Étiquette : La politique d’extermination nazie

Non, elle n’est décidément pas morte, la bête immonde !

Franck Sinisi, un élu municipal d’extrême droite de Fontaine dans l’Isère, a été condamné hier à Grenoble à deux mois de prison avec sursis et 2000 euros d’amende pour incitation à la haine raciale. Le 27 février dernier, lors d’un conseil municipal Franck Sinisi avait proposé de récupérer leurs dents en or des Roms pour leur permettre de se nourrir et de se loger.
il avait déclaré que « pour les loger, il (pouvait) y avoir un autofinancement. Il suffit au niveau de la métropole d’investir, de leur payer des dentistes», avait -il poursuivit. « Oui, je m’explique, de leur payer des dentistes, de leur mettre des dents nickel, de récupérer leurs dents en or, je pense que juste ça, ça leur permet de se nourrir et de se loger », avait-il conclu.
Il a été exclu du Front national en juillet dernier. La commune de Fontaine et des associations s’étaient constituées parties civiles dans cette affaire.
Le tribunal a également prononcé une peine d’inéligibilité d’une période de quatre ans à l’encontre du Franck Sinisi. Celui-ci veut faire appel de cette condamnation : « Je n’ai rien contre les étrangers, moi-même je suis d’origine italienne », a-t-il plaidé.
Rappelons que les nazis, après avoir exterminé au moins 240 000 Roms dans les camps, récupéraient les dents en or sur les cadavres.

D’après un article du Parisien.

Portrait d’Heinrich Himmler

Le 6 mai 1945, des soldats de la 88e division de l’armée américaine pénétrèrent dans la demeure de Heinrich Himmler et sa famille à Gmund, en Bavière. Bravant l’obligation de remettre les documents saisis aux autorités militaires, ils ont conservé les centaines de lettres, journaux intimes et photographies collectés sur place. Ces fragments de mémoire, retrouvés à Tel-Aviv il y a une dizaine d’années seulement, constituent la base de ce portrait du chef de la SS et de la police, ministre de l’Intérieur du Reich, responsable de la mise en œuvre de la « solution finale », le programme d’extermination nazi.
Lues en voix off par des comédiens, les lettres échangées par Himmler avec ses parents, son épouse, sa fille ou sa secrétaire et maîtresse sont illustrées par des images d’archives couvrant un demi-siècle d’histoire allemande.
Ce documentaire essaie de montrer l’entrechoquement entre les images des horreurs commises et la banalité des tracas quotidiens du bourreau, offrant une immersion glaçante dans la vie privée et la pensée d’un des plus grands criminels du XXe siècle.

A voir quelques jours encore sur le replay d’Arte.

Pour répondre à Plantu

Voici une émission enregistrée aujourd’hui par mes élèves de troisième, en conclusion de l’étude de la Shoah. Je leur ai montré la Une du Monde du 3 novembre dernier et le dessin de Plantu. Cela a été l’occasion de revenir sur l’antisémitisme aujourd’hui et sur la notion de liberté d’expression, avec l’exemple de Charlie Hebdo.

Ce n’est pas sérieux et c’est même malhonnête !

Pages de Le Monde & 2 suppléments du vendredi 3 décembre 2017 - Copie

Unknown

Extrait d’une tribune du collectif Aggiornamento histoire-géographie sur Mediapart.
« En France, un antisémitisme du quotidien », titre en Une Le Monde daté du 3 novembre 2017. L’article en page intérieure expose avec précision l’importance et la banalisation de violences antisémites au quotidien : insultes, intimidations, tags et dégradations de bâtiments, violences physiques. Cette enquête dense, variant les focales et les témoignages, dresse le tableau d’un antisémitisme édifiant, inquiétant et bien évidemment, intolérable – c’est-à-dire qui ne saurait en aucun cas être toléré. Est-il besoin à ce stade de préciser qu’aucun de nous n’ignore la gravité de ce fléau, dans nos métiers comme à l’échelle de la société et surtout sur l’ensemble du territoire ? Et d’ajouter que la lutte contre l’antisémitisme, le négationnisme ainsi que toutes les formes de racismes sont au cœur de nos combats politiques et sociaux ?

Hélas, le dessin de Plantu illustrant la Une du Monde nous y oblige, car il nous accuse frontalement. Ainsi, l’école est peu présente dans l’analyse de fond de l’article, sinon pour signaler une fuite vers les écoles confessionnelles ou brièvement mentionner des actions de prévention dans des collèges parisiens ; l’enseignement spécifique de l’histoire est, lui, totalement absent. La caricature ainsi déconnectée des études citées, tend à la facilité du cliché (ce que nous pourrions a minima trouver un peu paresseux, mais il est vrai que nous ne sommes pas journalistes) et de l’insulte ».

Un communiqué du syndicat enseignant SNES :

« Dans son édition datée du vendredi 3 novembre, le Monde traite de la persistance de l’antisémitisme en France. Le sujet est illustré par un dessin de Plantu représentant un enseignant affirmant ne plus aborder la question du génocide juif pendant la Deuxième guerre mondiale ».

« Pleinement engagé dans la lutte contre toutes formes de racisme et d’antisémitisme, le Snes, tout en respectant le libre droit à l’expression et à la caricature, dit son malaise devant l’interprétation qui pourrait être faite de ce dessin. Dénoncer des difficultés pour l’enseignement de questions sensibles tel le génocide est une chose. Présenter les enseignants au mieux comme impuissants, au pire comme complices en est une autre.

Le Snes réaffirme son attachement à l’enseignement du génocide juif et tsigane, et tout son soutien aux collègues qui, dans le cadre de leur mission et de leur métier, s’y emploient ».

De mon côté, je ne peux qu’inviter Plantu et les journalistes du Monde à venir aujourd’hui dans ma classe. Après avoir fait voir le témoignage d’une rescapée d’Auschwitz à mes élèves la veille des vacances, je vais en effet les faire travailler sur un dossier documentaire sur la politique d’extermination des nazis présent dans leur manuel.

Et pourquoi pas un costume de Rohingya ?

DMNTe8-X0AEa8N5

À l’occasion d’Halloween, le site américain Hallowen Costumes, a proposé un moment un déguisement d’Anne Frank. L’annonce a été retirée depuis devant l’indignation légitime qu’elle a soulevée.

DMQEmpRWkAAB_8b
Selon les médias, l’article n’a cependant pas totalement disparu du marché et reste à vendre sur certains sites sous d’autres appellations comme celle de « réfugiée de la Seconde Guerre mondiale ».
Certains comportements sont vraiment à vomir !

 

Une clémence pédagogique

Condamné à six mois de prison avec sursis et 18 000 euros d’amende en première instance en juin 2015, l’ancien député fédéral belge Laurent Louis a vu sa peine suspendue en appel sous condition. Il était jugé pour avoir minimisé le génocide juif de la Seconde guerre mondiale sur son blog personnel.
La cour d’appel a suspendu pendant cinq ans le prononcé, à condition que Laurent Louis se rende une fois par an, et ce pendant cinq ans, dans un camp de concentration et en fasse le compte rendu sur son blog personnel. S’il refuse de le faire, la suspension du prononcé sera annulée.
Cette condition avait été proposée par le prévenu.

D’après un article du Soir.be