Étiquette : Etats – Unis

Enseigner les relations internationales avec un jeu de carte

Sébastien Durand enseigne au lycée Olympe de Gouges à Noisy-le-Sec, et il a proposé à ses élèves de terminale STMG un jeu de carte sur les relations entre les Etats-Unis et l’Amérique latine de la Guerre froide à nos jours. Voici une émission de radio qui relate cette expérience.

Manoeuvres en mer de Chine méridionale

892213-revendications-territoriales-et-maritimes-en-mer-de-chine-carte-bigpuf-usa-thalassokrator

Voilà qui peut intéresser à la fois les quatrièmes en géographie, pour le chapitre « Mers et océans, un monde maritimisé » et les troisièmes au sujet de la rivalité actuelle entre la Chine et les États-Unis.
Un navire militaire américain est passé près d’un îlot (à moins de 12 milles nautiques) revendiqué par Pékin en mer de Chine méridionale, dans l’archipel des Spratley, dans une opération destinée à démontrer la liberté de navigation dans ces eaux contestées, a affirmé mercredi 24 mai un responsable américain.
L’initiative a provoqué la colère de Pékin, dont l’administration Trump essaie pourtant actuellement de se rapprocher sur le dossier nord-coréen. Lors d’un point de presse jeudi, le porte-parole du ministère des affaires étrangères chinois a fait part du fort mécontentement et de la forte opposition de la Chine à la suite de cette action de la marine américaine effectuée sans permission.
La Chine revendique l’essentiel de la mer de Chine méridionale, y compris des zones très proches des côtes de nombreux pays d’Asie du Sud-Est. Elle s’est engagée dans des opérations de construction d’îlots artificiels et de potentielles bases militaires sur de minuscules récifs, et considère comme ses eaux territoriales la zone des 12 milles nautiques autour de ces installations.
Les États-Unis contestent ces annexions d’îlots, pratiquées également par d’autres pays de la région, et prônent un règlement diplomatique des différends.

D’après un article du Monde.fr

51 millions d’Américains sans couverture maladie d’ici 2026

Le projet de réforme du système de santé américain, voulu par le président Trump, privera de couverture maladie 14 millions de personnes supplémentaires dès 2018 et 23 millions en 2026, selon un rapport publié mercredi 24 mai par le bureau du budget du congrès.
Si la réforme était adoptée, le nombre de personnes sans couverture maladie atteindrait 51 millions en 2026 aux États-Unis, contre 28 millions si la loi emblématique de la présidence de Barack Obama était maintenue en place.
Son adoption permettrait de réduire de 119 milliards de dollars (106 milliards d’euros) le déficit public américain entre 2017 et 2026.
Ce nouveau projet de loi a été adopté de justesse par la Chambre des représentants le 4 mai et il doit désormais être examiné et voté par le Sénat avant d’être promulgué.

D’après un article du Monde.fr

Une vente d’arme colossale pour les Etats – Unis

2-Armes-clients-4-pays

Le premier voyage de Donald Trump à l’étranger a débuté samedi 20 mai par une visite en Arabie saoudite et l’annonce par la Maison Blanche d’un programme de ventes d’armements au royaume, qui pourrait atteindre 110 milliards de dollars, destinés à « faire face aux menaces iraniennes » (pour rappel, le budget de la défense est de 32 milliards d’euros pour la France en 2017). 12,5 milliards concernent des achats d’armement américain à effet immédiat et 95 milliards se décomposent en une trentaine d’accords, ayant le statut d’accord ferme, ou bien de lettres d’intention ou de protocoles d’accord, pouvant ultérieurement déboucher sur des contrats en bonne et due forme.

Alors que l’Iran vient de réélire samedi le président modéré Hassan Rohani,, le secrétaire d’Etat américain à la défense a demandé à celui-ci de démanteler son réseau de terrorisme et mettre fin aux essais balistiques. Ces mises en garde américaines sont intervenues juste après une déclaration télévisée de M. Rohani, dans laquelle il affirme que « le peuple iranien veut vivre en paix et dans l’amitié avec le reste du monde, mais qu’il n’accepte pas la menace et l’humiliation ».

Apple et ses actions

Dans le cadre du cours sur l’Europe dans la Révolution industrielle, en quatrième, j’ai évoqué l’exemple d’Apple pour expliquer la cotation des actions en bourses et le jeu de la spéculation. Or, voici qu’Apple est devenue mardi la première entreprise américaine à dépasser les 800 milliards de dollars (736 milliards d’euros) de capitalisation boursière pour 5,2 milliards d’action en circulation.
L’action du fabricant de l’iPhone a gagné 33%  de valeur depuis le début de l’année et près de 50% depuis l’élection présidentielle américaine de novembre pour être cotée autour de 153$ en ce moment. Les rachats de titres ont  entrainé une réduction du nombre d’actions de 20,9%.
La capitalisation de 802,8 milliards de dollars dépasse la valeur des économies de 45 des 50 Etats américains. Pour autre comparaison, il y a 16 pays dans le monde dont le PIB dépasse 800 milliards de dollars.

« le besoin d’être conduits et l’envie de rester libres« 

Je suis en train de lire, petit petit,  La France Républicaine de Michel Winock, un recueil d’articles sur l’histoire politique de la France entre le XIXe et le XXIe siècle. Il donne une citation de Tocqueville (De la démocratie en Amérique, chapitre « Despotisme à craindre ») dans un article intitulé « La démocratie » :
« Nous contemporains sont incessamment travaillés, dit-il, par deux passions ennemies : ils sentent le besoin d’être conduits et l’envie de rester libres. Ne pouvant détruire ni l’un ni l’autre de ces instincts contraires, ils s’efforcent de les satisfaire à la fois tous les deux. Ils imaginent un pouvoir unique, tutélaire, tout-puissant, mais élu par les citoyens. Ils combinent la centralisation et le souveraineté du peuple. Cela leur donne quelques relâche. Ils se consolent d’être en tutelle, en songeant qu’ils ont eux-mêmes choisi leurs tuteurs. Chaque individu souffre qu’on l’attache, parce qu’il voit que ce n’est pas un homme, ni une classe, mais le peuple lui-même, qui tient le bout de la chaîne.« 

Cette pensée du XIXe siècle me semble tout à fait encore correspondre aux citoyens français du XXIe siècle.

Le monde de Trump

C-g0b3WWsAA2XJ1

Voici une carte par anamorphose réalisée à partir des pays cités par le président américain dans ses discours des 100 premiers jours de son mandat, réalisée à partir d’information de l’agence Reuters. Elle indique très visuellement quels pays préoccupent Donald Trump et lesquels ils semblent ignorer.

866791-trumpland

Et une autre carte, pour sourire…