Étiquette : Civils et militaires durant la Première guerre mondiale

Pour voir et étudier le film Au revoir là – haut avec des élèves

Novembre 1919. Deux rescapés des tranchées, l’un dessinateur de génie, l’autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts. Dans la France des années folles, l’entreprise va se révéler aussi dangereuse que spectaculaire…

J’ai été contacté par l’équipe de Parenthèse Cinéma qui distribue le film Au revoir là-haut dont j’ai déjà parlé ici afin de donner quelques précisions supplémentaires sur ce blog.
Pour information, il est possible pour les associations et les enseignants de mettre en place des projections spéciales du film. Pour cela il leur suffit de prendre contact avec la salle de cinéma de leur choix.
Cette projection pourra se faire au tarif scolaire ou de groupe en vigueur dans cette salle. Toutes les salles de cinéma sont susceptibles d’accueillir ce type de séance spéciale.
Sur www.aurevoirlahaut-lefilm.com vous trouverez un dossier pédagogique contenant un grand nombre de ressources en lien avec les programmes du Collège et du Lycée ainsi que des fiches d’activités transversales Français / Histoire / Arts plastiques / Histoire des arts. Ce dossier est directement utilisable pour étudier le film en classe.
Ci-dessous, deux pages d’entretien avec Albert Dupontel extraite du dossier pédagogique.

Pour en savoir plus

Voici les numéros d’Arkéo Junior et Histoire Junior de la bibliothèque de classe qui évoquent les différents chapitres en cours :

– en cinquième

– en quatrième

– en troisième

Toutes ces revues peuvent être lues en classe quand le travail à faire est terminé ou bien empruntées pour la maison.

Découverte de l’épave d’un sous-marin allemand de 14 -18 au large de la Belgique

_97865257_afb43ub-iibootzeebrugge-tt

L’épave presque intacte d’un sous-marin allemand de la Première Guerre mondiale a été découverte cet été en mer du Nord, à 30 mètres de fond au large des côtes belges, ont annoncé mardi 19 septembre les autorités de Flandre-Occidentale, la province du littoral.
L’appareil de 27 mètres de long, en partie amputé à l’avant, a toutes les écoutilles encore fermées. Il est en si bon état que les archéologues s’attendent à ce que les corps des membres d’équipage se trouvent encore dans l’épave. À bord de ce lance-torpilles de type « UB-II », il devait y avoir 22 membres d’équipage standard et un commandant.
Une nouvelle plongée doit désormais être programmée pour le nettoyer et pouvoir lire son numéro d’identification. Le service d’archives spécialisé en Allemagne, qui tient un registre de tous les sous-marins disparus, pourra ensuite identifier précisément l’équipage – et contacter les éventuelles familles. Il est de coutume, dans ce type de cas, que l’épave – presque impossible à renflouer – soit considérée comme un cimetière pour les matelots.
C’est la onzième fois qu’un sous-marin allemand datant de la guerre de 1914-1918 est découvert dans les eaux territoriales belges. Pendant le conflit mondial, la marine allemande utilisa le port de Zeebruges comme base de stationnement pour ses « U-boots ». Pour bloquer la flotte allemande dans le port et la neutraliser, les Britanniques décidèrent en avril 1918 de saborder certains de leurs navires de guerre à l’entrée du chenal. L’Allemagne a perdu 1 200 hommes dans 70 sous-marins ayant sombré au large des côtes belges pendant les quatre années du conflit, sur un total de 93 « U-boote » stationnés en Flandre.

D’après un article de l’AFP.