Catégorie : Média & informations

Pauvre Bugs Bunny…

A noter que ce n’est pas l’homme politique qui fait référence à la Gestapo et à la milice, mais l’auteur du tweet. Monsieur Philippot préfère une allusion à l’Ancien régime, moins polémique, mais tout aussi absurde.
Pour rester dans le même sujet et montrer les méfaits des réseaux sociaux, voici un article de Libération à propos de l’enseignante qui a manifesté avec une pancarte sans doute antisémite et les photos qui circulent sur les réseaux sociaux mais  qui ne la montrent cependant pas !

Un sondage sur la géographie

La Société de Géographie a publié un sondage sur la relation que les Français entretiennent avec la géographie.
L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1013 personnes, représentatif de la population française, âgées de 15 ans et plus, par questionnaire auto-administré en ligne du 9 au 10 mars 2021. En voici les principales informations.
Une personne sur cinq cite la géographie parmi ses deux matières préférées au cours de sa scolarité (20%). En termes de préférence, cela place cette discipline après le français (36%), les mathématiques (35%), l’histoire (29%) et les sciences naturelles (28%). La géographie n’est citée en premier que par 7% des personnes, pâtissant peut-être de son association dans les esprits avec l’histoire, sur laquelle se serait portées plus spontanément les réponses.
La géographie en tant que matière scolaire est nettement préférée par les générations les plus âgées (citée dans leurs deux préférées par 28% des 65 ans et plus) et davantage délaissée par les plus jeunes (seulement 13% des 15-24 ans).
La légitimité de l’enseignement de l’histoire et de la géographie par un professeur unique partage les répondants : 54% sont pour et 46% préféreraient qu’un professeur spécifique soit dédié à l’enseignement de la géographie.
L’enseignement actuel de la géographie à l’école est majoritairement décrié. 40% des personnes interrogées considére que la géographie est suffisamment enseignée à l’école mais 37% estime qu’elle y est enseignée de manière intéressante et motivante. Les jeunes sont la seule tranche d’âge à juger majoritairement l’enseignement de la géographie comme suffisant (64% des 15-24 ans).
S’ils sont partagés sur la qualité actuelle de l’enseignement de la géographie, les personnes interrogées le sont tout autant sur la meilleure la façon d’aborder la discipline. Parmi les deux premiers choix de support pédagogique pour apprendre la géographie, 39% d’entre eux citent les émissions de télévision, 37% mentionnent les films, 32% les livres et manuels, 29% les cours et conférences, 28% les photos et 20% les magazines spécialisés. Les films et les photos sont sans surprise des supports plutôt appréciés par les plus jeunes alors que les livres et manuels, les cours et conférences ou encore les magazines spécialisés ont davantage les faveurs de leurs aînés.
Un peu plus de la moitié des personnes pense qu’étudier la géographie mène à des métiers intéressants (53%, dont 12% « tout à fait ») contre 33% qui pensent l’inverse et 14% qui déclarent ne pas avoir d’avis sur le sujet.
Au-delà des considérations strictement professionnelles, la géographie est largement perçue comme une discipline aidant à mieux comprendre les problématiques du monde actuel (81% des personnes interrogées le pensent, dont 31% tout à fait). En outre, les deux tiers estiment que la façon dont on leur a enseigné la géographie lors de leur scolarité les a incités à vouloir voyager ou à découvrir d’autres régions ou d’autres pays (65%, dont 16% « souvent »).
Les personnes interrogées associent avant tout la géographie au sens qu’est la vue (89% en premier, 95% parmi leurs deux priorités). 46% citent l’ouïe et 25% le goût parmi les deux sens auxquels la géographie fait appel en priorité !
L’utilisation des carte géographique demeure une pratique largement répandue parmi les répondants (87% en ont déjà utilisé une), mais sa fréquence est en recul parmi les plus jeunes. L’usage de carte géographique dépend de l’âge. Incontournable chez les plus de 65 ans (98% en ont déjà utilisé une), cette pratique baisse avec l’âge pour atteindre seulement 79% chez les 15-24 ans (soit un jeune sur cinq qui n’a jamais utilisé une carte). La carte géographique n’en demeure pas moins un objet utile selon une large majorité d’entre eux (89%) ainsi que, pour la plupart, facile à lire (72%) et incitant au rêve et au voyage (64%). En revanche seule la moitié d’entre eux trouve qu’il s’agit d’objets esthétiques (51%).