Étiquette : Expériences totalitaires et réaction des démocraties (1919 – 1939)

Une émission sur le Front populaire

Elle a été enregistrée par la classe de 3e5 du collège Alain après un travail sur document et la rédaction d’un texte organisé sur le sujet. L’objectif sera de réaliser une émission par chapitre étudié dans l’année, soit en classe, soit en travail à la maison. Deux élèves m’ont proposé de réaliser le générique des prochains épisodes. Les émissions seront disponibles sur l’ENT du collège.

Les manifestations d’extrême – droite du 6 février 1934

La crise politique du 6 février 1934 à Paris s’est traduite par une manifestation extrêmement violente due aux affrontements entre les forces de police et les adhérents des ligues d’extrême-droite.

caricatures
caricature : l’insigne des ligues chassant le symbole du communisme

N0765507_JPEG_1_1EM

Les manifestants voulaient protester contre la corruption qui existait dans le personnel politique de la Troisième république et empêcher la formation d’un nouveau gouvernement de centre-gauche. Il y eut une quinzaine de morts et plus de 2000 blessés.

LeMatin7fevrier1934

N0404909_JPEG_1_1EMEn conséquence, le gouvernement prévu ne peut être constitué : il fut remplacé le 9 février par un gouvernement d’Union nationale regroupant la droite (pourtant battue aux élections de 1932) et les radicaux.

N0404911_JPEG_1_1EMCependant, le sentiment de menace sur les institutions républicaines est tel que les partisans de la gauche (socialistes et communistes) jusque-là « frères ennemis » décident de contre-manifester le 12 février 1934. Ce rapprochement va donner lieu à la formation, en 1935, du « rassemblement populaire », alliance électorale des partis de gauche qui gagnera les élections législatives de 1936.

Ci-dessous, la reproduction d’une lettre d’un témoin des affrontements du 6 février, favorable aux manifestants d’extrême-droite. Elle provient de ce blog, très intéressant.

Les colonies italiennes dans les années 30

Ce documentaire relate l’aventure coloniale de l’Italie fasciste, des années 1930 à la fin de la Seconde Guerre mondiale, racontée par ceux qui La ont vécue. Dans les années 1930, le village de Borgo vit une partie de ses habitants, poussés par la misère ou l’esprit d’aventure, émigrer dans les colonies de l’Empire italien d’Afrique (la Libye, l’Érythrée, l’Éthiopie et la Somalie). Ces exilés volontaires allaient chercher l’eldorado que la propagande fasciste leur avait promis, notamment grâce à ses images d’actualité vantant de l’or à profusion. Mais leur rêve se brisa après quelques années, lorsque la guerre et la chute du régime entraînèrent la perte des colonies. Ils furent alors contraints de revenir à Borgo, ruinés.
À partir de lettres trouvées dans un tiroir et de fragments de son passé familial, la réalisatrice Loredana Bianconi construit le récit d’une période aujourd’hui encore taboue dans l’histoire italienne dans lequel la primauté est donnée aux images d’archives et aux témoignages des acteurs de l’époque.
C’est à voir quelques jours encore sur le replay d’Arte.

Instantané d’histoire : 1934

Au début de l’année 1934, le fascisme étendait son emprise sur l’Europe. Robert Talpain, militant socialiste membre de la SFIO, était chauffeur pour un studio de cinéma. Photographe et cinéaste amateur, ses clichés et ses films permettent de reconstituer l’agitation des mois qui précèdent la naissance du Front populaire.

Ce documentaire est à voir quelques jours encore sur le replay d’Arte.