Étiquette : Aménager les territoires ultramarins français

1,3 milliard d’euros d’investissement pour Mayotte

Au terme d’un déplacement de trois jours, la ministre des outre-mer a présenté, mardi 15 mai, le plan de rattrapage pour le département de Mayotte qui avait été annoncé en avril.
En ce qui concerne l’éducation, le vice-rectorat de Mayotte va être transformé en un rectorat de plein exercice. L’État va investir 500 millions d’euros sur le quinquennat pour les constructions scolaires. Il s’agira ensuite d’élaborer un plan d’investissements sur dix ans. L’offre de restauration scolaire va également être renforcée. Au total, près de 500 recrutements vont être opérés, dont 345 postes supplémentaires dès la rentrée 2018.
Le reste du plan est détaillé ici.

 

Un vrai projet pour Mayotte ou une énième déclaration ?

Jeudi 19 avril, une réunion s’est tenue à Matignon entre  le gouvernement et une délégation d’élus mahorais. Le Premier ministre était accompagné de quatre de ses ministres, Annick Girardin (outre-mer), Jean-Michel Blanquer (éducation), Agnès Buzyn (santé), Élisabeth Borne (transports), les ministres de l’Intérieur et des Affaires étrangères étant représentés par leurs directeurs du cabinet.
Le Premier ministre a dévoilé les grands axes d’un « plan de rattrapage et de développement de Mayotte », qui sera finalisé autour de la mi-mai.
L’État veut réorganiser ses services pour répondre aux besoins spécifiques du département. Vont ainsi être posées les bases d’une Agence régionale de santé de Mayotte et un rectorat de plein exercice va être créé. Si le gouvernement a annoncé l’allocation de moyens supplémentaires pour le centre hospitalier de Mayotte et une accélération du rythme de constructions de classes et d’équipements scolaires, il n’en a pas donné les détails.
Le Premier ministre a annoncé toutefois l’exonération du ticket modérateur pour les assurés sociaux, qui préfigure l’instauration de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), toujours pas applicable à Mayotte.
Le gouvernement a promis aussi de s’engager dans un programme de développement des infrastructures à Mayotte : un transport en commun en site propre sur la Grande Terre, la réalisation du contournement de Mamoudzou, point d’engorgement routier quotidien puisque la ville est traversée par la nationale reliant le sud au nord de l’île.
Ces annonces ont été plutôt bien accueillies sur l’île. Toutefois, la prudence reste de mise, tant ils ont eu l’habitude des promesses déçues. En 2014, déjà, le président Hollande avait annoncé la CMU-C et le contournement de Mamoudzou a déjà été promis, mais jamais concrétisé.

D’après un article du Monde.fr

 

Séquence 3e : Aménager le territoire

 

Nous avons commencé par un exercice de prise de note pour commencer à préparer les futurs élèves de seconde au lycée.

Capture d_écran 2018-03-30 à 17.01.11

Ensuite j’ai proposé un travail de groupe en dehors de la classe. Il s’agit de préparer un bref exposé sur un aménagement réalisé à Maromme, la commune où se situe le collège. Pour cela, les élèves doivent piocher dans les aménagements présentés dans le numéro 100 du magazine de la commune puis prendre contact avec la mairie pour obtenir des informations dans le but de répondre aux habituelles questions : quand, où, qui, pourquoi, comment ? Le travail devra être rendu à la mi-mai et peut prendre de multiples formes (interview, reportage vidéo, diaporama ou autre idée).

Ensuite, les élèves vont travailler sur un exemple « raté » d’aménagement du territoire, dont j’ai aussi parlé ici et :

Capture d_écran 2018-03-30 à 17.55.36

Puis sur l’aménagement des territoires ultramarins, avec l’exemple de Mayotte, département qui fait parlé de lui dans l’actualité.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Capture d_écran 2018-03-31 à 10.02.52

On pourra aussi utiliser le site GéoMayotte, le portail de l’information géographique de Mayotte, aux possibilités très riches :

http://carto.geomayotte.fr/1/carte_dynamique_visualiseur.map

Enfin, nous généraliserons sur la France en observant les acteurs et les enjeux de l’aménagement :

Les documents proviennent du blog de ce collègue.

Croquis-L-amenagement-du-territoire--objectifs-et-acteurs

 

L’effondrement d’une habitation d’un bidonville dans un département français fait cinq morts

Ce sont sans doute les fortes pluies tombées à Mayotte ces derniers jours qui expliquent l’effondrement de l’habitation de fortune construite dans un bidonville à flanc de colline dans la ville de Koungou. Quatre enfants et leur mère ont perdu la vie dans l’accident qui révèle les profondes inégalités existant dans notre pays : inégalité dans l’aménagement du territoire, inégalité sociales et inégalité de perception géographique et de traitement médiatique également.
Koungou est une commune du département d’outre-mer de Mayotte qui abrite 26  500 habitants. C’est la deuxième commune de Mayotte par sa population.

