Étiquette : Elections

Je vais le proposer à mes troisièmes

L’association Électeurs en herbe a créé un parcours d’éducation à la citoyenneté pour les élections municipales qui se dérouleront les 15 et 22 mars 2020. elle propose des activités à faire en classe spécialement pensées pour le scrutin municipal :

Étape 1 : Ma démocratie
Il s’agit de découvrir ou améliorer sa connaissance des institutions et du système politique français au travers du travail de l’élu.e muncipal.e
Étape 2 : Je m’informe
Il s’agit de reconnaître et d’utiliser de façon critique les diverses sources d’information à notre disposition durant une campagne électorale.
Étape 3 : Mon opinion
Il s’agit de formuler une opinion, savoir écouter celle des autres et se forger une opinion personnelle en analysant les enjeux et les argumentaires.
Étape 4 : Mon vote
Il s’agit d’organiser une simulation d’élections, qui permet aux jeunes de se positionner sur les véritables listes candidates.
Étape 5 : Je m’engage ?
Il s’agit de comprendre et identifier les différents types d’engagement et espaces de citoyenneté en dehors du vote.

Une défaite électorale pour le parti en place en Turquie

Les élections municipales à Istanbul ont vu la victoire d’Ekrem Imamoglu, le candidat du Parti républicain du peuple (CHP, kémaliste) et de l’opposition unie, élu maire avec 54 % des voix, contre 45 % pour le candidat du pouvoir, l’ancien premier ministre Binali Yildirim. Le scrutin se jouait pour la deuxième fois en deux mois après l’annulation du premier vote à la suite de la requête du Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur). La formation avait persuadé la Haute Commission électorale de l’annuler, évoquant des « fraudes ». L’opposition avait dénoncé « un putsch », tout en acceptant de se soumettre une nouvelle fois au verdict des urnes.
Cette fois-ci, la victoire de l’opposant est écrasante. Lors du premier vote, le 31 mars, M. Imamoglu avait seulement 13 000 voix d’avance sur son concurrent, Binali Yildirim. Selon des résultats confirmés lundi matin, il compte 806 000 voix d’avance sur son rival. Les votes lui ont été favorables dans 28 arrondissements d’Istanbul sur 39, contre 15 lors du premier scrutin. A la surprise générale, Ekrem Imamoglu a fait un très bon score dans les arrondissements qui sont des fiefs traditionnels des islamo-conservateurs, notamment à Beyoglu, sur la rive européenne, le quartier où Recep Tayyip Erdogan est né, ainsi qu’à Usküdar, sur la rive asiatique,où le président a sa résidence familiale.
La perte d’Istanbul, la ville la plus riche (un tiers du PIB) et la plus peuplée (16 millions d’habitants) de Turquie, est un sérieux camouflet infligé au président turc et à l’AKP, le parti qu’il dirige, maître absolu de la ville depuis vingt-cinq ans.

D’après un article du journal Le Monde du 25 juin.