Catégorie : Apprentissage de la langue

Ecrire une lettre en anglais en ULIS, pas simple

Suite au visionnage du sixième épisode des Grandes grandes vacances, les élèves du dispositif devaient écrire une lettre que l’aviateur anglais faisait parvenir à sa femme pour la rassurer. Après rédaction en français, ils ont utilisé, tous en choeur, Google traduction pour obtenir la lettre en anglais. Ils ont eu du mal à comprendre que les fautes de grammaire et d’orthographe faites en français pouvaient rendre leur texte anglais assez… étrange.

Suite de l’atelier correspondance en ULIS

Aujourd’hui, les élèves ont reçu les réponses des personnes âgées à leurs lettres, écrites il y a une dizaine de jours. Ils étaient plutôt impatients et ont été contents de ce qu’ils ont lu, avec une grande attention. Ils ont assez spontanément écrit une nouvelle lettre, afin de poursuivre la conversation. La prochaine étape est la rencontre « de vive voix », lundi prochain, à la maison de retraite, autour d’un goûter. Il semble que certaines personnes âgées souhaitent poursuivre la correspondance au-delà de l’atelier. J’aimerais que les élèves en éprouvent aussi l’envie. A suivre.

Premier bilan de l’atelier correspondance avec les élèves du dispositif

Madame Rondelez – Passemard est venue ces mardi et vendredi, de 9h30 à 11h30, pour faire découvrir aux élèves les secrets de la correspondance. Elle est partie de lettres échangées entre Georges Sand et Gustave Flaubert, dans le contexte difficile des années 1870 – 1871. Elle a demandé aux élèves de mener l’enquête dans les textes pour tenter de découvrir l’identité des auteurs puis a fait émerger les composantes de la lettre autour des thématiques « qui suis-je ?  » (description et émotions) , « que fais-je ? » et « où suis-je ? ».  La deuxième séance a été consacrée à l’écriture de la lettre destinée à une personnage âgée habitant une résidence de la commune. Pour aider les élèves à parler d’eux-même, elle a proposé ce « chemin de fer » de la correspondance.

Les douze élèves présents ont joué le jeu et ont chacun produit une lettre de taille variable, ce dont je suis très content. Il sont déjà impatient de recevoir une réponse (normalement le 6 décembre) et, pour certains, de rencontrer leur interlocuteur ou interlocutrice le 12 décembre prochain. 

Avancée des projets d’écriture en ULIS

J’ai pour le moment trois projets d’écriture à long ou moyen terme dans le dispositif. Le premier concerne la série de bandes dessinées muettes Anuki. Après l’étude des caractéristiques de la BD et de son écriture, les élèves se sont lancés (par deux) dans la mise en mot de la première histoire, intitulée La guerre des poules. Ils arrivent au bout et vont entamer le second tome.
Le second projet repose sur l’écriture d’une lettre à partir de chaque épisode de la série animée Les grandes grandes vacances. Nous en sommes au deuxième épisode et cela fonctionne assez bien. C’est aussi l’occasion de faire de l’histoire, ce dont les élèves sont étrangement demandeurs (est-ce parce que je suis prof d’histoire – géo ?).
Le dernier projet, pour le moment, commence la semaine prochaine. Valentine Rondelez va venir animer trois séances autour de l’écriture de lettres afin de faire rédiger à chaque élève une lettre adressée à une personne âgée de la commune, qui leur répondra.

Motoufo & Mathéros

Motoufo et Matheros sont deux applications proposées par le site Monecocle.fr. la première permet de travailler les compétences de langue du cycle 3 tandis que la seconde permet d’entrainer les élèves en calcul. Les deux fonctionnent par ceinture de compétence selon les référentiels ci-dessous (en sachant que les contenus des ceintures sont modifiables). Il est possible de personnaliser les parcours en constituant trois groupes d’élèves qui ne passeront pas forcément les mêmes ceintures ou n’auront pas les mêmes conditions de réussite (on peut jouer sur le temps des exercices, le nombre de fautes possibles pour valider la ceinture).

 

Pour rendre l’apprentissage attrayant, les deux applications proposent des défis de motricité fine en plus de la résolution des exercices ( tirer sur des cibles, sauter sur des plate-formes…). Cela ajoute parfois une difficulté aux élèves du dispositif, mais retrouver les extra-terrestres disséminés de planète en planète ou bien être un super-héros sauvant les différents quartiers de la ville de menaces variées les motive suffisamment.  

L’abonnement d’une classe à chaque application coûte 15 euros pour un an, ce qui me semble raisonnable étant donné la durée de vie.

Ecrire des lettres de la Seconde Guerre mondiale

Le second projet à moyen terme que je mène au sein du dispositif cette année est le projet correspondance, qui m’a été proposé par la professeur – documentaliste du collège. 

Après avoir expliquer aux élèves la forme de la lettre amicale et celle de la lettre de motivation, je leur en ai fait écrire quelques-unes en échauffement. 

Puis nous avons étudié une lettre du kit de correspondance envoyé par la médiathèque, issue du roman jeunesse « 14 – 14 ». 

J’avais envisagé de faire écrire aux élèves des lettres croisées d’enfants du passé et d’aujourd’hui, mais après réflexion et échange avec un collègue sur Twitter, j’ai changé de plan. Nous allons travailler sur la série « Les grandes grandes vacances » et chaque épisode sera l’occasion d’écrire une lettre comme si les élèves étaient l’un des protagonistes du dessin animé. Pour ce travail, j’ai utilisé deux dossiers pédagogiques construits par des enseignants ici et pour constituer le mien.

