Étiquette : La Ve République

Et si ?…

… Le nouveau président de la République, malgré ses 39 ans qui lui permettraient, en théorie, de tout faire plus vite que les autres, entendait non seulement restaurer la fonction présidentielle mais aussi prendre son temps et nous le redonner.
La nomination du premier ministre, Edouard Philippe, en aurait été un exemple : espérée lundi dans la matinée, elle n’est intervenue qu’en début d’après-midi, prenant de court les chaînes infos qui pendant des heures ont retransmis des propos insignifiants de leurs commentateurs.
Mardi, tout était prêt et les journalistes à leur poste en position offensive (qui devant Matignon, qui à l’angle de la rue du Faubourg-Saint-honoré, adresse de l’Elysée, et de l’avenue de Marigny, qui en studio) pour la composition du gouvernement prévue dans la journée, quand la présidence a annoncé qu’il faudrait attendre vingt-quatre heures de plus !
Peut -être ce retard n’en est-il pas un ? Peut -être est-ce une volonté de montrer que le temps du président n’est pas médiatique ? Peut-être que ce n’est pas le signe d’un certain amateurisme, mais la volonté d’imposer un rythme aux médias et aux Français, devenus des gens bien pressés pour tout.

D’après un article du Monde.fr

J’en parlais de 16h à 17h avec les troisièmes…

Nous évoquions en éducation civique le parcours de la loi et donc le rôle des députés. J’ai expliqué cet après -midi l’assiduité relative de nombre de député et voici que le blog Les décodeurs publient un article sur le travail d’Edouard Philippe, le nouveau premier ministre, comme député.
Le travail de député ne se limite pas aux vote des lois. Participation aux commissions parlementaires, questions orales et écrites, propositions d’amendements font aussi partie du quotidien des 577 représentants des citoyens à l’assemblée.
Les chiffres du député Edouard Philippe le situent plutôt dans le bas du classement. En termes de présence, le député Les Républicains de la septième circonscription de Seine-Maritime, également maire du Havre, a été en commission et/ou a pris la parole dans l’hémicycle 113 semaines sur les 204 que comptait son mandat.
Même constat quant aux jours de présence en commission. Membre de la commission des lois, M. Philippe a également participé à des réunions de la commission de la défense et de celle du développement durable. Au total, il s’est rendu 124 jours aux réunions de travail, alors que la médiane de la présence des députés en commission est de 192 jours (c’est-à-dire que la moitié des députés ont été en commission moins de 192 jours tandis que l’autre moitié a été présente plus de 192 jours).
Dans son travail parlementaire effectif, le maire du Havre se retrouve également dans les rangs des mauvais élèves du Parlement. Que ce soit en nombre d’interventions en commission ou dans l’hémicycle, en nombre d’amendements proposés ou de questions orales posées, Edouard Philippe se trouve toujours en deçà de la médiane de ses collègues députés.
Un seul critère le situe au-dessus de la médiane : le nouveau premier ministre a apposé son nom sur 1835 amendements contre 1597 pour la médiane de députés. Mais attention, il ne s’agit pas du nombre d’amendements déposés par le député lui-même mais du total de ceux sur lesquels il a rejoint d’autres de ses camarades.

Autre information intéressante, comment Edouard Philippe a-t-il voté au sujet des différentes lois du quinquennat qui vient de s’achever ?
Il s’est abstenu dans le vote sur la loi pour l’égalité hommes – femmes de 2014 ainsi qu’à propos de la loi sur le mariage pour tous.
Il a voté contre la loi de transparence et la moralisation de la vie publique. Adoptée en 2013, cette loi a créé la Haute autorité de la transparence de la vie publique et la peine d’inéligibilité de dix ans pour les élus et ministres condamnés pour corruption, trafic d’influence, fraude électorale ou fiscale. Il a également voté contre la loi de 2014 sur le non cumul des mandats et contre la loi sur la transition énergétique.

