Étiquette : La politique d’extermination nazie

Et pourquoi pas un costume de Rohingya ?

DMNTe8-X0AEa8N5

À l’occasion d’Halloween, le site américain Hallowen Costumes, a proposé un moment un déguisement d’Anne Frank. L’annonce a été retirée depuis devant l’indignation légitime qu’elle a soulevée.

DMQEmpRWkAAB_8b
Selon les médias, l’article n’a cependant pas totalement disparu du marché et reste à vendre sur certains sites sous d’autres appellations comme celle de « réfugiée de la Seconde Guerre mondiale ».
Certains comportements sont vraiment à vomir !

 

Une clémence pédagogique

Condamné à six mois de prison avec sursis et 18 000 euros d’amende en première instance en juin 2015, l’ancien député fédéral belge Laurent Louis a vu sa peine suspendue en appel sous condition. Il était jugé pour avoir minimisé le génocide juif de la Seconde guerre mondiale sur son blog personnel.
La cour d’appel a suspendu pendant cinq ans le prononcé, à condition que Laurent Louis se rende une fois par an, et ce pendant cinq ans, dans un camp de concentration et en fasse le compte rendu sur son blog personnel. S’il refuse de le faire, la suspension du prononcé sera annulée.
Cette condition avait été proposée par le prévenu.

D’après un article du Soir.be

Le panneau de la discorde

870x489_panneau.jpg

Cet été, un panneau touristique a été installé sur la N88, à l’entrée de la Haute-Loire, dans le sens Saint-Étienne-le Puy-en-Velay. Il annonce : « le Chambon-sur-Lignon, terre de Justes ». Une manière pour la mairie du Chambon d’informer les automobilistes sur le passé de la ville, dont les habitants ont caché et sauvé plus de 3000 juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. En 2013, a d’ailleurs inauguré un lieu de mémoire pour rendre hommage à ces habitants.

194575-le-chambon-sur-lignon-lieu-de-memoire.jpg
C’est donc pour transmettre cette mémoire et ce passé que la mairie du Chambon a proposé ce panneau, validé ensuite par la préfecture.
Mais plusieurs communes voisines ont dénoncé le fait que le Chambon tentait de s’approprier un passé commun aux villes du plateau du Lignon. Le Chambon n’est en effet pas la seule commune qui a agi ainsi et on a accueilli un peu partout dans cette montagne.
Le dernier problème posé par ce panneau, c’est l’attrait touristique qu’il représente par certains habitants du Chambon qui reprochent à leur mairie de vouloir faire commerce de ce passé et de cette mémoire. Reproche étrange puisqu’entre 10 et 15 000 touristes viennent chaque année au Chambon-sur-Lignon, notamment pour visiter le lieu de mémoire.

D’après une information France Bleu

Les lettres de Louise Pikovsky

chap2

Cette émission de France Info Junior est consacrée à la découverte des lettres d’une lycéenne, Louise Pikovsky, qui vivait pendant la Seconde Guerre mondiale et qui a été déportée et assassinée à Auschwitz avec toute sa famille et dont l’histoire est retracée dans un webdocumentaire.

Un sinistre travail de mémoire

Un groupe de chercheurs allemands va entamer en juin un travail de trois ans destiné à étudier des milliers d’échantillons de cerveaux humains découverts dans les réserves de deux instituts, à Berlin et Munich, en 2015. D’après le directeur de l’Institut de psychiatrie de Munich, il est déjà prouvé que certains de ces restes proviennent de victimes d’euthanasie.
Les chercheurs souhaitent identifier les noms de ces victimes, la raison de leur sélection par les nazis et l’origine de leur mort. Il sera aussi question d’établir si ces échantillons de cerveaux humains ont été utilisés à des fins « scientifiques » et si oui, sur quelle durée et avec quels objectifs. À l’issue de ce programme, ces échantillons seront enterrés.
De janvier 1940 à août 1941, le IIIe Reich mena un programme dit Aktion T4, en référence au numéro 4 de la Tiergartenstrasse – la rue berlinoise où ce programme fut conçu. 70 000 personnes atteintes de maladies mentales et physiques furent gazées durant cette période avant que les autorités mettent fin officiellement au programme, face à l’indignation suscitée dans la population, notamment de la part des représentants ecclésiastiques. Cependant, les expériences médicales se sont poursuivies jusqu’en 1945, associées à une politique de sous-nutrition, d’overdoses médicamenteuses et de stérilisations forcées. Au total, 300 000 handicapés et malades mentaux allemands furent exterminés par les nazis.

D’après un article de La Croix.fr