Étiquette : Etats – Unis

Ils vont (re)marcher sur la lune

La Chine travaille depuis dix ans à envoyer un premier taïkonaute sur la lune en 2036. Un lanceur superlourd, Longue Marche 9, capable d’emporter 140 tonnes en orbite basse est en cours de développement depuis la fin des années 2000. La construction pourrait démarrer en 2021, avec un premier vol en 2026.
De son côté Donald Trump a exprimé le souhait de voir une femme américaine fouler le sol lunaire dès 2024. Le programme a été baptisé Artemis, déesse associée à la Lune et sœur jumelle d’Apollon… Pour cela, la Nasa élabore un nouveau lanceur superlourd depuis 2011 et baptisé Space Launch System (SLS). C’est un engin capable de mettre entre 70 et 130 tonnes en orbite basse selon les versions. Initialement prévu pour conquérir Mars, il a fallu que la Nasa lui trouve une autre utilité lorsqu’il est devenu évident que cet objectif était financièrement irréaliste à court terme. Le coût de développement de l’engin, digne héritier de la Saturn V des missions Apollo, est en effet élevé : 17 milliards de dollars. Auquel il faudra ensuite rajouter un coût d’un milliard d’euros environ par lancement, capsule habitable comprise.

D’après un article du journal Le Figaro du 17 juin.

Le New York Times ne publiera plus les caricatures de Chappatte (ni d’autres d’ailleurs)

Le caricaturiste Chappatte, dont je montre souvent les dessins à mes élèves (j’ai notamment utilisé cette année son travail sur les bidonvilles de Nairobi), explique ici que le journal américain dans lequel il était publié depuis 2013 (The New York Times) stoppe sa collaboration. Pour lui, il s’agit d’une réaction de censure à un dessin publié en avril dernier dans l’édition internationale et montrant le premier ministre israélien Netanyahu, qui avait déjà occasionné les excuses du journal après des accusations d’antisémitisme. Ce dessin n’était pas de Chappatte et celui-ci s’inquiète, à juste titre, d’une nouvelle attaque contre la liberté de la presse et la liberté d’expression.
Pour retrouver son travail, c’est .

 

Exposition Rockwell, Roosevelt & les Quatre Libertés au Mémorial de Caen

 

 

A l’occasion du 75e anniversaire du Débarquement et de la Bataille de Normandie, le Mémorial de Caen organise une exposition intitulée Rockwell, Roosevelt & Les Quatre Libertés, présentant quatre toiles de Norman Rockwell parmi 89 pièces dont 43 toiles originales et de nombreux objets (affiches, vêtements, accessoires…).
L’exposition illustre le discours du 6 janvier 1941, prononcé par Roosevelt devant le Congrès, dans lequel il annonça que l’Amérique s’engageait dans la Deuxième guerre mondiale. Il y rappelait les quatre libertés qui lui semblaient fondamentales : la liberté d’expression, la liberté de conscience, la liberté de vivre à l’abri du besoin et la liberté d’être protégé.
Ces idéaux inspirèrent l’illustrateur Norman Rockwell qui décida de représenter ces quatre libertés en utilisant des images de tous les jours. La série fut publiée en 1943 dans le Saturday Evening Post avant que Norman Rockwell parte sillonner les États-Unis avec ses tableaux lors du Four Freedoms War Bond tour afin de récolter de l’argent pour la guerre.