(les photos du bidonville proviennent de ce site)

Le hameau du récif, dont il est question dans les vidéo que vous pour voir ici, est implanté au sommet du village de Koungou, il s’agit d’un ensemble d’immeubles avec piscine, lieu de résidence de « mzungus » (mzoungous = blancs). Non loin, se trouve le bidonville où sont morts les quatre personnes, servant de refuges à de nombreux migrants d’origine comorienne.

 

Deux territoires français durement touchés par l’ouragan Irma

1053538-le-parcours-de-l-ouragan-irma-au-jeudi-7-septembre-2017-8h-infographie-big

caraib_topo

Ravagés par l’ouragan Irma, Saint-Barthélemy et Saint-Martin sont deux territoires français situés dans les Caraïbes, une zone très exposée aux aléas climatiques. Distantes de seulement 24 kilomètres l’une de l’autre, les deux îles sont pourtant très différentes.

À environ 230 kilomètres de la Guadeloupe, Saint-Barthélemy est une île d’origine volcanique de 21 kilomètres carrés. Ce territoire est à plus de onze heures de vol de la métropole.
Découverte par Christophe Colomb en 1493, l’île a cependant toujours été française, mis à part une occupation suédoise au XVIIIe siècle. Officiellement rattachée à la Guadeloupe en 1878, elle est l’un de ses arrondissements jusqu’en 2007. Après cette date, Saint-Barthélemy devient une collectivité territoriale à part entière.
D’après l’Insee, il y a 9567 habitants sur l’île. La majorité d’entre eux sont de riches résidents étrangers, surtout américains. Les Français qui y résident sont pour la plupart originaires de Bretagne ou de Normandie.
Grâce à son statut de port franc hérité de l’époque suédoise, les habitants sont non imposables sur le revenu. La principale activité est le tourisme de luxe et l’île est un lieu de villégiature pour les riches célébrités (37% des emplois sont liés au tourisme). Le coût de la vie y est extrêmement élevé et le taux de chômage très faible (4,3%).
Après le passage de l’ouragan Irma, plus aucune production d’eau potable n’est actuellement possible sur l’île de Saint-Barthélemy. Les deux usines de dessalement qui fournissent l’eau aux près de 10 000 habitants de cette île sans aucune ressource naturelle d’eau potable sont sans électricité, donc il n’y a plus de production à l’heure qu’il est. Une de ces deux usines est située en bord de mer et a donc été assez gravement endommagée à cause des vagues, tandis que l’autre est moins abîmée. Le redémarrage de la production d’eau dépendra de celui de la production d’électricité, complètement à l’arrêt elle aussi.

Saint-Martin est une île d’une superficie de 90 kilomètres carré, à la fois française au Nord, et néerlandaise au Sud. Deux villes se partagent l’essentiel de l’activité : Saint-Martin et Sint Marteen pour la partie des Pays-Bas. De Paris, on rejoint l’île par un vol de près de neuf heures.
À travers les siècles, l’île a été occupée par les Britanniques, les Néerlandais et les Français. C’est avec le traité de Paris en 1815 que Saint-Martin passe définitivement sous souveraineté française.
Parmi les 72 000 habitants de l’île, 36 457 sont Français. C’est une population jeune puisque 35% des Saint-Martinois ont moins de 20 ans. Le territoire est également marqué par une immigration importante : 32% de ses habitants sont nés à l’étranger. L’île regroupe 70 à 100 nationalités, dont de nombreux immigrés d’Haïti ou Saint-Domingue.
Depuis 2007, Saint-Martin est une Collectivité d’outre-mer. Auparavant, le territoire était administrativement rattaché à la Guadeloupe.
Port franc, Saint-Martin vit essentiellement du tourisme (80 % des emplois directs ou indirects) et est vantée comme un paradis du shopping et de la détaxe. Pourtant, un tiers de ses habitants sont au chômage.
À Saint-Martin, la préfecture est en partie détruite, la caserne des pompiers sinistrée, et plusieurs toitures de la gendarmerie se sont envolées. Les autres bâtiments plus rustiques ou précaires de l’île, où l’habitat créole, en bois ou tôle domine, ont été dévastés à près de 60% et l’île est aussi privée d’eau potable et d’électricité. L’enjeu est de réparer le réseau de communications, de rétablir les aéroports et de faire un diagnostic sur l’état des hôpitaux.

1,2 million de personnes ont d’ores et déjà été affectées par l’ouragan Irma, un nombre qui pourrait grimper à 26 millions, a annoncé jeudi la Croix-Rouge, faisant état d’un bilan provisoire de dix morts, dont 4 à Saint – Martin.
L’ouragan se déplace maintenant vers la République dominicaine puis Cuba et la Floride, qu’il devrait toucher en fin de semaine et être encore très destructeur selon l’agence américaine des situations d’urgence.
Les Caraïbes pourraient ensuite subir  deux autres ouragans.

