Catégorie : Travaux d’élèves

Des « Quoi de neuf ? » en troisième

Les élèves commencent à se proposer pour parler de l’actualité à leurs camarades. Mon objectif est de créer dans les classes une habitude de l’oral (en vue de l’épreuve de brevet entre autre) et du suivi de l’actualité. Ce qui a marqué les élèves : l’incendie de l’usine Lubrizol bien sûr mais aussi les attentats de la préfecture de police à paris et de la Synagogue de Halle, en Allemagne.

Deux belles surprises

En corrigeant la traditionnelle lettre écrite de Bordeaux au XVIIIe siècle que je demande aux élèves de quatrième de rédiger dans le cadre du chapitre « Bourgeoisie, commerce et traite au XVIIIe siècle », je suis tombé sur deux travaux qui se détachaient des autres. Dans le premier, l’élève, aidée de sa grande soeur, a imaginé qu’il rencontrait Montesquieu. Pour la seconde lettre, il y en avait en fait trois puisque l’élève a chois de la rédiger également en anglais et en espagnol (j’avais proposé aux volontaire de rédiger tout ou partie de la lettre en anglais puisque le voyageur devait être anglais normalement).

Un pilote et un observateur de la guerre 14 – 18

Lors de leur travail sur les objets de la guerre, des élèves ont repéré la mention « Lt Flury » sur une photo aérienne. Après recherche, elles étaient très fières de me montrer une stèle située en Suisse à la mémoire du lieutenant aérostier Walter Flury, tué le 7 octobre 1918 sur la commune de Miécourt, en Suisse, après que son ballon d’observation ait été mitraillé par un avion allemand. Je les ai félicitées de leur sagacité et de leur travail.

un article sur la mort de Walter Flury

Toutefois, après vérifications de mon côté, il s’avère qu’il ne s’agit pas du bon Flury. La photo aérienne verticale de la côte 285 dans les environs de Verdun, a été en effet prise par le Sergent Yves Kervadec (pilote) et le lieutenant Xavier Flury (observateur), un équipage de l’escadrille F 2, le 10 avril 1916.

A cette date, l’escadrille F 2 était stationnée sur le terrain d’Autrécourt-sur-Aire après qu’un raid de l’aviation allemande avait détruit les installations de Clermont – en – Argonne. Durant la guerre, le pilote Yves Kervadec effectua 165 missions de reconnaissance, de bombardement et de réglage d’artillerie en Argonne. En 1916, les deux hommes volaient sur des appareils Maurice Farman F40 ou F42.

Ci-dessous, deux carte postale de la cote 285 au niveau du sol, correspondant à la photo aérienne :

 

Un travail sur des objets de la Première Guerre mondiale

Aujourd’hui, j’ai proposé aux élèves de deux troisièmes d’étudier des objets à la manière des historiens. Il s’agissait de déterminer de quoi il s’agissait, à quoi cela pouvait servir, qui l’avait « fabriqué », pour qui et à quelle date. Ils ont dû en premier lieu observer les objets eux-mêmes pour essayer de les faire parler. Durant la séance suivante, ils pourront consulter des livres et Internet pour compléter. Il s’agira ensuite pour chaque groupe de présenter les objets aux autres afin de s’entraîner à l’oral du brevet.

Un webdocumentaire réalisé par des élèves de troisième

Le webdocumentaire « D’Yvette à Georges Lundy : le fil de la mémoire », consacré aux actions de résistance d’une famille de la Marne, est le fruit d’un travail de plusieurs mois mené avec toutes les classes de troisième du collège et encadré par les professeurs d’Histoire-géographie, par la professeur documentaliste, la conseillère principale d’éducation et par deux  professeurs de Français.
On peut le visionner ici et en apprendre plus sur sa conception .

Le JT des 4e5 (mais pas les miens)

Avec l’aide des équipes techniques d’Arte, des collégiens de quatrième du collège Théodore Monod de Gagny ont réalisé les reportages et assuré la présentation d’un  journal télévisé. Ils ont voulu parler éducation, politique, foot ou culture. Ils ont questionné, débattu, enquêté sur le terrain. Ils ouvrent une fenêtre sur leur quotidien, la vie dans leur collège et dans leurs quartiers. Une journaliste de la rédaction d’Arte a travaillé pendant un an avec les élèves de la 4e5. Ils ont d’abord échangé sur le métier de journaliste, la recherche des informations, le piège des fake news, la fabrique des articles de presse et des reportages télévisuels avant de passer à la phase concrète de réalisation de leur propre journal. Les élèves ont choisi les thèmes abordés dans leurs reportages ainsi que l’ordre de passage des sujets. La culture et le sport se retrouvent à la fin comme dans la plupart des journaux télévisés mais le ton n’est pas celui des journaux classiques. Les ados ont voulu utiliser la première personne et donner ouvertement, dans certains sujets, leurs points de vue.
Ces jeunes qui ne regardent plus les JT mais s’informent sur les réseaux sociaux ont tout de même joué le jeu et voulu livrer un journal complet. Mais un journal qui leur ressemble.

Lettres de Berlin

Capture d’écran 2019-03-04 à 08.03.04

Lors du thème sur la guerre froide, j’ai demandé aux élèves de travailler sur un dossier du manuel afin de rédiger trois lettres comme s’ils étaient un Allemand vivant dans Berlin Ouest entre 1949 et 1990 et qu’il écrivait à un ami en France à trois moments décisifs de la guerre froide en Allemagne.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

(quelques travaux d’élèves)

Comme l’une de mes trois classes est composée de germanistes, je leur ai proposés de traduire tout ou partie des trois lettres en allemand et certains ont accepté.