Étiquette : La politique d’extermination nazie

Une preuve des mensonges de l’infâme

Pétain a protégé les juifs français. Vraiment ? Il ne faut pas donner la parole aux révisionnistes, jamais.

Un film sur la vie de Simone Veil

Le 23 février 2022 sortira le film Simone. Le voyage du siècle d’Olivier Dahan. Ce film retrace la vie et les combats de Simone Veil (1927-2017) : son combat pour la légalisation de l’IVG et le droit des femmes à disposer de leur corps, son engagement au service de la construction européenne, son expérience des camps de la mort nazis et sa lutte résolue contre l’antisémitisme et toutes les formes d’intolérance. En attendant le dossier pédagogique qui paraitra en novembre 2021, le site Zéro de Conduite propose un dossier de présentation qui dévoile de premiers éléments sur ce film intéressant pour les élèves de lycée.

Esther Bejarano (1924 – 2021)

Esther Bejarano est morte ce samedi 10 juillet 2021. Déportée en 1943 dans le camp d’extermination d’Auschwitz, elle avait été recrutée au sein de l’orchestre des femmes. Avec les autres musiciennes, elle devait jouer pour les prisonniers et pour les déportés à la descente des convois.
Elle avait été transférée ensuite au camp de Ravensbrück. Après la guerre, Esther Bejarano a rejoint la Palestine et vécut pendant près de 15 ans en Israël, avant de revenir en Allemagne où, depuis des années, elle racontait son histoire et mettait en garde, ces dernières années, contre la montée de l’extrême droite.

Une exposition sur les homosexuels et les lesbiennes dans l’Europe nazie

A partir du 17 juin 2021, le Mémorial de la Shoah évoque dans une exposition l’histoire de la persécution des homosexuels et lesbiennes sous le Troisième Reich en s’appuyant sur une riche sélection de documents pour la plupart inédits en France.
Le destin des « triangles roses » est depuis une trentaine d’années l’objet de recherches historiques, mais il reste encore méconnu du grand public : quelle fut la nature des persécutions ? Combien de personnes furent touchées ? Tous les homosexuels furent-ils visés ? Quel fut le sort des lesbiennes ? Quels furent les territoires concernés par la répression, notamment en France ? Comment honorer le souvenir des victimes ? Autant de questions auxquelles l’exposition tente d’apporter des réponses.

Extraits du discours aux officiers SS prononcé par Heinrich Himmler à Bad Tölz, le 18 février 1937 :
« Si j’admets qu’il y a un à deux millions d’homosexuels, cela signifie que 7 à 8% ou 10% des individus de sexe masculin sont homosexuels. Et si la situation ne change pas, cela si-gnifie que notre peuple sera anéanti par cette maladie contagieuse. (…)
L’homosexuel est naturellement un objet idéal de pression, d’abord parce qu’il est lui-même passible de sanctions, deuxièmement parce que c’est un type malléable, et troisièmement parce qu’il est veule et dépourvu de toute volonté. (…)
Aujourd’hui encore, il se présente tous les mois un cas d’homosexualité dans la SS. Nous avons de huit à dix cas par an. J’ai donc décidé la chose suivante : dans tous les cas, ces individus seront officiellement dégradés, exclus de la SS et traduits devant un tribunal. Après avoir purgé la peine infligée par le tribunal, ils seront internés sur mon ordre dans un camp de concentration et abattus pendant une « tentative d’évasion ». (…) J’espère ainsi extirper ces gens de la SS – jusqu’au dernier. Je veux préserver le sang noble que nous recevons dans notre organisation et l’œuvre d’assainissement racial que nous poursuivons pour l’Allemagne. »
Publiés dans Heinrich Himmler, Discours secrets, Paris, Gallimard, 1978.