Je ne suis pas convaincu par le choix de ce premier ministre, même intérimaire…

Bilan d’un quinquennat

Le quinquennat de François Hollande s’est terminé aujourd’hui.  Qu’en reste-t-il ?

D’abord une impopularité record, intervenue rapidement :

Capture d_écran 2017-05-13 à 19.48.52

Qui s’explique en partie (mais pas seulement) par son incapacité à résoudre le problème du chômage :

Capture d_écran 2017-05-13 à 19.49.04

Toutefois, la vindicte populaire à son encontre paraît largement exagérée si on considère son action :

Capture d_écran 2017-05-13 à 19.48.11

Le blog Les décodeurs s’est livré à un exercice qui a le mérite d’être visuel afin de mesurer l’efficacité du président Hollande. Pour le détail, il faudra aller consulter le blog Lui président.

Capture d_écran 2017-05-13 à 19.48.23

Que retiendra l’histoire du président Hollande ? Sans aucun doute la courageuse loi sur le mariage pour tous, permettant une réelle avancée sociale et de faire progresser l’égalité. Peut-être aussi sa lutte contre le terrorisme, à l’intérieur de notre pays comme à l’extérieur. Ce qui n’est déjà pas mal, je trouve.

La retraite du président Hollande

À partir de dimanche 14 mai, François Hollande ne sera plus président de la République. Il va cependant continuer à percevoir un traitement de l’état.
François Hollande va toucher une retraite de 5184 euros par mois en tant qu’ancien président. Il va bénéficier de bureaux à Paris, avec du personnel : deux employés pour la cuisine et le ménage, une voiture avec deux chauffeurs, deux policiers en permanence pour sa sécurité, et sept collaborateurs pour gérer son agenda, son secrétariat, ses archives.
Toutefois, depuis un décret de 2016, pris par François Hollande lui-même, son personnel sera réduit au bout de cinq ans à trois collaborateurs et un employé de maison.
Sa « retraite » de président va se cumuler avec celle de député (6208 euros), de la Cour des comptes (3473 euros) et du Conseil général (235 euros).
En tant qu’ancien président, François Hollande a pris la décision de ne pas siéger au Conseil constitutionnel.

D’après un article de FranceTVinfo.

3e : La France des années 50 à la fin des années 80

Je vais mêler les deux derniers chapitres d’histoire concernant la France, pour ne pas dissocier l’évolution politique de l’évolution de la société. Nous allons aussi faire de l’EMC avec le rôle du président et la fabrication des lois.

Nous reviendrons d’abord sur la naissance de la Ve République en 1958 à l’aide du manuel.

Capture d_écran 2017-05-11 à 07.17.33

Puis les élèves travailleront sur le fonctionnement de la Ve République à l’aide de cette fiche d’activité :

3EC-les-institutions-de-la-republique

J’insisterai, actualité oblige, sur le rôle du président en utilisant les travaux des élèves réalisés en AP.

Ils étudieront ensuite la contestation de mai 1968 afin de comprendre que la société changeait dans les années 60. J’utiliserai l’Animoto réalisé par deux élèves dans le cadre de l’EPI.

Capture d_écran 2017-05-11 à 07.19.44

La découverte de l’abaissement de l’âge de la majorité par Valéry Giscard D’Estaing va nous permettre de revenir sur le mandat de ce plus jeune président de la Ve République jusqu’à la récente élection de monsieur Macron et de montrer son rôle dans l’évolution de la société.

Je ferai ensuite travailler les élèves sur la loi Veil pour la légalisation de l’avortement à partir d’un dossier élaborer pour la classe de première bac pro. Cela nous permettra aussi d’aborder le processus d’élaboration de la loi.

Etude de documents Simone_Veil IVG

Capture d_écran 2017-05-11 à 08.47.45

Enfin, je distribuerai la trace écrite :

Trace écrite France de 1958 aux années 80