Étiquette : Humanisme et Renaissance

5e : le monde au temps de Charles Quint et de Soliman le Magnifique

En ouverture, projection de ces deux cartes réalisées par mon collègue du blog HGSempai. Pour aborder ce gros morceau de l’année en histoire, j’ai utilisé le fait que les élèves avaient travaillé sur Marco Polo et Christophe Colomb en français.
Après avoir rappelé les voyages de Marco Polo vers la Chine et l’importance de l’Inde et de la Chine dans le commerce de l’époque, j’ai indiqué la date de 1453 avec la prise de Constantinople par les Turcs, qui a entraîné la fermeture de la route terrestre vers l’Orient pour les Européens et donc la nécessité de trouver un nouvel accès.

Capture d_écran 2017-06-03 à 11.40.56
Sur le livre, nous observons les voyages des navigateurs portugais essayant de contourner l’Afrique. Puis je montre aux élèves cette capsule vidéo à propos des voyages de Christophe Colomb.

En conclusion de cette analyse des Grandes découvertes, j’en évoque les conséquences :
– l’exploitation des nouvelles terres par les Portugais et les Espagnols qui provoque leur enrichissement et par contrecoup, celui de l’Europe ;
– l’extermination des populations amérindiennes à cause des guerres, du travail forcé et des épidémies et la mise en place du commerce triangulaire avec l’Afrique pour amener des esclaves africains en Amérique ;

– la remise en cause des connaissances de l’époque, et notamment des vérités religieuses, à cause du soudain agrandissement du monde.

fiche_oeuvrebotticelli_venus

Dans un second temps, nous allons étudier la Renaissance à l’aide du tableau La naissance de Vénus de Boticelli et cette vidéo de l’Art en question. Je veux faire émerger les notions de rupture avec le Moyen – Âge et l’art religieux, l’influence de l’Antiquité et le mécénat.

Capture d_écran 2017-06-03 à 13.39.00

Ensuite nous étudierons l’humanisme à l’aide du manuel, après avoir visionné cette introduction en vidéo.

Capture d_écran 2017-06-03 à 13.54.20

Puis nous nous intéresserons à l’évolution des sciences avec la révolution copernicienne et la naissance de l’anatomie.

Enfin, nous terminerons par l’étude des bouleversements religieux des XVe et XVe siècle.

Capture d_écran 2017-06-03 à 14.12.21

On a retrouvé le crâne du chevalier Bayard !

bayard-arme-chevalier-francois-1er
L’un des éléments de notre roman national…

Depuis deux siècles, historiens et passionnés ont cherché à identifier les restes du héros des guerres d’Italie, né en 1476 au château de Bayard, près de Grenoble et mort  d’un coup d’arquebuse en 1524 à Romagnano Sesia, dans le Piémont italien.
Pierre de Terrail, seigneur de Bayard, fut enterré au couvent des Minimes à Saint-Martin-d’Hères, près de Grenoble mais ses restes furent disséminés. Ses restes présumés furent transférés au début du XIXe siècle à la collégiale Saint-André de Grenoble, mais ils se sont avérés être ceux d’une jeune fille.
Selon Jean-Christophe Parisot, l’un de ses descendants, l’étude de l’ADN mitochondrial d’un des crânes entreposé sur une étagère des archives de l’Isère aurait rendu possible l’identification du chevalier Bayard et la reconstruction de son visage en 3D.
Le préfet Parisot de Bayard a demandé en 2015 à l’Institut d’Anthropologie génétique moléculaire de Paris d’analyser ce crâne. Les cinq marqueurs testés montreraient qu’il s’agit bien du chevalier Bayard : la couleur des yeux (marrons), des cheveux (châtains), la peau pâle, un visage anguleux et l’ADN mitochondrial identique à celui d’un descendant en ligne féminine de la famille maternelle du chevalier, séparé par vingt-cinq générations.

D’après un article du Figaro.fr

Un petit tour à Dieppe

img_7474

Il nous a permis de visiter l’exposition sur la cartographie qui se tient au château jusqu’au 8 mai 2017.

Après de nombreuses représentations de Dieppe à différentes époques, on peut découvrir des reproductions (hélas) d’oeuvres de l’école cartographique de Dieppe, dont le portulan de Pierre Desceliers datant de 1553.

L’exposition présente aussi des projets d’aménagement du port et de la ville de Dieppe, liés à la création d’un canal de Dieppe à Paris qui n’a jamais vu le jour.

J’y ai aussi découvert un amusant objet publicitaire, témoignage de l’empire coloniale français.

5 février 1517 : création du port du Havre

(A ne pas prendre au sérieux, bien sûr !)

i282882364573863532-_szw1280h1280_

Le 5 février 1517, François Ier donna l’ordre d’aménager un port fortifié en tête de l’estuaire de la Seine.  Appelé d’abord Franciscopolis ou Ville Françoise, en hommage au roi, le port devint rapidement le Havre de Grâce en raison d’une chapelle de Notre-Dame de Grâce, située près de là.
Le programme des premiers aménagements comprenait la création d’un pertuis d’entrée à travers le cordon de galets pour un accès aux criques existantes qui constituaient l’embryon de l’avant-port et du futur bassin du Roy ; ce pertuis était bordé par deux tours dont la tour François 1er côté Nord. Mais aussi la construction d’un quai de 64 m de longueur, de faible hauteur et un canal reliant le nouveau port à Harfleur.
Commencés en avril 1517, les travaux furent achevés en 1524, à l’exception du canal qui ne sera réalisé qu’au siècle suivant.

L’émission La marche de l’histoire a invité le géographe Armand Frémont pour parler du Havre :

Les Ambassadeurs de Hans Holbein

1ambassa (1)

Le tableau Les Ambassadeurs de Hans Holbein, peint en 1533, est présenté ici comme une enquête policière. On entre dans le tableau pour en découvrir les secrets et la signification.

Cela fait maintenant deux ans que j’utilise cette vidéo de l’Art en question pour aborder l’art de la Renaissance et les idées humanistes en cinquième, et cela fonctionne. Les élèves suivent le documentaire avec attention et s’exclament devant les découvertes faites.

L’étude du tableau permet de voir la nouvelle place de l’homme par rapport à Dieu, les divisions religieuses, les progrès des arts et des sciences, les Grandes découvertes et de préciser le contexte géopolitique de l’Europe.

Vous trouverez ici 9 autres oeuvres étudiées de la même façon.

De la lecture pour cet été

IMG_5318

J’ai reçu ces deux trilogies de la part des Editions J’ai lu.

Les trois tomes de la Cour des Dames mettent en scène la vie de la cour de France de François 1er puis de Henri II, et plus particulièrement l’influence des femmes sur la politique des rois. Connaissant leur auteur, ces livres sont extrêmement détaillés d’un point de vu historique même si il a pris le parti de se focaliser sur certains évènements précis des différents règnes, ce qui occasionne de nombreuses ellipses dans ses romans.
De plus, une série de notes accompagnent les textes pour appuyer la réalité historique des évènements.

La série des femmes de l’Islam n’est pas un coup d’essai pour Marek Halter, déjà auteur d’une trilogie de La bible au féminin. A travers ces trois figures de femme sur lesquelles Mahomet s’est appuyé au fil de sa vie, il dessine aussi trois rôles : Khadija l’amoureuse, Fatima la guerrière et Aïcha la confidente.Si le travail du romancier a reposé sur de longues recherches, ces livres n’en sont pas moins des romans avec leur lot d’intrigues, de complots, de trahisons et d’ histoires d’amour.