Catégorie : Archéologie

Un trésor médiéval découvert à Cluny

13734956

Un trésor médiéval exceptionnel vient d’être découvert à l’abbaye de Cluny, en Saône-et-Loire. Anne Baud, enseignante-chercheuse à l’université Lyon II, a découvert le trésor avec ses étudiants. La bourse contenant les pièces se trouvait sous un sol à proximité de l’infirmerie de l’abbaye, détruite au XVIIIe siècle.
Dans la paroi verticale qui constituait un des côtés du sondage, les archéologues ont aperçu une pièce de monnaie qui tombait. Puis tout un petit amas de pièces s’est mis à dégringoler. Au total, le trésor se compose de 2200 pièces, plus une petite bourse en cuir et une bague sigillaire. Les pièces datent de la première moitié du XIIe siècle, aussi bien les deniers clunisiens – des monnaies d’argent frappées dans l’abbaye ou à proximité – que les monnaies arabes, les dinars d’or, qui sont aussi du deuxième quart du XIIe siècle. La bague sigillaire, qui permet de faire des sceaux, est également du début du XIIe siècle ou de la fin XIe. Les dinars arabes sont une monnaie qui circulait dans le pays au début du XIIe siècle parce qu’en France on ne frappait pas encore de monnaie en or à l’époque.

D’après un article de FranceInfo.

Un jouet vieux de 5000 ans découvert en Turquie

Des archéologues ont découvert un jouet artisanal en forme de char vieux de 5000 ans ainsi qu’un hochet avec un motif d’oiseau, dans la tombe d’un enfant alors qu’ils fouillaient un ensemble de tombes dans le sud de la Turquie, sur le site de l’ancienne cité de Sogmatar.
Le char, fait en terre cuite, a été trouvé dans un endroit considéré comme l’une des plus anciennes implantations humaines du monde. Les archéologues y fouillent plus d’une centaine de tombes éparpillées autour d’un tertre qu’ils ont découvert il y a cinq ans. L’endroit semble être le centre religieux d’une ancienne civilisation qui vénérait le dieu de la lune.

D’après un article du blog Les découvertes archéologiques.

Découverte de l’épave d’un sous-marin allemand de 14 -18 au large de la Belgique

_97865257_afb43ub-iibootzeebrugge-tt

L’épave presque intacte d’un sous-marin allemand de la Première Guerre mondiale a été découverte cet été en mer du Nord, à 30 mètres de fond au large des côtes belges, ont annoncé mardi 19 septembre les autorités de Flandre-Occidentale, la province du littoral.
L’appareil de 27 mètres de long, en partie amputé à l’avant, a toutes les écoutilles encore fermées. Il est en si bon état que les archéologues s’attendent à ce que les corps des membres d’équipage se trouvent encore dans l’épave. À bord de ce lance-torpilles de type « UB-II », il devait y avoir 22 membres d’équipage standard et un commandant.
Une nouvelle plongée doit désormais être programmée pour le nettoyer et pouvoir lire son numéro d’identification. Le service d’archives spécialisé en Allemagne, qui tient un registre de tous les sous-marins disparus, pourra ensuite identifier précisément l’équipage – et contacter les éventuelles familles. Il est de coutume, dans ce type de cas, que l’épave – presque impossible à renflouer – soit considérée comme un cimetière pour les matelots.
C’est la onzième fois qu’un sous-marin allemand datant de la guerre de 1914-1918 est découvert dans les eaux territoriales belges. Pendant le conflit mondial, la marine allemande utilisa le port de Zeebruges comme base de stationnement pour ses « U-boots ». Pour bloquer la flotte allemande dans le port et la neutraliser, les Britanniques décidèrent en avril 1918 de saborder certains de leurs navires de guerre à l’entrée du chenal. L’Allemagne a perdu 1 200 hommes dans 70 sous-marins ayant sombré au large des côtes belges pendant les quatre années du conflit, sur un total de 93 « U-boote » stationnés en Flandre.

D’après un article de l’AFP.