59b15285d3f85dc85f0000e1.jpg

INF80bc6026-9257-11e7-81e0-00b287ddb3af-805x960

Quelques données supplémentaires sur la Guyane

Pour rappel, le budget de l’Etat :

capture-d_c3a9cran-2016-10-01-c3a0-13-22-54

L’Etat va versé en 2017 au moins 47,3 milliards d’euros aux collectivités territoriales, dont les départements, les régions et les communes, ce qui est le troisième poste de dépense après l’école et les retraites des fonctionnaires.

Données générales :

7b853e5cb4c7906eb163d3212cd7aa0529bdda1f

Les difficultés dans le domaine de l’éducation :

En 2011, 40 % de la population des 16 à 65 ans vivant sur la bande côtière en Guyane se retrouve en difficulté à l’écrit. Lire un programme TV ou une liste de courses, comprendre une ordonnance, écrire des mots simples sont des actes difficiles à réaliser pour 50 000 guyanais.
(…)
En 2011, d’après le recensement de la population, 2016 enfants ayant entre 6 et 16 ans sont non-scolarisés en Guyane. Chez les 6-11 ans, le taux de non-scolarisation est de 3,2 % ; il est stable depuis 2006. En revanche, de forts progrès sont constatés chez les 12-16 ans ; en 5 ans, le taux de scolarisation a chuté, passant de 6,5 % à 3,4 %. Les conditions de vie de l’enfant, sa nationalité ainsi que l’activité de ses parents sont les principaux déterminants influant sur la probabilité d’être non-scolarisé.
(…)
En 2011, 45 % des jeunes ayant entre 18 et 24 ans sont titulaires d’un diplôme de l’enseignement secondaire du second cycle. En 1999, seulement 35 % des jeunes détenaient un tel diplôme. Sur cette même période, la part des jeunes possédant un baccalauréat passe de 12 % à 19 %. Le baccalauréat général est délaissé au profit du baccalauréat technologique et surtout professionnel. A l’issue de la troisième, la moitié des élèves s’est engagée en second cycle professionnel contre seulement un tiers au niveau national.(…)Au baccalauréat, les taux de réussite progressent pour chaque série, mais un écart important avec la métropole demeure. Toutes séries confondues, le taux de réussite au baccalauréat en 2013 est de 74,6 % en Guyane contre 86,9 % en France métropolitaine.
(…)
En 2011, plus de 9 000 jeunes ayant entre 18 et 24 ans se retrouvent hors du système scolaire sans diplôme plus élevé que le brevet des collèges. La part des sortants précoces du système scolaire a significativement baissé ces dernières années, tombant à 38 % en 2011 contre 53 % il y a vingt ans. Elle reste cependant très éloignée de l’objectif européen des « moins de 10 % ».
(…)
En 2012, le taux de chômage des jeunes sortis de formation initiale depuis un à quatre ans, tous niveaux de diplômes confondus, est de 40 %. Il culmine à 62 % chez les jeunes sortis sans diplôme ou avec seulement le brevet des collèges puis baisse progressivement lorsque le niveau de diplôme augmente.

D’après un article du site de l’INSEE.

Les études supérieures possibles en Guyane :

Capture d_écran 2017-05-07 à 10.03.28

Comparaison des dépenses de l’état entre les différents départements ultramarins (sauf Mayotte) :

w453-292656-charticlejpeg-04-03-a-17-48-50

Comparaison entre les budgets de la Guyane et de la Corrèze :

Données issues du site www.collectivites-locales.gouv.fr

On le voit l’écart des budgets, pour une population équivalente en nombre est légèrement au bénéfice de la Guyane ( environ 20 millions d’euros), mais sans doute pas assez pour combler les retards de développement dans de si nombreux domaines.

Le réseau routier national de la Guyane est constitué d’un axe littoral de près de 450 kilomètres (RN1 et RN2) reliant Saint-Laurent-du-Maroni à Saint-Georges-de-l’Oyapock, aux frontières respectives du Surinam et du Brésil. La continuité de l’itinéraire avec le Surinam est assuré par le bac « la Gabrielle ». La construction du pont sur l’Oyapock à la frontière brésilienne est en cours. Cet axe, qui est à l’échelle continental un maillon d’une panaméricaine atlantique, dessert et relie à l’échelle de la Guyane les principaux pôles urbains et les communes du littoral.
Il supporte un trafic variable de moins de 500 véh/jour sur la section la plus récente de la RN2 ouverte en 2004 entre Régina et St Georges à plus de 40 000 véh/jour sur ses sections les plus chargés dans la périphérie de Cayenne.