Étiquette : Afrique

Une aggravation de la malnutrition au Burkina Faso

Une enquête de l’ONG Davycas, qui intervient dans le domaine de la prévention et du contrôle des maladies en Afrique de l’Ouest, révèle que plus de 500 000 enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë globale au Burkina Faso. Il s’agit principalement d’enfants de familles déplacées, dans un pays où l’on compte plus d’un million de déplacés internes en raison de la violence et l’insécurité, liées au jihadisme, dans certaines parties du nord et de l’est du pays, depuis 2017. 150 000 enfants présentent une forme sévère de malnutrition selon l’Unicef. La pandémie de coronavirus a aggravé les problèmes, les familles ne pouvant plus subvenir aux besoins premiers de leurs enfants, surtout dans les régions du Sahel et du Centre-Nord. Ce danger vient s’ajouter au problème des 350 000 enfants privés d’école à cause de 2500 établissements scolaires détruits ou endommagés par les jihadistes.
D’après des articles de France Info.

Le coup d’état au Mali

 

200212_emacom_moyensdeployesbkn_rvb_vf

Ibrahim Boubacar Keïta, élu à deux reprises président du Mali depuis 2013, a été arrêté par des militaires hier et amené, de force, dans le camp militaire de Kati, au nord de la capitale, où avait débuté le matin une mutinerie. Dans la nuit le chef de l’Etat a annoncé sur la radio-télévision nationale, qu’il démissionnait de toutes ses fonctions et prononcé la dissolution de l’Assemblée nationale et celle de son gouvernement, dont le premier ministre avait été arrêté en même temps que lui.
Puis le porte-parole des militaires, le chef d’état-major adjoint de l’armée de l’air, a annoncé la création d’un Comité national pour le salut du peuple trois heures après la démission forcée du président. Ils ont justifié leur action en déclarant que le Mali « sombre de jour en jour dans le chaos, l’anarchie et l’insécurité par la faute des hommes chargés de sa destinée ». Ibrahim Boubacar Keïta était en effet fortement contesté depuis plusieurs mois, notamment par le Mouvement du 5 mars-Rassemblement des forces patriotiques, avec à sa tête l’influent ex-président du Haut Conseil islamique du Mali. Le chef de l’Etat, appuyé par une médiation de la Cédéao, une organisation régionale d’Afrique de l’Ouest, avait tenté de proposer de former un gouvernement d’union nationale, refusé catégoriquement par le M5-RFP, dont la seule revendication était le départ du pouvoir du président. Les militaires maliens, notamment les gradés, étaient de plus en plus mécontentent et menacés par le président qui en avaient limogé plusieurs ces dernières semaines.
Les militaires promettent de mettre en place une transition politique civile afin d’organiser dans des délais raisonnables des élections générales pour permettre au Mali de se doter d’institutions fortes, et de respecter les accords internationaux, notamment avec les partenaires du Mali, comme les Nations unies ou la France, dans le cadre de l’opération de maintien de paix onusienne ou la force « Barkhane » (qui regroupe près de 5100 soldats français) ou encore le G5 Sahel.

D’après un article du Monde.fr

Capture d’écran 2020-08-20 à 09.16.50

Capture d’écran 2020-08-20 à 09.05.10

 

Lectures d’été

J’avance dans ma lecture de la collection « Mondes Anciens » de Belin. Après le volume sur les Préhistoires d’Europe, intéressant mais qui ne m’a pas appris grand chose, j’ai entamé celui sur l’Afrique ancienne, que je connais beaucoup moins. En introduction, les auteurs regrettent que l’histoire de l’Afrique ait été (et soit toujours ?) comparée défavorablement  au monde Méditerranéen (Egypte ou Rome). Aussi je ne m’explique pas qu’ils choisissent d’ouvrir l’étude par les relations entre l’Afrique de l’Est et l’Egypte puis par celle de l’Afrique du Nord et Rome…
Les deux volumes sont bien écrits et richement. illustrés, avec des encarts pour approfondir. L’absence de notes rend la lecture fluide et je me suis surpris à me dire « Allez, encore une une ou deux pages et j’arrête pour cette fois » pour continuer finalement ma lecture.

Le Gabon dépénalise l’homosexualité

Le Gabon rejoint ainsi la liste pays d’Afrique subsaharienne à revenir sur les lois pénalisant les relations entre personnes de même sexe. Ces dernières années, le Bostwana, l’Angola, le Mozambique et les Seychelles ont légalisé les relations homosexuelles, rejoignant la Côte d’Ivoire, le Mali, la République démocratique du Congo et le Lesotho.

Ibn Battuta

J’ai découvert ce voyageur arabe du XIVe siècle enfant, en lisant le numéro 3 de la série La découverte du monde en bande dessinée et ce récit m’avait passionné. Plus tard, j’ai acheté et lu ( en réalité parcouru) son oeuvre parue aux éditions de La Découverte.

Pour les amateurs, il existe un documentaire fiction consacré à son voyage de Tanger à La Mecque.  Et puis une oeuvre musicale réunissant des musiques des pays visités par Ibn Battuta, accompagné d’une courte narration, parfois en français.

Il a parcouru des distances colossales lors de ces quatre différents périples, dépassant de loin les pérégrinations de Marco Polo.

Au collège en cinquième, avec l’ancien programme je travaillais sur son voyage au Mali avec différentes fiches, trouvées sur Internet :

5e_poly_ibnbattuta

commerce transaharien

FICHE ELEVE L’empire du Mali

L’empereur du Mali

Mali selon Ibn Battuta

EDIT :

91M1GfgTueL
Le journaliste et écrivain marocain Lotfi Akalay, qui avait déjà consacré un livre à l’explorateur, qu’il considère comme « le premier touriste du monde », y revient avec cette bande dessinée, qui vient de sortir. La mise en abyme du récit original par le dessinateur du point de vue d’Ibn Battûta crée l’illusion d’un carnet de voyage, étape par étape, alternant croquis et planches à l’aquarelle et qui mêle le réalisme historique et l’onirisme du conte.

Une nouvelle épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo

Une nouvelle épidémie d’Ebola s’est déclarée dans le nord-ouest de la République démocratique du Congo. Il s’agit de la onzième épidémie de fièvre hémorragique depuis la découverte du virus dans ce pays en 1976. Quatre décès ont été enregistrés dans un quartier de Mbandaka, le chef-lieu de la province de l’Equateur, à environ 600 km de Kinshasa.

Une bonne nouvelle pour les femmes du Soudan

Au Soudan, l’excision est en passe d’être punie par la loi : un amendement au code pénal, qui rend leurs auteurs passibles de trois ans d’emprisonnement et d’amendes, a été approuvé par le gouvernement et est en attente d’une promulgation. La mesure intervient un an après la chute du régime d’Omar Al-Bachir, dictateur à la tête du pays pendant trente ans après un coup d’Etat soutenu par les islamistes, qui avait écarté un projet de loi contre l’excision en 2015. Au Soudan, l’excision est encore vue comme un rite de passage que près de neuf femmes sur dix ont subie, selon l’Organisation des Nations unies. C’est aussi le cas dans un nombre encore important de pays d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie, notamment en milieu rural.

D’après un article du Monde.fr