Étiquette : Archives

Des leçons à écouter

Voici les reconstitutions de diverses leçons inaugurales au Collège de France, proposées par France Culture, avec la voix de Clémence Azincourt  .
La leçon inaugurale de la chaire d’histoire des sociétés médiévales au Collège de France, prononcée par Georges Duby le 4 décembre 1970.

Puis celle de Fernand Braudel, titulaire de la chaire de la civilisation moderne, le premier décembre 1950.

La leçon de Raymond Aron, pour la chaire de sociologie de la civilisation moderne, le premier décembre 1970 au collège de France.

Et celle de Jean-François Champollion, le 10 mai 1831, intitulée « Discours d’ouverture du cours d’archéologie ».

Comprendre le travail de l’historien

A14920.jpg

Ce livre, qui m’avait échappé jusqu’ici, dresse le portrait d’un historien en ses archives, celles qu’il a consultées, mais celles aussi qu’il a constituées en explorant le «fonds Duby» déposé pour l’essentiel à l’ Institut Mémoires de l’édition contemporaine.
Cette enquête collective, en réalité les actes d’un colloque organisé par la Fondation des Treilles, entreprend de saisir Georges Duby à travers les visages de papier que constituent ses archives de travail, qu’il conservait avec soin. Ce faisant, ils invitent le lecteur à entrer dans la fabrique de l’œuvre historique.
L’étude se compose de quatre parties, avec une introduction assez longue sur le fonds déposé par la femme de Duby. La première partie concerne les documents liés à la thèse de Duby sur le Mâconnais. La seconde partie aborde les liens de Duby avec les autres sciences sociales. La troisième partie étudie l’élaboration du livre Les Trois Ordres ou l’imaginaire du féodalisme. La dernière partie s’intéresse aux travaux de Duby sur les arts ou ses liens avec le cinéma et la télévision entre autres choses.

La guerre à l’école

CP-Ecole-de-garconsCP-ecole-des-filles-b

Vous trouverez sur ce blog le contenu des cahiers de l’élève René Lamboley de l’école de Champagney entre 1916 et 1919, situé dans la zone des armées et qui dépendait de l’autorité militaire .
On y trouve de nombreux sujets de rédaction traitant de la guerre, en voici quelques uns :
– « A cœur vaillant rien d’impossible », expliquez ce proverbe et montrez comment il peut recevoir son application dans la vie ordinaire et dans les circonstances actuelles. » (6 juin 1916)
– « Un de vos jeunes amis – enfant de douze ans – vous écrit et s’est plaint de ne pouvoir rien faire d’utile pour la guerre. Félicitez-le de ses bons sentiments, mais montrez-lui qu’il se trompe, que bien des choses utiles sont à sa portée et que d’ailleurs bien faire son devoir, là où il est, est l’essentiel. » (3 juillet 1917)
– « Recherchez quels évènements journaliers, quels spectacles fréquents, quelles sources de nouvelles et quels sujets de conversation ramènent sans cesse votre pensée au front. » (16 novembre 1917)
– « Racontez le retour des soldats dans votre village » (1er décembre 1917)
– « La France va faire un nouvel emprunt pour assurer définitivement le triomphe du droit et de la liberté. Dites ce que vous ferez autour de vous pour en assurer le succès. » (4 décembre 1917)
– « La guerre a inspiré un grand nombre d’affiches illustrées. En est-il une qui vous ait particulièrement intéressé ? Pourquoi ? Réflexion et sentiment qu’elle a fait naître en vous ? » (1er février 1918)
– « Vous avez vu beaucoup de blessés de la guerre. Quelle impression gênée avez-vous éprouvée ? Quelle catégorie vous a particulièrement émue ? Et qu’espérez-vous pour vous ? Surtout pour ces derniers ? » (8 février 1918)
– « Dites comment, à votre avis, un soldat doit se conduire au régiment. » (27 avril 1918)
– « Par une belle soirée de printemps, vous êtes frappé de la douceur de la température, de la pureté du ciel, de l’éclat de la lumière. Vous vous arrêtez à contempler le spectacle qui vous ravit. Impressions que vous en recevez. Soudain, vous songez qu’à cette heure, peut-être, des gothas font pleuvoir des bombes sur Paris. Réflexions. » (11 juin 1918)
– « À l’entrée du port de New-York se dresse la statue colossale de la liberté éclairant le monde œuvre d’un sculpteur français né à Colmar. Vous dégagerez sous la forme que vous voudrez la signification de ce phare symbolique. » (15 octobre 1918)
– « Encore un emprunt ! vous écrit un de vos amis. Eh bien ! Ils n’auront pas mon argent ! Vous lui écrivez pour lui faire part des réflexions que vous ont inspirées ses paroles. » (5 novembre 1918)
– « Vous avez lu dans un journal la pensée suivante : « Je voudrais qu’au milieu de la terrible épreuve que nous traversons la foule eut de la tenue, que les visages fussent graves, qu’on abandonnât les plaisirs vains et coûteux de la vie ordinaire. » Expliquez cette pensée et dites les réflexions qu’elle vous inspire. » (1er juillet 1919)

Vous y trouverez également des dictées au sujets patriotiques, de quoi évoquer la vie des enfants durant la Première guerre mondiale.

Descriptifs de paroisses de la fin du XVIIIe siècle

938149549.jpg

Ces feuillets écrits entre 1771 et 1789 font probablement partie d’une enquête, peut-être  en vue des Etats Généraux. Ils sont composés de 28 pages sur papier vergé (28,5 x 20 cm environ).
Ils décrivent plusieurs paroisses de l’Ain : Villereversure, Villette, Villette de Loye, Villieu et Viriat. Il s’agit de la description des paroisses (nombre de « feux et d’âmes », de communiants, château, cure..), des fiefs qu’elles contiennent (avec les droits de justice) et les impositions (le dixième notamment) .

Les actes du procès de Nuremberg sont en ligne

couvnuremberg

Les Actes du Procès de Nuremberg sont désormais en ligne sur Gallica.
Ils avaient été publiés entre 1947 et 1949 en 41 volumes (comprenant notamment 21 volumes de débat et 18 de documents) et mis à la disposition des chercheurs à la Bibliothèque nationale de France,  au département Philosophie, Histoire, Sciences de l’Homme.
On peut utiliser ce lien pour effectuer une recherche dans les différents volumes.