Catégorie : Média & informations

Ce n’est pas sérieux et c’est même malhonnête !

Pages de Le Monde & 2 suppléments du vendredi 3 décembre 2017 - Copie

Unknown

Extrait d’une tribune du collectif Aggiornamento histoire-géographie sur Mediapart.
« En France, un antisémitisme du quotidien », titre en Une Le Monde daté du 3 novembre 2017. L’article en page intérieure expose avec précision l’importance et la banalisation de violences antisémites au quotidien : insultes, intimidations, tags et dégradations de bâtiments, violences physiques. Cette enquête dense, variant les focales et les témoignages, dresse le tableau d’un antisémitisme édifiant, inquiétant et bien évidemment, intolérable – c’est-à-dire qui ne saurait en aucun cas être toléré. Est-il besoin à ce stade de préciser qu’aucun de nous n’ignore la gravité de ce fléau, dans nos métiers comme à l’échelle de la société et surtout sur l’ensemble du territoire ? Et d’ajouter que la lutte contre l’antisémitisme, le négationnisme ainsi que toutes les formes de racismes sont au cœur de nos combats politiques et sociaux ?

Hélas, le dessin de Plantu illustrant la Une du Monde nous y oblige, car il nous accuse frontalement. Ainsi, l’école est peu présente dans l’analyse de fond de l’article, sinon pour signaler une fuite vers les écoles confessionnelles ou brièvement mentionner des actions de prévention dans des collèges parisiens ; l’enseignement spécifique de l’histoire est, lui, totalement absent. La caricature ainsi déconnectée des études citées, tend à la facilité du cliché (ce que nous pourrions a minima trouver un peu paresseux, mais il est vrai que nous ne sommes pas journalistes) et de l’insulte ».

Un communiqué du syndicat enseignant SNES :

« Dans son édition datée du vendredi 3 novembre, le Monde traite de la persistance de l’antisémitisme en France. Le sujet est illustré par un dessin de Plantu représentant un enseignant affirmant ne plus aborder la question du génocide juif pendant la Deuxième guerre mondiale ».

« Pleinement engagé dans la lutte contre toutes formes de racisme et d’antisémitisme, le Snes, tout en respectant le libre droit à l’expression et à la caricature, dit son malaise devant l’interprétation qui pourrait être faite de ce dessin. Dénoncer des difficultés pour l’enseignement de questions sensibles tel le génocide est une chose. Présenter les enseignants au mieux comme impuissants, au pire comme complices en est une autre.

Le Snes réaffirme son attachement à l’enseignement du génocide juif et tsigane, et tout son soutien aux collègues qui, dans le cadre de leur mission et de leur métier, s’y emploient ».

De mon côté, je ne peux qu’inviter Plantu et les journalistes du Monde à venir aujourd’hui dans ma classe. Après avoir fait voir le témoignage d’une rescapée d’Auschwitz à mes élèves la veille des vacances, je vais en effet les faire travailler sur un dossier documentaire sur la politique d’extermination des nazis présent dans leur manuel.

Concours de Petit journal du Patrimoine

La fédération Patrimoine-Environnement organise chaque année un concours scolaire du meilleur Petit Journal du Patrimoine. Cette année, la 13e édition met à l’honneur le thème « Animalité et Patrimoine » pour l’année scolaire 2017-2018.
Agréé par le ministère de l’Éducation nationale, ce concours a pour objectif de faire découvrir aux élèves de CM1, CM2, 6e et 5e le patrimoine de proximité tout en les initiant aux nouvelles technologies de l’information et de la communication et au métier de journaliste.
Les élèves, avec leur professeur, doivent réaliser un petit journal au cours de l’année scolaire. Une maquette, fournie par les organisateurs, leur sert de modèle.
Ce travail commun s’attache à l’étude d’un ou des patrimoines (sites, édifices ou savoir- faire) environnants. Les élèves rencontreront des acteurs locaux (associations, écomusées ou autres) œuvrant pour la sauvegarde d’un patrimoine, bâti ou immatériel, ou d’un savoir-faire traditionnel.
Le petit journal peut être produit dans le cadre ou non d’un dispositif de l’éducation nationale (classe du patrimoine, classe à projet artistique et culturelle, itinéraire de découverte, etc.) ou bien dans le cadre des temps d’activités périscolaires.
Les lauréats recevront un diplôme et un abonnement à Arkéo Junior, magazine de découverte de l’archéologie pour les 7/14 ans. La Société Kléber Rossillon offrira pour le premier prix une visite gratuite à choisir parmi les huit sites prévus dans le règlement et l’Association des Journalistes du Patrimoine attribuera à un établissement le prix spécial de l’A.J.P.

Le règlement du concours, la fiche d’inscription et le modèle de journal sont téléchargeables ici.

Un documentaire sur l’école

Le documentaire sur l’école Une idée folle est en exclusivité sur le site du Monde jusqu’au dimanche 10 septembre à minuit.
Tourné dans neuf établissements scolaires, publics et privés, de la maternelle au collège, le documentaire réalisé par Judith Grumbach interroge le rôle de l’école à travers le témoignage d’enseignants, d’enfants, de parents ainsi que d’experts de l’éducation.