Catégorie : Histoire des arts

Etranges objets vidéo… poétiques ?

Entre novembre 2011 et mai 2012, ARTE Creative a mis à disposition de vidéastes, cinéastes et graphistes des deux côtés du Rhin cinq épisodes d’Un billet de train pour…, série documentaire sur le charme romantique du chemin de fer diffusée par ARTE depuis longtemps. À charge pour eux de créer une nouvelle œuvre visuelle à partir de ce matériau.
Les artistes qui s’en sont emparés ont remonté, retravaillé, détourné, recomposé les images, ajouté d’autres sons ou d’autres musiques, en un mot pratiqué un « recyclage créatif » dont sont présentés ici six des résultats les plus originaux et les plus imaginatifs.

A voir quelques jours encore sur le replay d’Arte.

La Grande guerre en animation

17050812342619514315025633

Les multiples initiatives lancées pour commémorer le centenaire de la Grande Guerre ont amené les auteurs de courts métrages d’animation à s’interroger sur ce qu’ils avaient à en dire.
Ce DVD propose une sélection d’œuvres évoquant la première guerre mondiale, établie en partenariat avec le festival du cinéma d’animation Anima de Bruxelles.
Aux côtés d’œuvres de réalisateurs confirmés (Dave Unwin, Bruno Collet, Claude Cloutier) sont présentées celles de jeunes auteurs, parfois encore étudiants, qui se réapproprient la mémoire collective (Lucrèce Andreae, Yancouba Dieme, Rémi Durin, etc.) .
Les neufs films d’animation du DVD :
La Détente de Pierre Ducros et Bertrand Bey (2009)(durée : 8 minutes)
Trois petits points du Collectif de l’Ecole des Gobelins (2010) (durée : 3 minutes)
Lien du Collectif de Supinfocom (2010) (durée : 6 minutes)
De si près de Remi Durin (2009) (durée : 12 minutes)
Le jour de gloire de Bruno Collet (2007) (durée : 6 minutes)
Poppy de James Cunningham (2009)(durée : 10 minutes)
La tranchée de Claude Cloutier (2010) (durée : 5 minutes)
Lettres de femmes de August Zanovello (2013) (durée : 11 minutes)
Wargame de Dave Unwin (2001) (durée : 28 minutes)

On pourra trouver d’autres courts métrages sur la Première guerre mondiale ici , et encore .

Un mur pour protéger le mur de Berlin !

La ville de Berlin veut protéger les vestiges historiques du mur qui a coupé la ville en deux entre 1961 et 1989, du vandalisme et des dégradations commises par les touristes et pour cela, elle va construire… un mur ! Les autorités locales ont en effet décidé de construire un nouveau mur de près d’un mètre de haut qui se trouvera à environ 85 cm des deux côtés du mur historique pour empêcher un accès direct. Des signes dans plusieurs langues interdisant aux visiteurs de peindre le mur ou d’en arracher des morceaux seront affichés tout au long de la rampe.
Il s’agit de protéger la «East Side Gallery», une partie du mur couverte de peintures murales datant de 1990, dans les mois qui ont suivi l’effondrement du mur en novembre 1989.  119 artistes ont peint le mur sur près de 1,3 km et cette partie n’a pas été détruite car elle a été classée en 1991.

D’après un article de Slate.fr

Conflit entre deux oeuvres d’art

5110884_6_83d7_2017-03-26-2ba5e84-06448d2e5b424bdbb60dab72eddc1_9a02d54fd7325a886cd95ebf300f1e96

La statue du « Charging Bull » trônait seule, depuis 1989, au cœur de Bowling Green Park, à quelques mètres de la Bourse de Wall Street, à New York.
Mais depuis le 7 mars dernier, une petite fille lui tient compagnie. Baptisée « Fearless Girl », la silhouette, les mains sur les hanches et la tête haute, adopte nettement une attitude de défi par rapport à l’animal. Cette « Fearless » Girl a été installée pour interpeller les passants et réclamer la présence de plus d’administratrices dans les conseils des grandes entreprises, à la veille de la Journée internationale des droits des femmes.
Mais le sculpteur Arturo Di Modica, créateur de la première statue, a déclaré lors d’une conférence de presse à Manhattan, que cette statue violait ses droits en changeant le sens et le contexte de la statue de son taureau.
Le sculpteur a expliqué que son œuvre était censée symboliser « la liberté, la paix dans le monde, la puissance, le pouvoir et l’amour » (?). Mais l’installation de la statue représentant la fillette lui faisant face a transformé le taureau en un message de menace et de peur. Il a été transformé en une force négative, en une menace dans un choix délibéré. La deuxième oeuvre exploite et s’approprie donc Charging Bull, sans l’accord de l’artiste.
Le sculpteur réclame donc à la ville de New York le déplacement de la seconde statue.

D’après un article du Monde.fr

De l’art rupestre préhistorique découvert en Bretagne.

En 1987, suite à une tempête, des vestiges archéologiques d’un un abri-sous-roche (d’environ 10m de long, 3m de profondeur et 2m de haut) sont découverts au Rocher de l’Impératrice, situé près de Plougastel-Daoulas . En 2013, une équipe d’archéologues a exhumé du site des silex travaillés en pointes de flèches, des couteaux et des outils. Mais ils ont aussi découvert 45 plaquettes de schiste de 15 à 30cm de long, certaines portant des gravures de chevaux et d’aurochs, datant de 14 000 ans.

D’après un article du blog Les découvertes archéologiques.