Catégorie : Travaux et recherches

Comprendre le travail de l’historien

A14920.jpg

Ce livre, qui m’avait échappé jusqu’ici, dresse le portrait d’un historien en ses archives, celles qu’il a consultées, mais celles aussi qu’il a constituées en explorant le «fonds Duby» déposé pour l’essentiel à l’ Institut Mémoires de l’édition contemporaine.
Cette enquête collective, en réalité les actes d’un colloque organisé par la Fondation des Treilles, entreprend de saisir Georges Duby à travers les visages de papier que constituent ses archives de travail, qu’il conservait avec soin. Ce faisant, ils invitent le lecteur à entrer dans la fabrique de l’œuvre historique.
L’étude se compose de quatre parties, avec une introduction assez longue sur le fonds déposé par la femme de Duby. La première partie concerne les documents liés à la thèse de Duby sur le Mâconnais. La seconde partie aborde les liens de Duby avec les autres sciences sociales. La troisième partie étudie l’élaboration du livre Les Trois Ordres ou l’imaginaire du féodalisme. La dernière partie s’intéresse aux travaux de Duby sur les arts ou ses liens avec le cinéma et la télévision entre autres choses.

Contributions

Cela fait deux fois que des auteurs me contactent afin de me demander des scans de documents d’archives en ma possession pour leur parution à venir.

el-hage-guerre-succession-autriche-z

Le premier ouvrage est paru. Écrit par monsieur Fadi El-hage , il est consacré à la guerre de Succession d’Autriche. L’auteur m’a demandé des images de lettres du comte d’Aumale, qui participa à la guerre de succession d’Autriche et qui relate la prise de Prague et ses suites.
Le second est un article de monsieur Aujas, encore à paraître, sur la défense rapprochée contre avions durant la Première Guerre mondiale. Je lui a fait parvenir des scans de plusieurs photographies de l’album d’un aérostier de la 87e compagnie.
J’aime l’idée que les documents historiques que je collecte d’abord pour mon intérêt personnel et pédagogique puissent aussi servir à la recherche. Je ne désespère pas de me livrer à des recherches moi-même (à la retraite ?) sur différents sujets issus de mes découvertes, comme la correspondance de l’abbé Guiot, par exemple.

Des exercices interactifs

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les éditions Belin m’ont proposé de réaliser pour elles une centaine d’exercices interactifs en ligne en histoire entre le début des vacances de Noël et la fin du mois de janvier. Il s’agit d’images à étudier en répondant à trois ou quatre questions correspondant aux programmes des cycles 3 et 4 du CM1 à la 3e.

Ces exercices seront ensuite disponibles sur la plate-forme Digithèque. L’outil de création d’exercices en ligne est simple et intuitif mais je n’ai pas compris s’il est accessible avec un compte enseignant, avec lequel on peut déjà créer des séquences en piochant dans les documents ou les exercices disponibles sur la plate-forme.
Je précise que l’exercice montré dans cet article ne fait pas partie des 100 que Belin m’a commandé. Je l’ai créé avec un document personnel.

L’égalité entre les hommes et les femmes

Ben

Une fois n’est pas coutume, même si je n’aime pas ces journées, je vais proposer aux élèves de 5e de réaliser collectivement des affiches pour dénoncer les inégalités entre les hommes et les femmes et les stéréotypes de genre. Nous allons commencer demain et finir le travail le mardi 8 mars, journée mondiale du droit des femmes. Ce travail s’intègre dans le thème « l’égalité, une valeur en construction » en éducation civique.

Pour aider les élèves dys, les pictogrammes

guerre-froide
Un exemple avec un résumé de la leçon sur la guerre froide distribué aux élèves

 

Un collègue propose une alternative très intéressante aux cartes mentales pour aider les élèves, notamment  dyslexiques, dyspepsiques ou autistes, à mémoriser la leçon. Il s’agit d’utiliser des pictogrammes.

guerre-froide2
La « légende » des pictogrammes sur la guerre froide

Il existe de nombreuses banques de pictogrammes gratuits sur Internet, même si l’histoire ou la géographie ne sont pas toujours bien représentés.

