Étiquette : Etats – Unis

Apple une puissance mondiale ?

apple_infographie

Lundi 13 février, le cours de l’action Apple a clôturé à 133,29 dollars, valorisant l’entreprise à près de 700 milliards de dollars.
Apple a accumulé près de 230 milliards de dollars de liquidités « dormant » sur des comptes irlandais (pour information, le PIB de l’Irlande en 2015 était de 227,5 milliards de $ ce qui plaçait le pays au 43e rang mondial). Cette somme représente 100 ans de PIB du Burundi (159e), 53 ans de celui du Sierra Leone (152e) ou encore 37 as du PIB de la Moldavie (146e).
Le responsable de cette situation est l’iPhone, qui a représenté, depuis son lancement en juin 2007, près de 1000 milliards de dollars de ventes cumulées et qui constitue encore les deux tiers du chiffre d’affaires et les trois quarts des profits de la société.
L’infographie ci-dessus explique le choix de l’Irlande par Apple. Je reconnais à cette société la qualité de ses ordinateurs et de son smartphone, que j’utilise, mais leur politique est écoeurante tant dans le domaine salarial que fiscal.

Les pouvoirs du président des Etats – Unis

C’est aussi le sujet d’une émission de Concordance des temps.

constitusa

En politique internationale, le président des Etats -Unis est le chef suprême de l’armée et de la diplomatie. Cependant, seul le Congrès (formé du Sénat et de la Chambre des représentants) a le droit de déclarer une guerre. Le président peut conclure des traités qui engagent le pays sur la scène internationale mais le Sénat doit les ratifier.
En politique intérieure, le président est le chef de l’administration. A ce titre, il sélectionne ses secrétaires d’Etat, mais ces derniers doivent être nommés par le Sénat. Il propose aussi la répartition du budget fédéral.
Le président peut mettre son veto aux lois adoptées par le Congrès et celui-ci ne peut passer outre qu’avec une majorité des deux tiers dans les deux chambres.
Le président peut aussi exercer un droit de grâce pour les crimes fédéraux.
Le Congrès peut démettre le président (procédure d’impeachment) en cas de trahison, de corruption ou d’un crime ou délit majeur.
Le Congrès est l’instance législative. Il est actuellement dominé par les Républicains, ce qui donne beaucoup de pouvoir au président Trump. Toutefois, les Démocrates, même s’ils sont minoritaires disposent d’un pouvoir d’obstruction, nommé «filibuster» au Sénat.
Un des contre-pouvoirs les plus importants au président est la Cour suprême. Elle est constituée de neuf juges nommés à vie qui peuvent bloquer une loi votée par un Etat ou par le gouvernement fédéral. Ils sont actuellement quatre libéraux et cinq conservateurs, dont l’un vient d’être nommé par Donald Trump.

Un lieu symbolisant l’amitié franco-américaine du XVIIIe siècle bientôt restauré.

640-epone-temple-de-david-franc-macon-2

Au fond du Parc du château d’Epône (en banlieue parisienne), le pavillon de David est un symbole d’amitié franco-américaine probablement construit en 1785 selon des esquisses néoclassiques du peintre David (qui lui a donné son nom). il s’agirait en outre du plus ancien temple maçonnique connu visible en France.
De nombreuses figures historiques françaises et américaines s’y seraient succédées : Benjamin Franklin y aurait travaillé (des fresques se trouvant dans l’édifice le suggérait tout du moins) et c’est également là que Robespierre et quelques révolutionnaires auraient rédigé la première Constitution de 1791.

640-epone-pavillon-de-david-francs-macons-detail-2
Classé monument historique en 1947, le lieu est en mauvais état extérieur comme intérieur mais devrait être restauré prochainement.

Une famille américaine dans les tourmentes du XXe siècle

Le documentaire My american way of war a été proposé lundi 6 février dans l’émission Droit de suite de la chaîne LCP.
Nourrie d’images souvent inédites et privées, cette fiction documentaire retrace et analyse l’avènement de la puissance américaine au tournant des années 1918-1945, de la fin de la Première Guerre mondiale à la fin de la Seconde Guerre mondiale, des années folles à la bombe atomique, en passant par la Deuxième Révolution industrielle et la Grande Dépression économique.
Grâce à la correspondance et aux films de familles, le narrateur, Jeff Stryker, enquête pour retracer de manière sensible, personnelle et à hauteur d’homme l’histoire de ses parents, Mike et Gisèle, héros de cette Génération perdue qui fut confrontée, d’une guerre mondiale à l’autre, à toutes les problématiques du XXe siècle qui résonnent encore aujourd’hui…
Portrait des Etats-Unis à travers celui d’une famille, ce film conçu comme un roman historique au point de vue documentaire original, humaniste, anthropologique et littéraire, donne à voir comment les individus de la classe moyenne ont vécu les grands bouleversements de la première moitié du XXe siècle.
Ce documentaire sera encore diffusé le mardi 14 février et le jeudi 02 mars à 20h30.

