Étiquette : Temps modernes

Deux beaux livres

Les éditions Perrin m’ont aimablement fait parvenir le magnifique ouvrage Mazarin, l’art de gouverner d’Olivier Poncet. Mazarin. Il s’agit du deuxième titre de la « Bibliothèque des Illustres », la nouvelle et collection lancée en partenariat par Perrin et la BnF. Le texte précis et fluide de cette biographie, découpé en six chapitres chronologique, est associé à une très riche iconographie.
Les éditions Larousse m’ont quant à elles envoyé Le journal de La guerre des Lulus, un riche et beau documentaire sur la Première Guerre mondiale associant des images des bandes dessinées à des documents expliqués et contextualisés. Le résultat est attrayant et accessible à des élèves de primaire ou de collège. J’ai d’ailleurs montré aujourd’hui ce livre à ma collègue documentaliste, qui l’a aussitôt ajouté sur sa commande, en compagnie du Journal des Enfants de la Résistance, dans la même collection.

Une belle carte du XVIIIe siècle

Elle date de 1752 et est visible ici sur Gallica. Il s’agit en fait d’un itinéraire de l’inspection de troupes effectuée par le marquis de Paulmy, nouveau secrétaire d’état à la guerre de Louis XV, dont il fit le récit dans le Voyage d’inspection de la frontière des Alpes en 1752, publié en 1902. L’intérêt est aussi qu’elle donne les distances parcourues et les modes de transport utilisés, montrant la difficulté des voyages à cette époque 

Une belle thèse d’histoire normande

La Normandie dans l’économie Atlantique au 18e siècle : production, commerce et crises, la thèse de Paul Maneuvrier-Hervieu, est consultable ici. Je n’ai pour l’instant compulsé que ses annexes, mais j’y ai déjà trouvé de nombreuses cartes et graphiques que je compte utiliser en classe ou pour mes travaux personnels.

Où sont les femmes ?

Non, cela n’a aucun rapport avec le chanteur Patrick Juvet, décédé récemment. Dans le même répertoire Google Drive que les documents sur la traite négrière (accessible après inscription), le musée d’Aquitaine propose une série de capsules vidéo intitulée « Où sont les femmes ? » revenant sur la place et le rôle des femmes à différentes époques (préhistoire, protohistoire, antiquité, moyen – âge, époque moderne et XIX et XXe siècle, à l’aide des différents artefacts présents au musée. 

Un documentaire de synthèse sur le XVIIIe siècle

Etant donné le faible effectif en quatrième (huit élèves), pour la dernière heure de cours, j’ai proposé le visionnage de ce documentaire afin de faire comprendre aux élèves la vie des Français au XVIIIe siècle, qu’ils ont souvent tendance à juger avec leur habitudes du XXIe siècle. Il se trouve qu’il aborde en plus de nombreux points vus en classe : la mode (avec les perruques), les lettres de cachet, l’hygiène et la cour de Versailles. Je me demande si ouvrir chaque chapitre d’histoire avec un documentaire de ce format ne serait pas une bonne idée ?

403 expositions virtuelles

Le site de l’ecole du Louvre propose les liens vers 403 expositions virtuelles classées en catégories qui peuvent intéresser l’histoire (Préhistoire / Antiquité / Arts du Moyen – Age / Arts de la Renaissance / Arts des temps modernes / Arts du XIXe siècle / Arts du XXe siècle / Art contemporain / Architecture / Arts asiatiques / Arts de l’Islam / Arts africains et océaniens / Arts des Amériques / Photographie / Patrimoine technique et industriel)

La première mondialisation par un chapeau

L’officier et la jeune fille riant, peint par Johannes Vermeer en 1657 représente un homme de dos conversant avec une jeune femme. Un élément dans ce tableau, attire le regard : l’immense chapeau que porte l’officier. Pour en arriver à ce que la main de l’artiste inclue ce feutre démesuré sur une toile au XVIIe siècle, il a fallu des inventions, des découvertes, des rencontres et des drames : l’histoire de la naissance des échanges autour du globe par les Hollandais, redoutables commerçants. Ce documentaire disponible jusqu’au 16 décembre sur le replay d’Arte, revient aux sources de cette mondialisation à travers ce chapeau, un feutre de castor dont la quasi-disparition en Europe poussa les marchands néerlandais à se tourner vers les États-Unis, présida au développement de New York et participa à la création de la première place boursière. Il est librement adapté de l’essai Le chapeau de Vermeer – Le XVIIe siècle à l’aube de la mondialisation de Timothy Brook (Payot & Rivages, 2012).