 

La cartographie radicale selon Philippe Rekacewicz

08

http://embed.bambuser.com/broadcast/5039757

J’ai pu assister hier soir à la conférence de Philippe Rekacewicz qui a essayé de donner une approche de définition de ce qu’est la cartographie radicale. Cette conférence était organisée par l’association Echelle Inconnue que je ne connaissais pas.

Je donne ci-dessous l’enregistrement de l’intervention de monsieur Rekacewicz mais je me propose ici d’en résumer la teneur.

Il a d’abord insisté sur le fait que le mot « radical » ne lui convenait pas tout à fait et qu’il ne voulait pas donner une définition de la cartographie radicale mais en proposer une approche. Qu’est-ce que cette cartographie selon lui ?

D’abord il s’agit d’une cartographie agissant comme un contre-pouvoir. La cartographie ayant longtemps été contrôlée par les autorités et utilisée comme moyen d’affirmer un pouvoir sur des populations (dans le cadre de la colonisation par exemple) ou de mettre en scène ce pouvoir (dans le cas de la cartographie royale comme avec Cassini), le propos des cartographes radicaux est de « donner la cartographie » aux peuples ou de permettre aux peuples de s’exprimer par elle et de dénoncer certains abus. Philippe Rekacewicz a donné l’exemple de l’évolution des aéroports mondiaux depuis 2001 et la confiscation de l’espace public au profit des boutiques duty free. La cartographie ce cette confiscation a permis de faire reculer les autorités aéroportuaires.

arton49678-87063

oslo-2005   oslo-2006 oslo-2007

Ensuite, cette forme de cartographie veut mettre en avant les processus agissants dans les territoires et non les territoires eux-même. la cartographie radicale veut désacraliser le territoire et ses frontières pour  pointer les mouvements et les soubresauts qui agitent les populations peuplant ces territoires. Il ne s’agit pas d’évacuer totalement le substrat du territoire (car dans ce cas, ce n’est plus de la cartographie selon moi mais de l’infographie) mais de montrer que les processus se « moquent » souvent des frontières. Philippe Rekacewicz a montré pour cela sa carte de l’internationale djihadiste. J’en profite pour montrer l’évolution de sa réflexion et de sa technique en donnant la version 2007 et la version 2013 de la carte.

autoroute-syrie artoff15554

 

Il a aussi pris l’exemple de cette carte de la situation de l’Afrique.

rouage-final

La cartographie radicale prétend aussi se détacher (sinon oublier) les conventions cartographiques pour inventer de nouvelles cartes. Ce n’est cependant pas la position de Philippe Rekacewicz qui reconnait que ces conventions, pour imparfaites qu’elles soient (la mer en bleu, les flux par des flèches…) permettent aux carte d’être lues, ce qui est tout de même leur raison d’exister ! Cependant il nous a parlé assez longuement des rapports entre l’art et la cartographie, en rappelant par exemple que les conventions cartographiques (l’usage du point, de la ligne et de la surface) sont nées des travaux de Kandinsky en 1923 dans son essai Point et Ligne sur plan. Il nous a montré une « carte » qui n’en est presque plus une.

11_finance_banane_final

 

Et la maquette d’une installation sur le revenu de la famille Walton, détentrice de la chaîne de grands magasins Walmart.

13_walton_cartes

Toujours sur l’art, il a évoqué des artistes ayant brouillé les codes de la cartographie jusqu’à la rendre peu lisible comme on peut le voir dans le dossier de presse d’une exposition de 2012 ci-dessous.

//e.issuu.com/embed.html#1973952/9951162

Il a terminé en nous montrant quelques minutes de l’oeuvre vidéo d’un artiste dont j’ai déjà parlé ici.

TILL ROESKENS: VIDEOMAPPINGS: AIDA, PALESTINE from Lowave on Vimeo.

