Catégorie : Arts et géographie

Art, géographie et littérature

Le travail de Pauline Delwaulle pose la question de l’écriture de l’espace et de sa représentation. Le paysage et la cartographie servent de support à ses interrogations, que ce soit par le land art, les cartes numériques ou le film. Elle se confronte au lieu, au monde, puis vient le couvrir, le doubler, pour mieux le voir, le présenter.
Un même projet se déploie souvent en plusieurs médiums au gré des découvertes.
J’ai choisi de présenter ici deux de ces oeuvres car elles évoquent deux de mes auteurs favoris.

de la rigueur de la geographie-light_o

De la rigueur de la géographie s’inspire d’un texte de Jorge Luis Borges, intitulé De la rigueur de la science. Il y est question d’une carte à l’échelle 1, une carte si précise qu’elle aurait la taille du monde, et donc le recouvrirait point par point.
L’installation de Pauline Delwaulle se trouvait dans un vallon où coule un ruisseau dans le parc de Kozara, en Bosnie. Les lignes altimétriques ont été dessinées à la poudre de craie, ainsi que les chiffres d’élévation. La représentation topographique de ce vallon recouvrait donc le vallon lui-même. En se déplaçant dans ce «territoire», l’appréhension par la carte se faisait en même temps que celle de l’espace.

IMG_6438-copy_5000

Dans La forme de la ville, rappelant le livre La forme d’une ville de Julien Gracq, elle a voulu dessiner la forme de la ville de Sarajevo en cherchant ce qui la dessine, la contient, la limite.
Elle a donc parcouru les routes extérieures de Sarajevo, le long des crêtes, avec un GPS piéton. Revenue au point de départ, la forme de la ville était dessinée par son déplacement sur le GPS, qu’elle a alors photographié.

Une visite au pays d’Athos

26531215059_682737ee17_o

Dans les années 1960, alors qu’il est enfant, c’est avec l’aide de son frère Wolf que Michael Golz entame la création d’« Athosland ». Aujourd’hui, l’oeuvre de ce cartographe – artiste regroupe des cartes, des dessins et un glossaire complet des expressions spécifiques à « Athosland ». Il a aussi publié une série de guides très détaillés dans lesquels il décrit les us et coutumes des créatures qui peuplent son univers qui ne cesse d’évoluer et de s’agrandir.
Comme beaucoup d’agglomérations, Athosland s’est en effet bien développée depuis les années 1960. Michael Golz a soigneusement dessiné, feuille par feuille, tous les détails topographiques à la même échelle. Ses premières cartes au format A4 datent de 1977, et la collection compte aujourd’hui 160 documents qui couvrent, une fois montés, une surface de 14 x 17 mètres. Cette immense carte est accompagnée de huit dossiers de plus de 2800 pages de dessins qui décrivent la vie à Athosland.

38274286852_75c8ea3b92_o
Pour la visite de l’exposition consacrée à Athosland au musée d’art brut de Lausanne,  qui s’est terminée début octobre, une passerelle en bois permettait de surplomber les cartes et de s’aventurer au-dessus de la ville ; et pour observer à distance, des jumelles étaient suspendues à côté d’un panneau d’information.

38274154222_a38360ee17_o
Athosland représente aujourd’hui une vaste région qui s’est développée à partir d’un petit centre en englobant les régions environnantes dans un mouvement progressif d’expansion urbaine. Les cartes sont accompagnées d’une série de dessins colorés aux feutres, crayons et surligneur rose fluorescent. Dessinés en perspective, ils montrent la vie quotidienne dans le monde d’Athosland : un mélange de paysages prosaïques semi-industriels de l’Allemagne de la fin du XXe siècle, un idéalisme rural traditionnel et une bonne dose de fantaisie.

Pour en savoir plus, visitez ce lien  (qui a servi à rédiger cet article) ou  écoutez cette émission :

 

Une autre vue de Nantes

L’artiste Antoine Corbineau a représenté la ville de Nantes à sa façon. Son travail mélange la cartographie et l’illustration. Un jeu de formes et de typographies délivre une vision de Nantes, colorée, naïve et minimaliste. Le « géoartiste » invite ainsi au voyage tout en  dévoilant une vision très personnelle de Nantes, chaque quartier étant représenté avec les caractéristiques qui le distingue selon lui.

 

Quand le plan d’une ville devient tableau

 

L’artiste Jazzberry Blue réalise ses oeuvres à partir de données cartographiques satellitaires, transformant les plans de villes en mosaïques colorées. J‘avais déjà croisé ces oeuvres sur Internet, mais de passage à Nantes, j’ai acquis ce livre des éditions Le Chineur regroupant 25 plans de ville.

 

 

Et Nantes (qui n’est pas une oeuvre de Jazzberry Blue)…

carte_diagnostic_01

Un magnifique travail

Ce diaporama nécessite JavaScript.

«Eyes as Big as Plates» est une exposition et un livre d’art, fruits de la rencontre entre Riita Ikonen et de Karoline Hjorth. Respectivement finlandaise et norvégienne, ces deux photographes y présentent une série poétique sur les personnes âgées, leur relation au corps, à la nature. Bardés de brindilles, coiffés de feuilles de rhubarbes ou nus dans un étang, des retraités venus des quatre coins du monde se sont ainsi dévoilés devant l’objectif des deux femmes.

eyes_as_big_as_plates_cover