrouvé que Monet avait peint ce tableau depuis sa chambre à l’Hôtel de l’Amirauté, détruit lors des bombardements de 1945, à moins de 300 mètres de l’actuel musée.