Étiquette : Féodalité et émergence de l’état

Un anneau ayant peut-être appartenu à Jeanne d’Arc de retour en France

XVMd26fdce4-e14c-11e5-aba7-684da0a88952

XVM8fa70966-df97-11e5-a4da-fc5ca188cd22

Il s’agit d’un anneau en laiton décoré de trois croix et sur lequel est inscrit «Jhesus Maria». Mentionné à plusieurs reprises dans les interrogatoires, cet anneau avait été confisqué par l’évêque Cauchon, qui a condamné Jeanne d’Arc pour sorcellerie, car il prétendait qu’elle l’avait utilisé pour accomplir de fausses guérisons. Il le donna ou le vendit par la suite au cardinal anglais Henry Beaufort. A compter de ce moment, le bijou ne quitta plus l’Angleterre jusqu’à cette année.
Vendu aux enchères, le bijou a été acquis par le Puy du Fou, pour la somme de 376 833 euros.
La Fondation Puy du Fou Espérance, en tant que personne morale, a pu participer à hauteur de 80 000€ et a fait appel à des donateurs pour réunir 350 000€.
Après son retour en France, l’anneau, considéré comme une relique, devrait être exposé au public dans un lieu dédié du parc.

D’après un article du Figaro.fr

Aliénor d’Aquitaine et la deuxième croisade

Je suis de moins en moins enthousiasmé par les épisodes de Confessions d’histoire. Celui-ci est trop long et a perdu sa dimension pédagogique (à part la description de la féodalité, utilisable en 5e). Cela reste parfois drôle pour quelqu’un ayant les connaissances pour comprendre les références.
Le prochaine épisode, annoncé pour février 2016, évoquera la Bataille d’Actium, en 31 av. J.C.

De « nouveaux » jeux pour s’amuser et travailler en histoire

719933103b0e7dba5ab7870039e6352177924938

IMG_3726

Voici quelques jeux récupérés aujourd’hui. Le Mille Borne de l’histoire, Les romains, Egyptians et Le Jeu de paume sont des jeux de parcours avec des questions. Dans le jeu Les Romains, les questions sont à la fois en français et en anglais ce qui peut être intéressant dans une optique interdisciplinaire.

verdun bataille 1914 guerres médiques  empire romain

féodalité

Les jeux sous pochette plastique sont des wargames parus dans la revue Vae Victis. Il y en a deux sur la Première guerre mondiale (la bataille des frontières en 1914 et Verdun en 1916), un sur les guerres médiques entres les cités grecques et les Perses et un autre sur la chute de l’empire romain contre les barbares. Le dernier retrace les luttes féodales en France au IXe et Xe siècle siècle. Je compte réutiliser le matériel de jeu mais en modifiant les règles sans doute trop complexes pour des élèves de collège.

Lancelot est un jeu de stratégie du type Echec sur le thème des tournois et du Moyen – Age.

Des cartes mentales illustrées sur la bataille de BouvineS

IMG_0922

Voici le résultat du travail des cinquièmes. Après avoir cherché les informations pour répondre aux questions posées dans un texte de l’époque, ils ont sélectionné des « images » pour illustrer le schéma. Je n’ai pas retouché l’orthographe qui montre qu’ils ont des difficultés, même avec la recopie (Bouvines étant écrit au tableau et se trouvant sur les documents qu’ils ont utilisé…).

IMG_0925 IMG_0924 IMG_0926 IMG_0923

Cette désinvolture par rapport à l’écrit me pose problème. Le plus inquiétant étant que certains font même des fautes à l’oral !

Suite (et fin) des aventures du chevalier de Troyes

Après avoir effectué son pèlerinage, le chevalier incarné par les élèves est rentré chez lui, près de Troyes. Il y retrouve Vasco, le fils du cathare qu’il a aidé (pour une classe) ou bien qu’il a laissé s’échapper (pour l’autre) auparavant. Le frère aîné du chevalier s’est absenté de la seigneurie, convoqué par le comte de Champagne pour participer à la guerre aux côté du roi de France. marchands Celui-ci a mis à profit son séjour à Troyes pour établir un comptoir commercial au nom de son oncle, un marchand de Sienne. Il est ravi de faire visiter la foire chaude au chevalier et de lui expliquer les arcanes du commerce. Le monde mystérieux des affaires… Le travail des élèves va consister à présenter le résultat de leur différents travaux à l’oral, au reste de la classe. Un premier groupe va construire la carte du commerce international au Moyen – Age, un second va présenter la ville de Troyes, le troisième  va expliquer l’organisation des foires, le quatrième va expliquer le système de la lettre de change et le dernier va montrer le rôle des comtes de Champagne dans le développement de la foire. activités foires_de_champagne fond de carte commerce  88678848_o Quelques temps plus tard, le frère du chevalier rentre chez lui et raconte un évènement extraordinaire. L’ost royal, menée par Philippe Auguste et soutenue par les milices communales, a défait les troupes du roi d’Angleterre Jean Sans Terre et de l’empereur Otton IV près de Bouvines. MONTJOIE Pour cette activité, voici deux propositions pour travailler la prise d’information dans un document.

Fiche batailledeBouvines

La bataille de Bouvines

Histoire de France - 07 - La chevalerie, Philippe le Bel - 20 copie

Vasco, intrigué, demande alors ce que le frère du chevalier faisait si loin de chez lui dans le nord de la France. Celui-ci lui explique alors le système féodal.

Activité féodalité

Plus tard, le chevalier décide de rendre grâce à Dieu en participant à la construction de la cathédrale de Troyes.

Le début d’un long chantier

la cathédrale Saint Pierre et Paul

27 juillet 1214 : la bataille de Bouvines

L'un des 21 vitraux qui ornent l'église Saint Pierre de Bouvines et qui racontent la bataille
L’un des 21 vitraux qui ornent l’église Saint Pierre de Bouvines et qui racontent la bataille

« L’année 1214, le 27 juillet tombait un dimanche. Le dimanche est le jour du Seigneur. On le lui doit tout entier. » Voici comment commence « Le dimanche de Bouvines », le livre de George Duby consacré à la bataille et à ses suites.

Cette bataille a opposé les troupes royales françaises de Philippe Auguste, renforcées par quelques milices communales et soutenues par Frédéric II de Hohenstaufen, à une coalition constituée de princes et seigneurs français, menée par Jean sans Terre, duc d’Aquitaine, de Normandie et roi d’Angleterre, et soutenue par l’empereur du Saint-Empire Otton IV.

L’enjeu de la bataille est capital : il s’agit pour le roi Philippe Auguste de réduire la puissance menaçante des Plantagenêts, à la tête d’une gigantesque fédération féodale couvrant tout l’ouest de la France, de la Gascogne et l’Aquitaine jusqu’à la Normandie.

Le déroulement de la bataille est connu par le long récit qu’en fait Guillaume le Breton, chapelain de Philippe Auguste et à laquelle il a assisté. Politisé dès le XIIIe siècle, ce récit s’est érigé en mythe de la nation et de la royauté réunies (grâce aux milices communales notamment).

Oubliée dès le XIVe siècle, la bataille revient en force chez les historiens du XIXe, incarnant la « première victoire nationale », contre l’Allemagne.

Pour sourire, la bataille reconstituée avec des playmobils

Un autre article consacré à la bataille sur ce blog à lire ici.

Et ci-dessous, une émission « France Info y était » enregistrée par mes élèves de cinquième :