Exposition Rockwell, Roosevelt & les Quatre Libertés, du 10 juin au 27 octobre 2019 au Mémorial de Caen.
Visite de l’exposition : 10 € /personne  / Visite du Mémorial + visite de l’exposition : 24,80 € /personne

Regain de tension dans le Golfe persique

Les Etats-Unis ont annoncé qu’ils vont dépêcher le porte-avions et groupe aéronaval USS Abraham Lincoln et une force de bombardiers, dont plusieurs bombardiers B-52, dans la région du Golfe, en réponse à un éventuel projet d’attaque menée par l’Iran. Selon le Pentagone (renseigné par le Mossad ?) les forces iraniennes et leurs alliés feraient en effet des préparatifs pour une attaque possible contre les forces américaines.
Parti de la base navale de Norfolk, sur la côte Est américaine le 1er avril pour un déploiement de routine en Méditerranée, le groupe aéronaval a franchi le détroit de Gibraltar le 13 avril et devrait donc prochainement se positionner, après avoir passé le canal de Suez, en mer d’Arabie ou  dans le golfe Persique et se rapprocher ainsi de l’Iran.
« Les États-Unis ne cherchent pas la guerre avec le régime iranien, mais nous sommes totalement préparés à répondre à toute attaque, qu’elle soit menée par procuration, par le corps des Gardiens de la Révolution islamique ou par les forces régulières iraniennes », a précisé le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche.
Personne ne sait à quelles « provocations » iraniennes répond cette déclaration : il n’y a pas eu d’incidents récents dans le Golfe persique, où les marines américaines et iraniennes se côtoient régulièrement.

Capture d’écran 2019-05-08 à 09.36.26
Article du journal Le Figaro du 8 mai

Les Etats-Unis s’opposent à une résolution de l’ONU sur la lutte contre le viol comme arme de guerre

Les Etats-Unis menacent de mettre leur veto à un projet de résolution pour combattre le viol comme arme de guerre, qui doit être examiné mardi 23 avril, au cours d’une session spéciale du Conseil de sécurité. C’est l’Allemagne, qui préside actuellement, pour un mois, le Conseil de sécurité de l’ONU, qui est à l’initiative de la résolution sur la prévention des crimes sexuels.
Le projet de résolution a déjà été amputé d’une de ses mesures phares : la création d’un mécanisme de surveillance et de recensement de ces violences, qui rencontrait l’opposition de Washington, ainsi que de la Russie et de la Chine. Mais les Etats-Unis continuent de se montrer hostiles à ce document en raison des termes employés, en l’occurrence parce qu’il comprend un vocabulaire sur l’aide aux victimes issu de services de planification familiale.Elle se trouve dans une clause qui « invite instamment les entités des Nations unies et les donateurs à offrir aux personnes ayant subi des violences sexuelles, sans aucune discrimination, une gamme complète de soins de santé, notamment sexuelle et procréative, un soutien psychosocial, une aide juridictionnelle et des moyens de subsistance, ainsi que d’autres services multisectoriels, compte tenu des besoins particuliers des personnes handicapées ».
Les Etats-Unis ne veulent plus du passage évoquant la « santé sexuelle et procréative » car ils estiment que ces termes sous-entendent un soutien à l’avortement.

D’après un article du Monde.fr

EDIT :
La menace américaine a fonctionné. Le Conseil de sécurité de l’ONU a finalement adopté, par 13 voix et 2 abstentions (Russie et Chine), mardi 23 avril, une résolution pour combattre le viol comme arme de guerre, mais en la vidant de sa substance. Les Etats-Unis ont en effet réussi à faire retirer les mentions liées aux droits sexuels et reproductifs.
Devant cette pression américaine, le choix était de renvoyer le texte à plus tard ou d’accepter les suppressions demandées. Les deux prix Nobel de la paix Nadia Murad et Denis Mukwege, porteurs du projet de résolution présenté par l’Allemagne, ont opté pour la mise au vote.
François Delattre, ambassadeur de France auprès du Conseil de sécurité, a réagi ainsi : « Il est intolérable et incompréhensible que le Conseil de sécurité soit incapable de reconnaître que les femmes et les filles qui ont subi des violences sexuelles en temps de conflit, et qui n’ont évidemment pas choisi d’être enceintes, ont le droit d’avoir le choix d’interrompre leur grossesse. »

D’après un autre article du Monde.fr