Étiquette : Antiquité

Carto n°42

Il va paraitre sous peu.

Couv_CARTO42_72dpi_Web

DOSSIER L’ÉGYPTE DES PHARAONS : 3 500 ans d’histoire au carrefour du monde

L’ACTUALITÉ VUE PAR LES CARTES
Europe
Guyane : un « printemps français » aux Amériques
Tourisme en France : vive le camping !

Moyen-Orient
Yémen : une guerre sans aucun répit
Syrie, le mirage d’une solution politique
L’Arabie saoudite regarde vers l’Asie
Jérusalem : quand l’archéologie devient une arme

Afrique
Algérie : le régime en quête de solutions
Sahara occidental : vers la reprise du dialogue ?
« Nollywood », le géant du cinéma africain

Décryptage
Géoéconomie des diamants : un marché sous surveillance

Enjeux internationaux
La musique, une industrie en pleine révolution (carte détachable)

Asie-Océanie
Corée du Sud : crise intérieure et extérieure

Amériques
États-Unis – Canada : un mariage sans divorce possible
La Californie peut-elle se séparer des États-Unis ?

L’ŒIL DU CARTOGRAPHE : des cartes pour les enfants

ENVIRONNEMENT
L’éolien en Europe : une énergie en plein essor
Algues vertes : un enjeu sanitaire majeur en Bretagne

HISTOIRE
Retour sur… Paysages et portraits urbains de la Renaissance
Les grandes batailles : La bataille de Cannes (2 août 216 avant Jésus-Christ)

Une bande dessinée archéologique

aqui-couverture

Médiolanum Santonum (Saintes), 1er siècle ap J-C : sur les berges de la Carantanò, Marcus et ses parents mènent une vie prospère, grâce à l’entreprise familiale de transport fluvial ; hélas , le jeune garçon va s’aperçevoir que le nouvel associé romain de son père est impliqué dans une série de cambriolages, et qu’il compte sur les chalands de la famille pour transporter son butin en cachette…
Cette bande dessinée, accompagnée d’un carnet de fouilles archéologiques, est l’occasion de découvrir les habitudes alimentaires, vestimentaires, les croyance, les activités et les moyens techniques des gallo-romains en une soixantaine de pages.

Une monnaie gauloise ?

Dans le lot de pièce que j’ai récupéré, l’une d’elle semble à part.

Très abîmée, il s’agit probablement d’une monnaie gauloise, appelée Potin. Le métal utilisé pour la fabrication des Potins était composé d’étain, de cuivre et de plomb.

arbre-potins
Les monnaies de Potin étaient fabriquées par chapelet dans des moules où était coulé le métal en fusion, ce qui leur donne souvent un aspect médiocre et épais par comparaison avec les monnaies frappées, plus fines et dont le relief est beaucoup plus net.

potin_exemple_decoupe

Les monnaies coulées étaient séparées les unes des autres par une cisaile, ce qui explique la présence fréquente de bavures de part et d’autres des potins, par ailleurs rarement  parfaitement circulaires.
Ces monnaies étaient de faible valeur et destinées à la circulation courante. Il est difficile de connaître leur date d’émission, mais les archéologues semblent considérer que les potins sont apparu au IIe siècle avant J.C et ont été utilisé jusqu’à la conquête romaine et même un peu au delà, sans doute.