Catégorie : 5e

La sous-alimentation en Afrique en 2017

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a publié jeudi 16 novembre son rapport 2017 sur l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition en Afrique.

Capture d_écran 2017-11-17 à 07.18.18
Selon ce rapport, de 2015 à 2016, la prévalence de la sous-alimentation semble être à la hausse, passant de 20,8 % à 22,7 %. Le nombre de personnes souffrant de la sous-alimentation est passé de 200 millions en 2015 à 224 millions.
25 % des 815 millions de personnes sous-alimentées dans le monde en 2016 vivent en Afrique.


Les mauvaises conditions climatiques et les conflits récents sont des facteurs clés qui expliquent l’augmentation actuelle de l’insécurité alimentaire.

L’école en panne en Egypte

En Égypte, selon le recensement national de 2017, 18,4 millions de personnes sont illettrées, dont 58 % de femmes.
Les causes sont bien sûr la pauvreté et la déscolarisation, mais parfois, ce sont des élèves scolarisés qui quittent leur établissement sans savoir lire.
Classes surpeuplées, manque d’infrastructure, inégalité entre fille et garçon : ces problématiques scolaires sont tristement banales en Égypte. Depuis des années, l’éducation publique ne cesse de se dégrader. Les Égyptiens sont aujourd’hui 95 millions et face à de nombreux jeunes (33% de la population a moins de 15 ans), l’école n’arrive pas à faire face.
Dans l’école publique de Harabchant, petite localité à 200 kilomètres au sud du Caire,on a séparé les classes en deux depuis 2015. Le matin, les filles viennent étudier, l’après-midi ce sont les garçons. Du coup, les élèves ne sont plus que 45 par classe. C’est mieux qu’ailleurs où ils sont 60 ou 70… Mais il faut tout de même que les élèves se partagent un bureau à trois.
Mais cette nouvelle organisation se fait aussi au détriment des enseignants obligés de travailler six jours sur sept, et non plus cinq, sans augmentation de salaire ( 1000 livres par mois pour un professeur débutant, soit l’équivalent de 50 €).
Tout cela démotive les élèves comme les professeurs, d’autant que l’Égypte possède une courbe du chômage singulière : les statistiques montrent que plus le niveau d’étude est élevé, plus le taux de chômage est important. Plus d’un tiers des diplômés de l’université sont chômeurs.

D’après un article du journal  La Croix.

Les cinquièmes dans le château fort

Cette semaine, mes deux classes de cinquièmes ont passé deux heures à visiter virtuellement le château des ducs de Normandie à Caen grâce à l’application « Vivre au temps des châteaux forts ».
Il reste encore deux séances de jeu, mais certains ont déjà terminé. Ils reprennent donc l’application en mode visite pour compléter les fiches de cours. J’ai décidé que le nombre de deniers gagné en répondant correctement aux questions sur les différentes vidéos seront convertis en points d’expériences, ce qui les a encore motivés davantage.
Sur les PC de la salle, l’application n’est pas très stable et plante régulièrement, notamment lors des passages de « niveau » (entre la campagne et le château, la basse-cour et l’église, l’église et le donjon). Il y a aussi parfois des pannes de son, mais rien d’impossible à gérer.