Catégorie : A visiter

Exposition « 1000 ans de Normandie »

1000 ans de Normandie

La réunification normande intervenue en 2016 a conduit les services d’archives départementales de la région à se rapprocher pour marquer l’événement par une mise en perspective historique. Sous un label commun “1000 ans de Normandie, des archives à partager”, cette collaboration a débouché sur une exposition présentée à Rouen, au Pôle culturel Grammont.
Environ 70 documents ou objets accompagnent le parcours, illustrant l’ensemble du territoire normand. On pourra y découvrir l’une des rares chartes carolingiennes encore conservées dans la région, la plus ancienne charte ducale détenue par les Archives départementales, une confirmation originale de la “charte aux Normands” provenant de la cathédrale de Rouen, des plans évoquant l’aménagement de Cherbourg sous le règne de Louis XVI ou la création de Cabourg au siècle suivant, de très nombreuses affiches ou photographies, mais aussi des objets, parmi lesquels paire de fibules scandinaves. À voir encore les résultats du concours photo “la Normandie illustrée” : les Normands ont été appelés à y participer en adressant des photographies de ce qu’ils considèrent comme les objets ou lieux symboles de la Normandie. 31 de ces photos ont été sélectionnées.
Assurée en coédition avec les éditions Snoek, la publication d’un volume d’environ 330 pages propose un panorama sur l’histoire et l’identité de la Normandie, autour d’un florilège de 131 documents sélectionnés dans les collections des Archives départementales du Calvados, de l’Eure, de la Manche, de l’Orne et de la Seine-Maritime. Il sera en vente après le 28 avril au prix de 29 €

Exposition aux Archives départementales de la Seine-Maritime (42 rue Henri II Plantagenêt, 76000 Rouen), du 25 avril au 27 juillet 2017.
Entrée libre du mardi au vendredi de 8 h 45 à 18 h, le samedi de 10 h à 12 h et de 13 h à 18h.
Visites de groupes sur demande : archives@seinemaritime.fr ou 02 35 03 54 95

Adaptations pédagogiques

Capture d_écran 2017-03-10 à 19.40.09

J’ai découvert ce site proposant des pistes de réflexion et des outils pour venir en aide aux élèves à profils particuliers. Il contient beaucoup de choses et semble appeler à grandir.

Une exposition sur l’histoire des jeux vidéos

« GAME, le jeu vidéo à travers le temps » est une exposition proposée à la Fondation EDF jusqu’au 27 août 2017.
Space Invaders, Uncharted 4 , Sonic et OXO, le premier jeu sur ordinateur, accueillent les visiteurs dans la salle d’exposition de la fondation.
Dans une fausse chambre d’enfant, les premières consoles s’exposent au fond de la salle du rez-de-chaussée comme si elles avaient toujours été là (on ne peut pas jouer sur celles-ci).
Les «opposants» aux jeux vidéos sont au sous-sol, où sont diffusés les reportages discréditant l’utilité de ce divertissement, comme les archives de l’Ina avec le journal télévisé de 1979 dans lequel le jeu vidéo était qualifié de danger :   » C’est une épidémie, un fléau national « .
Dans une salle mitoyenne, les visiteurs peuvent survoler Paris grâce à un casque de réalité virtuelle, le PSVR.
C’est à l’étage que l’on s’amusera le plus. Il y a de nombreux jeux à essayer dans l’ordre chronologique de leur création. On peut partir à l’aventure avec Sonic (1991), en passant par Alex Kidd (1986), ou encore Rayman (1995) et terminer en 2009 avec Assassin’s Creed, tous des témoins de la transformation du jeu.
Un pan de mur a été transformé en un autel dédié à l’e-sport à travers League of Legends. Siège, maillot, claviers, souris: tout l’équipement du pro-gamer est mis en lumière autour d’un écran plat qui diffuse un match rentré dans l’histoire du jeu.
Si a scénographie, très interactive, a de quoi séduire même les néophytes, les connaisseurs peuvent aussi faire quelques découvertes insolites, telle une machine à coudre pour gameboy color, ou encore un prototype de la console de salon, la Brownbox, à la préhistoire des machines.

game-expo-affiche

Exposition « Game, le jeu vidéo à travers le temps » du 1er mars au 27 août 2017.
Entrée libre du mardi au dimanche de 12h à 19h
Espace Fondation EDF, 6 rue Récamier, 75007 Paris.

Une exposition sur la censure durant la Première guerre mondiale

img_inter_40x60

En 1915, les autorités françaises décident de créer la section photographique de l’armée qui va produire des images de guerre officielles. Mais pour préserver la stratégie et les intérêts militaires du pays ou encore pour ne pas entamer le soutien du peuple français, les images d’armement ou de souffrance humaine sont alors interdites de publication.
Ces photographies, interdites de diffusion il y a plus d’un siècle, font l’objet d’une exposition au Château de Vincennes à Paris jusqu’au 30 juin prochain.
Ces images font partie d’un fond constitué de 100 000 plaques de verre rejetées par le comité de censure pendant le premier conflit mondial.

xvmc1056a38-f2d9-11e6-a80c-3dc5aaa52285-805x453
Un exemple de photographie censurée

Images interdites de la Grande Guerre, exposition du Service historique de la Défense, château de Vincennes (pavillon du Roi), lundi (13h-17h), mardi au jeudi (9h-17h), vendredi (9h-16h), samedi (9h30-15h). Entrée libre.

Une exposition sur la pauvreté réalisée par les cinquièmes

img_7519img_7522

Pour la réaliser, les élèves ont étudié le documentaire La pauvreté en question, réalisé dans le cadre du projet « 7 milliards d’autres ». Ils ont d’abord choisi deux pays par continents afin de faire des recherches et de compléter une fiche d’identité du pays. Puis ils ont sélectionné un extrait de l’interview de l’habitant du pays choisi qui leur semblait le plus intéressant pour le recopier à côté de son portrait.

Un petit tour à Dieppe

img_7474

Il nous a permis de visiter l’exposition sur la cartographie qui se tient au château jusqu’au 8 mai 2017.

Après de nombreuses représentations de Dieppe à différentes époques, on peut découvrir des reproductions (hélas) d’oeuvres de l’école cartographique de Dieppe, dont le portulan de Pierre Desceliers datant de 1553.

L’exposition présente aussi des projets d’aménagement du port et de la ville de Dieppe, liés à la création d’un canal de Dieppe à Paris qui n’a jamais vu le jour.

J’y ai aussi découvert un amusant objet publicitaire, témoignage de l’empire coloniale français.