Étiquette : Archives

Quand on enseignait le racisme à l’école

Ces images sont issues du chapitre « La population de la terre », du manuel de Géographie de la classe de 6e, collection Perpillou, Classiques Hachette, 1961, aux pages 118 et 119. Je viens de parler de la colonisation en quatrième en cours à distance, en étudiant les discours de Jules Ferry et Georges Clemenceau à propos de la colonisation de Madagascar et j’ai expliqué qu’au XIXe siècle, on enseignait le racisme à l’école, ce qui expliquait en partie sa diffusion dans la société française. Mais à la lecture de ces deux pages, découvertes ici, je constate qu’on l’enseignait encore dans la seconde moitié du XXe siècle !

Les races humaines dans Le tour de la France de deux enfants, manuel scolaire publié en 1877

Des illustrations pour la classe de quatrième

 

De 1880 à 1896, l’Imagerie d’Epinal s’est associée à l’éditeur publiciste parisien Gaston Lucq dit Glucq, pourproduire une série d’images populaires mettant en valeur les progrès d’une époque en pleine industrialisation et faisant de la propagande pour la IIIe République. Ces « leçons de choses illustrées » expliquaient aussi de manière simple et pédagogique les sciences physiques et naturelles pour répondre à la curiosité du grand public et aux débuts de l’école obligatoire (1882).
Chaque planche était vendu séparément au prix de un sou, comme on l’apprend dans le feuillet « Ce qu’on fait avec un sou ». C’est de cette série que provient la célèbre planche « Ce qu’a fait la République », véritable bulletin de vote édité au moment de l’élection législative de 1881 que j’utilise en quatrième pour traité de la IIIe République.

Des documents pour l’an prochain

Dans l’idée d’ouvrir les différents chapitres d’histoire par un objet, je viens d’acquérir ces différents documents :

Une image d’Epinal du XIXe siècle représentant l’innovation majeur du chemin de fer ;

Le texte du projet refusé de première constitution en 1946 ;

Le texte du projet de constitution de 1958.

Une attestation de sortie dérogatoire de 1720

Jérémie Ferrer-Bartomeu, diplômé de l’École des Chartes et enseignant-chercheur à l’université de Neuchâtel en Suisse, a publié sur Twitter la photo d’un laissez-passer du 18e siècle qui ressemble en plusieurs points à l’attestation dérogatoire de déplacement obligatoire en cette période de confinement. Daté du 4 novembre 1720, ce document a été rédigé alors que sévissait dans le sud de la France une épidémie de peste, dite peste de Marseille, qui tua plus de 100 000 personnes.
Ce sauf-conduit autorisait Alexandre Coulomb, consul de 28 ans, à quitter Remoulins dans le Gard «où il n’y a aucun soupçon de mal contagieux» pour se rendre à Blauzac ( dans le Gard également). Le signataire, le juge-consul Fabre, «prie ceux qui sont à prier» de laisser librement circuler le jeune homme.

Deux dossiers documentaires sur l’industrialisation au XIXe siècle

Sur le site de l’académie de Besançon, on trouve deux dossiers documentaires proposés par l’association La Fraternelle de la ville de Saint-Claude sur la thématique de l’industrialisation de la ville, à la fin du XIXeme siècle. Deux thématiques sont proposées : la transformation du paysage urbain et celles des entreprises et du monde ouvrier. Des propositions d’exploitations pédagogiques accompagnent le dossier avec des pistes concrètes pour la mise en oeuvre en classe de 4eme ou de CM2.