Étiquette : Humanisme et Renaissance

5 février 1517 : création du port du Havre

(A ne pas prendre au sérieux, bien sûr !)

i282882364573863532-_szw1280h1280_

Le 5 février 1517, François Ier donna l’ordre d’aménager un port fortifié en tête de l’estuaire de la Seine.  Appelé d’abord Franciscopolis ou Ville Françoise, en hommage au roi, le port devint rapidement le Havre de Grâce en raison d’une chapelle de Notre-Dame de Grâce, située près de là.
Le programme des premiers aménagements comprenait la création d’un pertuis d’entrée à travers le cordon de galets pour un accès aux criques existantes qui constituaient l’embryon de l’avant-port et du futur bassin du Roy ; ce pertuis était bordé par deux tours dont la tour François 1er côté Nord. Mais aussi la construction d’un quai de 64 m de longueur, de faible hauteur et un canal reliant le nouveau port à Harfleur.
Commencés en avril 1517, les travaux furent achevés en 1524, à l’exception du canal qui ne sera réalisé qu’au siècle suivant.

L’émission La marche de l’histoire a invité le géographe Armand Frémont pour parler du Havre :

Les Ambassadeurs de Hans Holbein

1ambassa (1)

Le tableau Les Ambassadeurs de Hans Holbein, peint en 1533, est présenté ici comme une enquête policière. On entre dans le tableau pour en découvrir les secrets et la signification.

Cela fait maintenant deux ans que j’utilise cette vidéo de l’Art en question pour aborder l’art de la Renaissance et les idées humanistes en cinquième, et cela fonctionne. Les élèves suivent le documentaire avec attention et s’exclament devant les découvertes faites.

L’étude du tableau permet de voir la nouvelle place de l’homme par rapport à Dieu, les divisions religieuses, les progrès des arts et des sciences, les Grandes découvertes et de préciser le contexte géopolitique de l’Europe.

Vous trouverez ici 9 autres oeuvres étudiées de la même façon.

De la lecture pour cet été

IMG_5318

J’ai reçu ces deux trilogies de la part des Editions J’ai lu.

Les trois tomes de la Cour des Dames mettent en scène la vie de la cour de France de François 1er puis de Henri II, et plus particulièrement l’influence des femmes sur la politique des rois. Connaissant leur auteur, ces livres sont extrêmement détaillés d’un point de vu historique même si il a pris le parti de se focaliser sur certains évènements précis des différents règnes, ce qui occasionne de nombreuses ellipses dans ses romans.
De plus, une série de notes accompagnent les textes pour appuyer la réalité historique des évènements.

La série des femmes de l’Islam n’est pas un coup d’essai pour Marek Halter, déjà auteur d’une trilogie de La bible au féminin. A travers ces trois figures de femme sur lesquelles Mahomet s’est appuyé au fil de sa vie, il dessine aussi trois rôles : Khadija l’amoureuse, Fatima la guerrière et Aïcha la confidente.Si le travail du romancier a reposé sur de longues recherches, ces livres n’en sont pas moins des romans avec leur lot d’intrigues, de complots, de trahisons et d’ histoires d’amour.

Le mécénat culturel

9fd39b74f1b3a403b4c5377483ac79be
Un registre des comptes du château d’Amboise

Tout bien culturel qui se vend sur le marché de l’art, au dessus d’un certain montant dépendant du type de bien, doit obligatoirement faire l’objet d’une demande de certificat d’exportation afin d’éviter qu’une pièce exceptionnelle ne parte à l’étranger. Ainsi, chaque année, entre 5 et 10 œuvres sont classées Oeuvre d’intérêt patrimonial majeur ou Trésor National. Dans ce cas là, l’exportation est bloquée 30 mois pendant lesquels seul l’Etat a le pouvoir de se positionner pour l’acquisition, notamment en faisant appel au mécénat.
Le mécénat est un don gratuit, à but philanthropique et sans contrepartie directe qui peut prendre trois formes : le mécénat financier, le mécénat en nature et le mécénat en compétences.
Depuis la rentrée 2015, les Archives Nationales ont mis en place une politique de mécénat selon 5 axes : les nouvelles technologies, l’acquisition de fonds ou de manuscrits d’intérêt national, la restauration et/ou numérisation de fonds emblématiques, le soutien aux expositions et à la programmation artistique et culturelle, et enfin le service éducatif.

Les Archives Nationales lancent en janvier une souscription en faveur de l’acquisition et de la restauration du Registre des comptes du Château d’Amboise, classé Trésor national.

D’après un article de Libération.fr

Un peu de lecture pour la bibliothèque de classe

IMG_2722

Ce numéro d’Arkéo Junior m’a paru un peu « aérée » mais c’est peu -être un effet de la nouvelle maquette. Histoire Junior pourra être lu avec intérêt par les troisièmes avec sa synthèse sur la Seconde guerre mondiale.
Les fiches de Mon Quotidien seront très utiles aux élèves cinquième et Images Doc propose des bandes dessinées intéressantes pour certains moments de l’histoire de France.

Deux posters pour décorer la classe

IMG_1769

Je les ai dénichés chez un bouquiniste aujourd’hui. Il s’agit de la reproduction d’un autoportrait d’Albrecht Dürer, alors âgé de 26 ans en 1498, dont l’original est conservé au musée du Prado, à Madrid ; et d’un détail de vitrail montrant Saint François prêchant aux oiseaux, datant du XIVe siècle et ornant l’église du couvent de Königsfelden, en Suisse.

Nous pourrons parcourir bientôt la bibliothèque de Montaigne (et y lire) !

1783746_8012440_800x400Egyptologue et mathématicien de formation, Robert Vergnieux dirige Archéovision et met les technologies numériques les plus pointues au service des sciences humaines et de l’histoire.

montaigne14_etat2
L’un des derniers projets en cours est la reconstitution intégrale de la librairie de l’écrivain Montaigne qui se trouvait dans la petite tour ronde de son château à Saint-Michel-de-Montaigne. Il s’agit de restituer la bibliothèque de l’auteur des « Essais » telle qu’elle était du temps où il y passait son temps à lire, écrire et penser : c’est – à – dire aussi bien le lieu que les livres qui y étaient entreposés. Il s’agit d’un vaste projet de numérisation de son œuvre, entamé l’an dernier et qui permettra à terme de se promener virtuellement dans la bibliothèque, de cliquer sur un livre pour accéder à son contenu numérisé et lire ce que Montaigne lisait, c’est-à-dire au moins une centaine d’ouvrages.

1782956_8002594_800x400
Il a fallu également retrouver les maximes, que Montaigne avait fait graver sur les poutres et les solives du plafond de la bibliothèque, et leurs différentes versions (certaines se superposaient).

En croisant la description effectuée par Montaigne lui-même de sa librairie et les images restituées, les spécialistes discutent encore pour savoir combien d’étagères comptait la pièce et de quelle couleur était le plafond. Aux dernières nouvelles, le plafond aurait été blanc et il y aurait eu trois travées dont la troisième équipée de pupitres. Les simulations faites par Archéovision ont en effet montré que la phrase d’hommage à La Boétie qui, d’après les spécialistes, surmontait le meuble, était trop longue pour tenir sur deux travées seulement.