Travailler la bande dessinée en ULIS

Parmi les projets à moyen terme que je compte mener dans le dispositif cette année, il y a un travail sur la bande dessinée. Je veux faire écrire aux élèves  les dialogues et les onomatopées de plusieurs albums de la série muette Anuki. Pour cela, ils  travaillent par deux durant une heure le mercredi matin.

J’intercale régulièrement des séances de découverte de la bande dessinée en utilisant des supports trouvés sur Internet.
Nous avons d’abord vu le vocabulaire de la BD grâce au dossier proposé par le collège Louis Lumière, lui même adapté d’un dossier pédagogique de la maison de la bd. La séance n’a pas posé de difficultés aux élèves.

J’ai voulu ensuite les faire travailler sur les cases et sur le jeu que l’on peut faire avec, à l’aide d’un autre dossier du Collège Louis Lumière, centré sur la bande dessinée Imbattable. Mais auparavant, je leur ai montré des planches de la série Philémon ainsi que d’autres. Ce fut une séance compliquée, car les élèves ont eu du mal à comprendre les histoires proposées.

Test de l’application Motoufo

Ce matin, j’ai fait essayer aux élèves du dispositif l’application Motoufo, proposée par l’équipe du site mon école.fr 

L’abonnement de 15 euros pour une année permet de faire travailler 20 élèves. L’application permet de travailler toutes les compétences d’orthographe, de grammaire et de conjugaison du CE1 au CM2. Chaque élève progresse à son rythme à travers les différentes étapes d’apprentissage sur chaque nouvelle notion : apprendre, s’entrainer, jouer, valider. Les parcours sont personnalisables et des outils de différenciation permettent d’ajuster les exercices aux besoins et difficultés de ses élèves.
Ce matin, quatre élèves, de la 6e à la 3e, ont travaillé sur l’utilisation de « et » ou « est », qui est la première mission proposée. Les manipulations à la souris les ont parfois mis en difficulté, mais ils ont été séduit dans l’ensemble. Cela va faire un outil de plus de travail en autonomie avec l’application Plume, dont j’ai aussi renouvelé l’abonnement, et le site « j’peux pas j’ai maths ».

Un projet d’écriture en ULIS

Dans le cadre du projet Correspondance dont j’ai parlé ici, j’ai reçu cette semaine les kits comprenant 21 lettres à étudier avec les élèves. Pour commencer, j’ai choisi une lettre extraite du roman 14 – 14, qui fait écho au programme d’histoire de troisième et aux objets que j’ai fait étudier aux élèves du dispositif  il y a peu. La voici  :

29 mars 2014

Cher Hadrien,
J’ai fait une découverte totalement dingue aujourd’hui. Je ne sais même pas comment t’en parler, c’est hallucinant…
Ce matin, j’ai pris mon vélo et je suis allé à Corbeny pour te voir. J’ai découvert que le village ne ressemble pas du tout à ce que tu m’as décrit ! Aucun Hadrien Lerac, ni Nortier, n’y habite plus. Et là, j’ai enfin compris : tu n’es pas de ma famille, tu n’es pas mon cousin, tu n’es même pas du même siècle que moi.
On habite à vingt kilomètres l’un de l’autre, mais à cent ans d‘écart ! Je sais, tu vas penser que je suis tombé sur la tête. C’est du délire, ça n’a pas de sens. Mais il faut me croire, Hadrien, c’est la vérité ! Regarde le timbre de ma lettre, regarde cette coupure de presse que je t’envoie. Ce matin, j’ai acheté exprès un journal qui existait déjà à ton époque.
Mais ce n’est pas tout. Est-ce que tu vis bien en 1914 comme je le crains ? Je connais l’avenir de cette époque, je sais exactement ce qui va se passer en 1914 et j’ai peur pour toi. J’ai carrément la trouille, Hadrien. Parce que des choses terribles vont se produire, des choses dont tu ne peux même pas avoir idée. L’Allemagne va déclarer la guerre à la France le 3 août 1914. Ce sera une guerre atroce, comme on n’en avait encore jamais connu. Elle durera des années et elle va tout dévaster. Au bout de quatre semaines, ton village sera occupé. Il sera totalement détruit ainsi que toute la région, il ne restera plus rien de ta maison, des champs de ton père et de tout le reste.
Alors, je t’en supplie, trouve un moyen de partir avant, n’importe lequel, mais ne reste pas ici ! Fuis à Paris par exemple, tu seras à l’abri là-bas. Les Allemands ne descendront jamais au-delà du sud du département.
J’espère que tu comprends. J’espère que tu me crois. Et j’espère que tu m’écouteras, surtout, parce que tu es en danger de mort.

Ton ami,
Adrien

La version audio du roman est disponible sur YouTube.

Après avoir demandé aux élèves de lire cette lettre chacun de leur côté, j’ai posé trois questions pour vérifier s’ils maitrisaient les codes de la lettre que nous étudions depuis la rentrée : 

    • Qui a écrit la lettre ?
    • A qui est-elle destinée ?
    • Quand a-t-elle été écrite ?

Nous avons ensuite discuté de ce qui était étrange dans la lettre. Les élèves ont tout de suite évoqué les prénoms presque identiques et l’un d’eux a expliqué que cela faisait comme si l’expéditeur écrivait à quelqu’un dans le passé. Nous avons ensuite discuté des courriers arrivant parfois avec des années de retard et convenu que des courriers envoyés dans le passé étaient par contre impossible et relevaient donc du fantastique.
Lors de prochaines séances, je voudrais leur faire écrire deux lettres sur le même modèle, rédigées par deux enfants à des années de distance, afin de travailler, un peu, l’histoire en même temps.Je vais peut-être utiliser les courts épisodes de la série Notre histoire pour leur donner des idées d’époques et de sujets.