Étiquette : Aménager les territoires ultramarins français

Les conditions de logement à Mayotte

Selon une enquête de l’Insee sur l’évolution des conditions de logement à Mayotte, faisant suite au dernier recensement de 2017, un habitant sur trois vit dans un logement qui ne bénéficie pas de l’eau courante. Cela représente 81 000 habitants. En 1997, 80 % des logements n’avaient pas l’eau courante. Alors que la situation s’est améliorée entre 2007 et 2012, avec un nombre de logements sans eau courante qui a baissé de moitié, depuis 2012, la hausse des constructions de bangas (cases) en tôle a entraîné une recrudescence de logements sans eau courante. Ces cases forment aujourd’hui 38 % du parc immobilier mahorais et elles sont habitées dans 65 % des cas par des étrangers. Un peu plus de la moitié des bangas sont dépourvues d’eau courante contre seulement 12 % des logements en dur. Sur les 18 300 ménages qui ne bénéficient pas d’eau courante dans leur logement, 7900 ont un robinet dans leur cour et 3700 font appel à la solidarité des voisins, parents ou tiers. Dans 60 % des cas, il manque au moins l’eau courante ou les toilettes ou la douche à l’intérieur du logement.
A Mayotte, quatre logements sur dix sont considérés comme fragiles. En vingt ans, seules les constructions en bois, végétal ou terre ont vu leur nombre réduire significativement, passant de 5900 en 1997 à 600 en 2017. Si le nombre de construction en dur augmente chaque année, leur part reste stable, aux alentours de 61% depuis 2002.
L’électricité est également absente dans 10% des logements mahorais, quelque soit le type de bâti utilisé. Enfin, la surpopulation des logements est bien plus représentée à Mayotte où 73% des résidences sont concernées, contre 10% au niveau de l’hexagone.

D’après un article de France Info et un autre du Monde.fr