Catégorie : Histoire

Le nouveau président du Front National est négationniste

Voici les propos tenus par le nouveau président du Front National, enregistrés lors d’un entretien en avril 2000 avec l’universitaire Magali Boumaza et publiés en 2005 dans la revue académique Le Temps des savoirs.
« Le problème des chambres à gaz, mais moi je dis qu’on doit pouvoir discuter même de ce problème. Vous avez des révisionnistes, parce qu’il y a deux sortes de révisionnistes, ou de négationnistes. Il y a les espèces de timbrés et tous les provocateurs en faisant des plaisanteries de corniauds sur le malheur des autres, etc., qui à mon avis sont des gens détestables. Mais, moi il se fait que j’ai été amené à lire, par exemple, des ouvrages de gens qui sont des négationnistes ou des révisionnistes. Bon, ben moi, honnêtement, moi, je ne suis pas négationniste, mais je dis moi, quelque chose qui m’a énormément surpris, dans les travaux d’un négationniste ou d’un révisionniste sérieux, ce qui justement m’a surpris c’est le sérieux et la rigueur, je dirais, de l’argumentation. Bon, même un type comme Faurisson, par exemple, qui est professeur à la faculté à Lyon, il est professeur de faculté, il est quand même prof, etc., je veux dire, j’ai lu un certain nombre de trucs soi-disant que l’on m’a recommandés parce que justement ça fait partie du débat, je crois qu’on ne peut pas avoir de position sur le sujet sans avoir lu le pour, le contre. Il dit : “Moi je vous demande, je pose un certain nombre de questions sur le plan technique, je vous demande de répondre précisément à ces questions toc, toc, toc, toc.” Il n’y a pas du tout de la haine, il n’y a pas du tout de volonté délibérée de nuire à qui que ce soit, je pose concrètement un certain nombre de questions, par exemple, sur l’utilisation chimique, je m’intéresse à un spécialiste de la chimie et je lui demande sur l’utilisation d’un gaz, par exemple, qu’on appelle le Zykon B. [sic], moi, je considère que d’un point de vue technique il est impossible, je dis bien impossible de l’utiliser dans des (…) exterminations de masse. Pourquoi ? Parce qu’il faut plusieurs jours avant de décontaminer un local qui a été… où l’on a utilisé du Zyklon B. »

Contacté par le journal Le Monde, le nouveau président par intérim du FN assure ne pas se souvenir de cet entretien avec Magali Boumaza. « C’est la première fois que j’entends ce genre de conneries-là, je n’ai aucun souvenir de ça. Peut-être que j’ai donné une interview mais ce ne sont pas mes sujets de prédilection, assure le député européen. Il est possible que j’ai vu ces gens-là le 14 avril 2000, mais les étudiants qui arrivent pour parler de Zyklon B, je les vois venir. Je ne suis pas un débutant au FN, j’y suis depuis 1974 : je mets quiconque au défi de dire m’avoir entendu tenir des propos sur ces sujets-là. »

Voilà quelqu’un qui nous prend vraiment pour des imbéciles…

D’après un article du Monde.fr

Un second porte – avions pour la Chine

5118487_6_4673_pekin-a-mis-a-l-eau-mercredi-26-avril-a_acd3d78ea9e8e5f9d9a8ba53be30ca09

La Chine a mis à l’eau, mercredi 26 avril, son deuxième porte-avions, le premier construit par les chantiers navals chinois. Le premier porte-avions chinois, acheté à l’Ukraine, était entré en service en 2012.
Mais sur le plan de la technologie ou de la puissance, ce navire ne peut pas rivaliser avec ceux des autres grandes puissances, et notamment les Etats – Unis : si le nouveau porte-avions transporte des missiles de défense aérienne de courte portée, il reste à propulsion diesel et sa piste d’atterrissage est courte.
Toutefois, il s’agit bien, pour la Chine d’affirmer sa puissance face à ses voisins asiatiques, notamment au sujet de la domination en mer de Chine.
Un troisième porte-avions chinois est déjà en cours de construction, qui devrait disposer d’un système de catapultage des avions.

Une grande muraille en Inde

Construire des murs pour protéger des états est une pratique ancienne, corroborée par l’existence de la muraille de Chine (dès le IIIe siècle avant J.C.), mais aussi par un mur redécouvert récemment en Inde.
La longueur du mur avoisine les 80km, commençant dans la forêt adjacente à Udaipura du village de Gorakhpur jusqu’à Bari Bareilly qui est à 100km de Bhopal.
En étudiants les matériaux, les archéologues estiment que le mur a été construit entre le 10ème et le 11ème siècle,au cours de la période des rois Parmar, dans le district de Raisen dans le Madhya Pradesh. L’ancien mur a été construit dans les jungles denses de la chaîne de montagnes de Vindhyachal.
S’il se fissure par endroits, le mur est encore assez robuste avec une hauteur entre 4,5 et 5,5m et une épaisseur de 3 à 4,5m.

D’après un article du blog Les découvertes archéologiques.

Exposition « 1000 ans de Normandie »

1000 ans de Normandie

La réunification normande intervenue en 2016 a conduit les services d’archives départementales de la région à se rapprocher pour marquer l’événement par une mise en perspective historique. Sous un label commun “1000 ans de Normandie, des archives à partager”, cette collaboration a débouché sur une exposition présentée à Rouen, au Pôle culturel Grammont.
Environ 70 documents ou objets accompagnent le parcours, illustrant l’ensemble du territoire normand. On pourra y découvrir l’une des rares chartes carolingiennes encore conservées dans la région, la plus ancienne charte ducale détenue par les Archives départementales, une confirmation originale de la “charte aux Normands” provenant de la cathédrale de Rouen, des plans évoquant l’aménagement de Cherbourg sous le règne de Louis XVI ou la création de Cabourg au siècle suivant, de très nombreuses affiches ou photographies, mais aussi des objets, parmi lesquels paire de fibules scandinaves. À voir encore les résultats du concours photo “la Normandie illustrée” : les Normands ont été appelés à y participer en adressant des photographies de ce qu’ils considèrent comme les objets ou lieux symboles de la Normandie. 31 de ces photos ont été sélectionnées.
Assurée en coédition avec les éditions Snoek, la publication d’un volume d’environ 330 pages propose un panorama sur l’histoire et l’identité de la Normandie, autour d’un florilège de 131 documents sélectionnés dans les collections des Archives départementales du Calvados, de l’Eure, de la Manche, de l’Orne et de la Seine-Maritime. Il sera en vente après le 28 avril au prix de 29 €

Exposition aux Archives départementales de la Seine-Maritime (42 rue Henri II Plantagenêt, 76000 Rouen), du 25 avril au 27 juillet 2017.
Entrée libre du mardi au vendredi de 8 h 45 à 18 h, le samedi de 10 h à 12 h et de 13 h à 18h.
Visites de groupes sur demande : archives@seinemaritime.fr ou 02 35 03 54 95