Enfin, comme le montre cet exemple, la cartographie radicale intègre aussi une dimension sensible, voulant traduire les perceptions spatiales des individus en cartes. Je n’ai pas retrouvé les exemples des familles résidant à La Villette qu’il a utilisé lors de la conférence mais à la place je vous redonne le résultat d’un passionnant travail de cartographie dont j’ai parlé ici.

L_gende Vue_dessus

Représenter l’univers d’une femme marocaine à travers une carte sensible. from Elise Olmedo on Vimeo.

Pour ceux que cela intéresse, voici le passage de Terre des hommes de Saint – Exupéry cité en conclusion par Philippe Rekacewicz :

« Guillaumet ne m’enseignait pas l’Espagne, il me faisait de l’Espagne une amie. Il ne me parlait ni d’hydrographie, ni de population, ni de cheptel, il ne me parlait pas de Guadix, mais des trois orangers qui, près de Guadix, bordent un champ : “Méfie-toi d’eux, marque-les sur ta carte…” Et les trois orangers y tenaient désormais plus de place que la sierra Nevada. Il ne me parlait pas de Lorca, mais d’une simple ferme près de Lorca. D’une ferme vivante. Et de son fermier et de sa fermière. Et ce couple prenait, perdu dans l’espace, à quinze cents kilomètres de nous, une importance démesurée. Bien installés sur le versant de leur montagne, pareils à des gardiens de phare, ils étaient prêts, sous leurs étoiles, à porter secours à des hommes. Nous tirions ainsi de leur oubli, de leur inconcevable éloignement, des détails ignorés de tous les géographes du monde. »

IMG_0239 IMG_0238

Après la conférence, nous avons été conviés à un atelier de cartographie « radical ». En fait, il nous a été proposé de réaliser la carte de notre espace vécu ou bien de notre représentation du monde. Voici le résultat du travail de ma femme et de moi-même.

IMG_0237

 

Je ne regrette pas d’être allé à cette conférence et d’avoir découvert l’association Echelle Inconnue dont la démarche artistique et réflexive m’a paru très intéressante. Je vous donne ci-dessous le programme de leur Doctorat Sauvage en Architecture.

IMG_0241

La feuille de personnage des Gardiens de l’Histoire

feuille perso gardiens histoire
Fiche de personnage réalisée à partir de celle du jeu de rôle SteamShadows

Comme il faut battre le fer tant qu’il est chaud, j’ai élaboré aujourd’hui la fiche de personnage pour le jeu de rôle en classe des Gardiens de l’Histoire . Il s’agit de la feuille de compétences utilisable de la 6e à la 3e.

Les élèves cocheront les cases des différentes compétences en fonction de leur progression lors des exercices, évaluations, travaux libres ou exercices facultatifs. Ils obtiendront des points d’expérience en fonction de leur degré de réussite, ce qui leur permettra de monter de niveau et d’acquérir des « pouvoirs » à utiliser individuellement ou en groupe. J’ai prévu dans un premier temps de continuer à noter de façon traditionnelle tout en évaluant par compétences pour ne pas déstabiliser les élèves et les parents. Mais en cours d’année, les notes devraient disparaître.

Les cases « Profil » serviront à indiquer leur profil cognitif en fonction des huit intelligences de Gardner et de leur préférence de mémorisation.

Les élèves vont incarner des membres de la société secrète des Gardiens de l’Histoire, chargés d’empêcher un sinistre personnage nommé Zeldt de changer le passé à son profit. Chaque chapitre d’histoire sera pour eux l’occasion de voyager dans le passé pour y accomplir une mission.
Dans le présent, ils devront également oeuvrer pour créer un monde plus calme, juste et solidaire lors des chapitres de géographie et d’éducation civique.

Le jeu ne va pas changer l’organisation des séances. La vidéo introductive des chapitres servira de briefing aux personnages et les exercices (fiches d’activité ou tâches complexes) constitueront les missions. L’évaluation finale sera l’occasion de contrecarrer les plans sinistres de Zeldt.