Catégorie : Uncategorized

Résurgence du virus Ebola en République démocratique du Congo

Cette nouvelle épidémie a déjà tué 17 personnes sur 21 cas de fièvre avec des signes hémorragiques, a indiqué mardi le ministère de la Santé. La maladie a été détectée dans une zone de forêt équatoriale, frontalière du Congo-Brazzaville, et située à environ 600 km au nord-ouest de Kinshasa. L’épidémie en République démocratique du Congo est la neuvième depuis la découverte du virus Ebola sur son sol en 1976.

Les personnes sans logement sont de plus en plus nombreuses en Union européenne.

La Fondation Abbé-Pierre et la Fédération européenne des associations nationales travaillant avec les sans-abri ont donné leurs statistiques à l’échelle européenne : sur 220 millions de ménages, près de 11 millions sont en état de privation sévère de logement, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas de domicile personnel, sont à la rue ou hébergés chez un tiers, en centre d’hébergement, en foyer, en hôtel social…
La définition du sans-abrisme a beau ne pas être la même d’un pays à l’autre, partout en Europe les hausses sont spectaculaires : + 150 % en Allemagne, entre 2014 et 2016 ; + 145 % en Irlande, entre 2014 et 2017 ; + 169 % au Royaume-Uni entre 2010 et 2017 ; + 96 % à Bruxelles entre 2008 et 2016 ; + 20,5 % en Espagne entre 2014 et 2016 ; + 17 % en France entre 2016 et 2017.
La préfecture d’Ile-de-France, qui a créé le 16 mars son propre Observatoire francilien des personnes hébergées et à la rue, donne le chiffre de 100 000 personnes logées chaque soir par l’Etat, soit une augmentation de 50 % en trois ans.

D’après un article du Monde.fr

Pierre Milza (1932 – 2018)

edwy plenel

L’historien Pierre Milza, né le 16 avril 1932 est mort mercredi 28 février. Il avait consacré sa thèse, dirigée par Jean-Baptiste Duroselle, aux relations franco-italiennes à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Fils d’un immigré italien, il avait également publié une monumentale histoire de l’immigration italienne en France, dans Voyage en Ritalie (Plon, 1993).
Professeur émérite des universités à l’Institut d’études politiques de Paris, Pierre Milza avait également enseigné à Florence, Parme et Genève. Président d’honneur de la Revue d’histoire moderne et contemporaine, il a aussi dirigé le centre d’histoire de Sciences Po.

Il fut également l’auteur de nombreux manuels, parfois en collaboration avec Serge Berstein, qui ont été la bible de nombreux étudiants d’ hypokhâgne et khâgne, dont je fus.

Parodie démocratique en Russie

Sans surprise, le seul opposant un peu sérieux à la réélection de Vladimir Poutine pour un quatrième mandat à la tête de la Russie, a été interdit de participation à l’élection de mars 2018.
Lundi 25 décembre, la Commission électorale centrale russe a livré son verdict : à l’unanimité moins une abstention, elle a interdit à l’opposant de concourir lors du scrutin, en raison de ses condamnations passées en justice.
L’étude du dossier Navalny a été conduite avec une rapidité exemplaire ! Dimanche, l’avocat mobilisait des milliers de ses partisans dans plusieurs villes de Russie, et déposait, dans la foulée, son dossier de candidature. Dès le lendemain, il était convoqué par la Commission électorale centrale.
Celle-ci a déclaré que l’opposant était inéligible jusqu’en 2028 en raison notamment d’une condamnation à cinq ans de prison avec sursis, en février, pour détournement de fonds dans une affaire remontant à 2009. M. Navalny a aussi été interpellé et détenu à trois reprises cette année pour avoir organisé des rassemblements non autorisés.
Le président sortant affrontera (?) en mars 2018, comme à chaque élection, les candidats du Parti communiste et du parti ultranationaliste, ainsi que Xenia Sobtchak,l’ex-vedette de télévision et fille de l’ancien maire de Saint-Pétersbourg, qui se présente comme une alternative à Alexeï Navalny.

D’après un article du Monde.fr