Voilà un documentaire qui peut donner des idées aux élèves de troisième pour l’EPI.

Liberté d’expression ?

Voici deux Unes paru ces jours -ci en Allemagne et en Irlande. Elles critiquent toutes les deux le président Trump mais là où la première évoque le décret anti-immigration pris par le président américain (la Statue de la Liberté était ce que voyaient en premier les migrants arrivant à New York au XIXe siècle) le second est un pur et simple appel au meurtre.

la première Une, par sa référence aux exécutions de l’Etat islamique est sans doute de mauvais goût, mais la critique est fondée. La seconde est sidérante de violence gratuite et enfreint toutes les règles de la liberté d’expression.

Fiabilité des sondages, finalement ?

L’étude Improving election prediction internationally, parue le jeudi 2 février dans le magazine américain Science, affirme que les sondages se révèlent fiables dans près de 90 % des cas.
Pour valider leur théorie, les trois chercheurs en charge du projet ont mis au point une technique de modélisation mathématique. D’abord testé dans le cadre d’un projet de l’ intelligence advanced research projects activity, rattaché au bureau du directeur du renseignement national, le modèle mathématique a travaillé sur 621 élections présidentielles au suffrage universel direct dans 86 pays, sur une période allant de 1945 à 2012. Pour compléter leur travail, les scientifiques ont également travaillé à partir de données séparées incorporant les résultats de sondages effectués pour 146 élections.
Selon cette étude, les sondages apparaissent comme les meilleurs outils pour « prédire » le résultat d’une élection, avec un taux de succès généralement situé entre 80 et 90 %.
D’après Ryan Kennedy, professeur de sciences politiques à l’Université de Houston au Texas, la méthode mathématique mise au point par son équipe est applicable et vérifiable dans n’importe quel pays du monde. Depuis le début des travaux, le modèle a d’ailleurs été testé dans plusieurs pays d’Amérique latine, deux semaines avant des élections en 2013 et 2014. Pour cette première expérience, le modèle mathématique aurait été fiable dans dix des onze scrutins, soit un taux de succès de 90,9 %.

D’après un article de La Croix.fr

Pour résister à la bêtise

Les opposants à la politique d’immigration de Donald Trump s’organisent.

 

Chaque année, le Super Bowl aux États-Unis est un spectacle sportif très suivi, qui donne lieu à un concours de créativité pour proposer la publicité la plus marquante. Le géant de la bière Budweiser a choisi d’y faire passer un message qui, dans le contexte politique actuel, provoque quelques réactions, même s’il se défend de l’avoir fait exprès…
La publicité met en scène l’arrivée mouvementée aux États-Unis du cofondateur de la marque, Adolphus Busch, un immigré allemand accueilli au milieu du XIXe siècle par des bousculades et des «Retourne chez toi!» mais qui, à force d’opiniâtreté, surmonte les épreuves et finit par rencontre Eberhard Anheuser, avec qui il lancera Anheuser-Busch, qui deviendra le groupe mondial dont le vaste catalogue inclut la marque Budweiser…

Le Musée d’art moderne de New York (MoMA) a également réagi aux mesures du nouveau président en exposant des oeuvres d’artistes venant des pays visés par le décret, dont l’Iran, le Soudan et l’Irak.
Au cinquième étage du musée, sept oeuvres de Matisse, Picabia et Picasso ont été remplacées par des sculptures, des tableaux et des photographies d’artistes nés au Soudan, en Irak et en Iran. Chaque oeuvre est accompagnée d’un panneau explicatif qui explique clairement le sens du geste:
«Cette oeuvre est signée d’un artiste originaire d’une nation dont les citoyens sont interdits d’entrée aux Etats-Unis, suivant un décret présidentiel signé le 27 janvier 2017. D’autres oeuvres similaires sont installées dans les galeries du cinquième étage afin d’affirmer les idéaux d’accueil et de liberté qui sont essentiels pour ce musée et pour les Etats-Unis.»

Un juge fédéral a pris la décision de suspendre le décret sur l’immigration de Donald Trump vendredi. L’injonction du juge James Robart (émise le temps d’examiner la plainte, déposée par le procureur l’Etat de Washington, qui considère que le texte va à l’encontre des droits constitutionnels des immigrés car il cible spécifiquement les musulmans) a déclenché la colère du président américain, qui l’a fait savoir sur Twitter en parlant « d’un soi-disant juge ». C’est pourquoi samedi soir, le département de la justice des Etats-Unis a fait appel de la décision . Donald Trump avait déclaré devant des journalistes : « Nous gagnerons. Pour la sécurité du pays, nous gagnerons. »
Dimanche matin, l’administration Trump a connu une nouvelle défaite juridique : la cour d’appel fédérale saisie a rejeté la demande. Donald Trump peut encore saisir la Cour Suprême où il vient de nommer un juge ultra-conservateur, favorable à une lecture traditionnelle de la Constitution, c’est – à-dire littérale… La plus haute instance judiciaire américaine siège maintenant avec cinq magistrats conservateurs et quatre « progressistes », nommés à vie.