Étiquette : L’égalité une valeur en construction

Une loi qui autorise le mariage des filles mineures au Bangladesh

carte-bangladesh-big

Si la loi intitulée « Child Marriage Restraint 2017 » votée au Bangladesh , continue à interdire le mariage avant l’âge de 21 ans pour les hommes et de 18 ans pour les femmes, et instaure des peines plus sévères pour les adultes épousant des mineurs ; elle ferme néanmoins les yeux sur des « situations particulières », notamment dans le cas de « grossesses accidentelles ou illégales ». Le texte estime ainsi que le mariage peut s’avérer être un moyen de « sauvegarder l’honneur de la fille » lorsque cette dernière est tombée enceinte ou a été violée.
L’Eglise catholique du pays a protesté contre cette clause spéciale et n’est pas la seule à faire part de son indignation. Les associations de défense des droits de l’homme avancent que cette clause va légaliser le mariage des adolescentes dont les grossesses sont le résultat de violences sexuelles, allant jusqu’à laisser ainsi la jeune fille sous le joug de son agresseur.
Le mariage d’enfants est pourtant illégal au Bangladesh depuis 1929, et l’âge minimum du mariage a été établi dans les années 1980. Mais le pays continue à afficher le nombre record de mariages de mineurs en Asie. Selon l’Unicef, 52 % des épouses ont moins de 18 ans au moment du mariage (contre 68 % il y a quinze ans), et 18 % d’entre elles sont âgées de moins de 15 ans.
Pour la ministre des Femmes et des Enfants du Bangladesh, cette loi s’inscrit dans « la réalité économique et sociale » des villages, où vivent 70 % de la population du Bangladesh (160 millions d’habitants). Cherchant à calmer les critiques, la ministre a également expliqué que les mariages de mineurs nécessiteraient une permission et une enquête spéciales, afin de s’assurer que l’adolescente concernée n’est pas soumise à des abus. Cette vision entend protéger les filles contre la discrimination et l’exclusion sociale, car une adolescente ayant eu une relation sexuelle hors mariage se retrouve marginalisée par la société et rares sont les hommes qui voudront l’épouser.

D’après le site Eglises d’Asie.

Les inégalités entre homme et femme seraient nées l’âge du Bronze ?

570929

L’équipe du département d’Anthropologie du Queens College de New York, en se penchant sur le développement des sociétés agricoles de la fin du néolithique en Chine (2600-1900 av. J.-C.) à l’âge du bronze (dynastie des Zhou de l’Est : 771-221 av. J.-C.), a montré l’apparition d’une inégalité homme femme au sujet de l’alimentation.
En analysant des ossements humains retrouvés dans des sépultures datant de divers stades de cette période charnière, les chercheurs voulaient savoir comment la domestication d’herbivores et de nouvelles céréales (blé et orge) avait modifié les pratiques alimentaires.
Mais leurs résultats montrent également que si dans les cultures les plus anciennes, comme celle des Yangshao (3 000 av. J.-C.), il n’y avait guère de différences entre les deux sexes au niveau de l’alimentation, une nette distinction est apparu à l’âge du bronze. Les femmes ont dès lors surtout mangé du blé, cette nouvelle céréale qu’on ne savait pas encore bien transformer, tandis que les hommes avaient davantage accès aux produits d’origine animale et au millet, céréale connue depuis longtemps et qu’on savait préparer.
Ces différences dans l’assiette reflétaient une transformation sociale majeure de l’époque car une société patriarcale était en train de voir le jour.
Cette différence de traitement affectait les femmes dès l’enfance : les signes de carences, notamment en fer, observés sur les ossements féminins les plus récents, sont les conséquences directes d’une malnutrition précoce.

D’après un article des Cahiers de Science & Vie d’avril 2017.

L’égalité homme / femme en France

L’égalité progresse en France entre les femmes et les hommes selon l’Insee, même s’il reste beaucoup de chemin à faire.
Si les filles réussissent mieux à l’école que les garçons, les étudiantes (55% des inscrits en études supérieures) restent minoritaires dans les cursus sélectifs ou scientifiques mis – à – part la médecine.
Le taux de chômage des femmes est passé en dessous de celui des hommes. En 2015, 9,5% des femmes de 15 ans ou plus étaient au chômage contre 10,5 % des hommes. La crise depuis 2008 a joué un rôle dans cette inversion des taux de chômage entre les femmes et les hommes car elle a touché des secteurs d’activité particulièrement masculins comme la construction et l’industrie. Le taux d’activité des femmes a progressé pour se rapprocher de celui des hommes. En 2015, 68% des femmes de 15 à 64 ans participaient en effet au marché du travail contre 76 % des hommes de la même tranche d’âge. En 1975, 40 ans en arrière, la différence de taux d’activité s’élevait à 31 points.
D’autre part, sur 100 jeunes cadres, on comptait 49 femmes en 2013 contre 41 en 2001.
Concernant les écarts de salaire, les choses ont peu évolué. En 1995, sur une année, les femmes gagnaient 27 % de moins que les hommes. L’écart s’est réduit à 24 % de moins en 2014. Cette différence est moins élevée si l’on considère le salaire pour un travail à temps plein (17% tout de même).
Enfin, Le modèle de la «femme au foyer» reste soutenu par environ une personne sur cinq (22%) en France. Cette opinion a perdu beaucoup de terrain en dix ans puisque 43 % des Français en 2002 approuvaient l’idée que les femmes devraient, dans l’idéal, rester à la maison pour élever leurs enfants.
L’idée de l’égalité entre les compétences des femmes et des hommes s’est imposée de façon largement majoritaire avec 87 % de personnes qui considèrent que les femmes ont autant l’esprit scientifique que les hommes, 78% pensant de même pour l’esprit mathématique.

D’après un article du Figaro.fr

Bravo !

Ce clip a été réalisé par les élèves du Collège Anatole France des Clayes Sous Bois dans le cadre du concours organisé par l’Observatoire des inégalités.
Scénario, mise en scène et textes : Élèves de 6°, 5°, 4° & 3°.
Encadrement : Sophie Le Vilain (technologie) & Guillaume Cabioc’h (HG-EMC) . Tournage & montage : Maxime Le Vilain.

Et en bonus, le making off, réalisé par un élève de 3°.

Des affiches pour l’égalité entre les hommes et les femmes

IMG_4752IMG_4767IMG_4776

Elles ont été réalisées par les élèves de mes deux cinquièmes en trois heures d’activité par groupe (il y a cependant une intruse, réalisée par ma collègue madame Auzou, à propos d’une expression que j’ai employé…).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Elles témoignent d’un investissement inégal entre les groupes et de difficulté parfois dans l’expression, mais elles montrent un travail et une réflexion sur le sujet. Deux groupes ont choisi de travailler avec un support informatique pour des résultats très intéressants montrant une certaine maîtrise des outils.

Les affiches ont été installées dans le couloir près de la salle de classe et dans celui menant à l’administration, pour être vues des parents en cette période de conseils de classe et de réunions parents / professeurs.

J’ai également proposé d’installer des affiches officielles dans différents endroits du collège (self, vie scolaire, préau, CDI…) afin de sensibiliser la communauté scolaire.

CdAbcPPWoAEbVxk